Nouvelle amplification des lieux de vaccination en Wallonie pour administrer la 3èmes dose à la population : 34 centres et 22 antennes mobiles durant les prochains mois

Suite aux décisions prises par les Ministres de la Santé samedi dernier, sur base des avis scientifiques et médicaux, d’administrer une 3ème dose de vaccin à l’ensemble de population pour renforcer l’immunité des personnes face au Covid-19 et éviter des formes sévères de la maladie, la Wallonie opère aujourd’hui un nouveau redéploiement de ses lieux de vaccination. 

Après une première montée en puissance effectuée à la mi-octobre dernier qui a permis d’ouvrir 22 centres de vaccination et 15  antennes mobiles, la Wallonie va ouvrir 12 centres de vaccination supplémentaires et jusqu’à 14 nouvelles antennes mobiles et vaccibus.

Au total, à partir cette semaine et de manière progressive, 34 centres de vaccination et 22 antennes mobiles de vaccination (dont 7 restent à localiser pour compléter le maillage sur l’ensemble de la Wallonie) ouvriront à nouveau leurs portes à la population. Ils auront une capacité de vaccination d’environ 185.500 doses/semaine et seront ouverts jusqu’à ce que les objectifs de vaccination soient atteints.

La plupart des centres ouvriront début décembre et sont d’ores et déjà accessibles à la prise de rendez-vous via www.jemevaccine.be ou au numéro gratuit 0800/45.019.

Les centres déjà existants ont, quant à eux dans la très grande majorité des cas, déjà augmenté leurs horaires et jours d’ouverture (passage de 3 à 6 jours d’ouverture/semaine et de 11h à 13h d’ouverture/jour) pour accueillir davantage de personnes.

Concrètement, le paysage de la campagne de vaccination pour la 3ème dose sera donc décliné en nouvelles antennes mobiles de proximité et centres de vaccination répartis de manière homogène sur l’ensemble du territoire wallon (les lieux de centres sont disponibles ici ).

Le dispositif de vaccination par les médecins généralistes qui le souhaitent restera par ailleurs d’application.

Pour rappel, pour pouvoir être vacciné avec une troisième dose de booster qui se fera uniquement avec un vaccin à ARNm messager Pfizer ou Moderna, il faut avoir reçu sa dernière dose de vaccin 2 mois après une vaccination de Johnson & Johnson, 4 mois après une vaccination en dernière dose d’Astra Zeneca et 6 mois après une dernière dose de Pfizer ou de Moderna. Comme lors des phases précédentes de la campagne de vaccination, l’Aviq enverra à toutes les personnes remplissant les conditions de délai, leur invitation en commençant par les plus âgées.

Le système de liste d’attente Qvax sera également réactivé avec des inscriptions possibles fin de semaine. En fonction des places se libérant, les centres pourront appeler les personnes à partir de la semaine prochaine afin de pouvoir administrer d’éventuelles doses excédentaires aux personnes plus jeunes, qui se trouvent dans les conditions d’éligibilité pour recevoir une troisième dose.

La Wallonie a déjà administré depuis la mi-septembre et à ce jour, plus de 455.000 vaccins 3ème dose « booster » aux personnes âgées de 65 ans et plus, aux personnes immunodéprimées ou encore, tout récemment, au personnel soignant ainsi qu’aux personnes ayant reçu un vaccin Johnson et Johnson qui se trouvent dans les conditions d’éligibilité. Au total, 1.680.000 personnes éligibles sont appelées à recevoir leur troisième dose en Wallonie, elles recevront leur invitation d’ici mi-janvier. 

Plus de 145.000 rendez-vous sont également actuellement pris pour les jours à venir et les invitations pour toutes les personnes éligibles âgées entre 60 et 64 ans viennent de partir.

Toute la population wallonne qui se situe dans les conditions pour recevoir la 3ème dose sera invitée à aller se faire vacciner d’ici fin mars 2022 au plus tard. 

 

La Conférence Interministérielle Santé publique approuve le plan de vaccination booster de tous les adultes

Après les groupes prioritaires, le reste de la population adulte sera invité à recevoir un vaccin ‘booster’ ARNm à partir de début décembre. La CIM a donné son feu vert aujourd'hui sur la base d'un avis du Conseil Supérieur de la Santé et de la Task Force Vaccination du Commissariat Corona au Gouvernement. L'ordre d'invitation sera déterminé en fonction de l'âge décroissant et du temps écoulé depuis la vaccination précédente. D'ici mars 2022, toutes les personnes qui sont dans les conditions devraient avoir eu l'occasion de recevoir un vaccin de rappel. Des vaccins et du matériel en quantité suffisante seront disponibles pour cette campagne de booster.


Les groupes prioritaires recevront une invitation avant la fin de l'année 2021
Les 4 vaccins utilisés en Belgique pour la vaccination de base sont très efficaces. Une étude récente menée avec Sciensano montre que grâce à ces vaccins, 30 000 admissions à l'hôpital ont été évitées depuis le début de la campagne de vaccination en janvier 2021. La protection contre les maladies graves reste élevée, mais depuis octobre 2021, elle a légèrement diminué, notamment chez les personnes dont l'immunité est réduite et chez les personnes de plus de 65 ans. C'est pourquoi ces groupes sont déjà pleinement invités et vaccinés par un vaccin de rappel, tout comme les prestataires de soins de santé et, dans le courant du mois de décembre, les personnes ayant reçu une dose unique du vaccin Janssen (dont l'efficacité diminue plus rapidement). D'ici le début de l'année 2022, chacune de ces quelque 3,5 millions de personnes aura eu l'occasion de prendre un rendez-vous pour le vaccin de rappel.


Il n’y a pas preuve tangible que le reste de la population restera suffisamment protégé par sa vaccination de base, surtout avec la circulation élevée actuelle du virus. Le Comité de Concertation a donc chargé la CIM Santé publique d'élaborer un plan opérationnel fondé sur des données scientifiques afin de fournir à l'ensemble de la population un vaccin de rappel dans les meilleurs délais. Sur la base de l'avis du Conseil Supérieur de la Santé et de la Task Force Vaccination, la CIM Santé publique a donné aujourd'hui le feu vert à ce plan opérationnel.


Comment cette vaccination booster sera-t-elle organisée ?


Dans l’ordre basée sur l'âge et le moment de la vaccination précédente et le type de vaccin
Elle concerne plus de 8 millions de personnes, qui ont déjà reçu une vaccination de base complète. Parmi les 510 000 personnes vaccinées avec AstraZeneca, un intervalle de 4 mois entre la deuxième dose et la dose de rappel est recommandé. Elles peuvent donc être progressivement invités à partir du mois de décembre. Les 4,2 millions de personnes vaccinées avec un vaccin à ARNm (Pfizer ou
Moderna) seront invitées à partir de la mi-décembre. L'ordre est déterminé par 1) l'intervalle de 6 mois entre la 2e et la 3e vaccination et 2) l'âge décroissant.


Un booster pour tous d'ici mars 2022
Actuellement, environ 420 000 vaccins par semaine peuvent être administrés dans notre pays. Cette capacité est suffisante pour les groupes prioritaires et pour les vaccinations de base qui sont encore administrées chaque jour (environ 25 000 premières doses par semaine et autant de deuxièmes doses). À partir de décembre, la capacité sera encore augmentée pour atteindre près de 530 000 doses par semaine (50 000 à Bruxelles, au moins 300 000 en Flandre, 170 000 en Wallonie et 3 300 dans Ostbelgien). Ainsi, la majorité des adultes de moins de 65 ans pourront recevoir une dose booster au plus tard en mars 2022.


Un stock suffisant
Il y a suffisamment de vaccins ARNm (et de matériel de préparation et d'injection) disponibles pour la campagne de rappel : il y a actuellement 23 millions de seringues et d'aiguilles et environ 5,2 millions de doses de vaccin ARNm en stock. De nouvelles livraisons sont également prévues à partir de janvier 2022.


Canaux parallèles pour la vaccination booster
La taskforce a la possibilité de multiplier les canaux de vaccination troisième dose via la médecine du travail, en fonction de la disponibilité des vaccins, en concertation avec les partenaires sociaux, selon le schéma de base (minimal après 2, 4, 6 mois). Dans cette perspective, la Taskforce organisera une concertation avec les Communautés et les services et secteurs privés et publics intéressés.
Conformément à la demande du Comité de concertation, la CIM a demandé au CSS, avec le Comité bioéthique, de lui communiquer pour mi-décembre son avis sur la vaccination des enfants de 5-11 ans.


Variant inquiétant dans le Sud de l’Afrique
En outre, le 26 novembre, la CIM a déjà été informée en détail par le Risk Assessment Group des risques d'un nouveau variant préoccupant du coronavirus qui a été découvert dans le Sud de l’Afrique. Sur la base d’avis scientifiques, la CIM a immédiatement décidé d'ajouter certains pays du sud de l'Afrique à la liste des pays présentant des variants préoccupants (VOC). Il s’agit de l’Afrique du Sud, Eswatini, Zimbabwe, Malawi, Lesotho, Mozambique, Botswana, Namibia et Zambie. Cela signifie, entre autres, que les voyages de ces pays vers la Belgique seront interdits ou seulement possibles sous des conditions strictes. Cette interdiction prend effet le 28 novembre. De plus amples informations sont disponibles sur www.info-coronavirus.be/fr/pays-a-haut-risque.

Le comité de concertation adopte des mesures hivernales à effet immédiat

Le Comité de concertation a constaté aujourd’hui que la situation du coronavirus dans notre pays se détériorait rapidement avec à la clé une surcharge du système des soins de santé, l’absentéisme du personnel soignant et le report des soins aux patients. Le Comité de concertation a donc décidé d’adopter un nouvel ensemble de mesures hivernales qui limiteront le nombre de contacts.

La situation sanitaire s’est encore détériorée depuis le dernier Comité de concertation. Le nombre de contaminations, les hospitalisations et la charge qui pèse sur les soins intensifs ont continué à augmenter. Si une nouvelle hausse temporaire était attendue, elle a largement dépassé les scénarios les plus négatifs qui avaient été envisagés.

De ce fait, la situation dans les soins a encore empiré, notamment pour les médecins généralistes, les centres de dépistage et les hôpitaux. En outre, 10 % des lits en soins intensifs sont indisponibles en raison du manque de personnel, ce qui provoque un nouveau report de la prise en charge de certains patients, tant en première ligne que dans les hôpitaux.

Le Comité de concertation a donc pris une série de décisions visant à ralentir la propagation du virus et à rendre la charge de travail dans les soins plus gérable. Ces mesures seront évaluées le 15 décembre.

Pour prendre connaissance de ces mesures, consultez le site de référence info-coronavirus.be.

Les 3èmes doses de vaccination « booster » en Wallonie : plus de 416.000 personnes déjà vaccinées

Suite aux décisions antérieures prises par les Ministres de la Santé, sur base des avis scientifiques et médicaux, pour répondre à la diminution de la protection offerte par la primovaccination, la vaccination avec une 3ème dose de « booster » pour la population est largement amorcée en Wallonie.

Depuis la mi-septembre et à ce jour, 416.804 troisièmes doses ont déjà été administrées aux personnes âgées de 65 ans et plus, aux personnes immunodéprimées ou encore, tout récemment, au personnel soignant ainsi qu’aux personnes ayant reçu un vaccin Johnson et Johnson qui se trouvent dans les conditions d’éligibilité. Pour rappel, cette troisième dose de rappel avec un vaccin à ARNm messager est possible 2 mois après une vaccination de Johnson & Johnson, 4 après une vaccination en dernière dose d’Astra Zeneca et 6 mois après une dernière dose de Pfizer ou de Moderna.

Plus de 150.825 rendez-vous additionnels ont en outre été pris à l’heure actuelle dans les centres et antennes de vaccination déployés sur le territoire wallon.

Au total, 78% des personnes immunodéprimées et 68% des personnes de 65 ans et plus qui se trouvent dans des conditions d’éligibilité ont déjà été vaccinées ou le seront dans les prochains jours.

La vaccination en 3ème dose du reste de la population qui se trouve dans les conditions d’éligibilité sera par ailleurs abordée ce samedi à la Conférence Interministérielle Santé.

Sur base de l’accord de principe de cette 3ème dose « booster » à la population déjà acté par les Ministres de la Santé, la Wallonie prépare actuellement un nouveau redéploiement de ses centres et antennes de vaccination.  Après une première montée en puissance effectuée à la mi-octobre dernier qui a permis d’ouvrir 22 centres de vaccination et une dizaine antennes mobiles, la Wallonie s’apprête à opérationnaliser une nouvelle amplification de son réseaux de lieux de vaccination. Ce dernier sera connu dans les prochains jours.

Au vu de la situation sanitaire, les autorités wallonnes appellent les personnes qui ont reçu leur convocation pour une troisième dose à prendre rendez-vous immédiatement. Cette nouvelle dose de vaccin permet en effet de récupérer une protection prolongée contre de Covid-19, tant au niveau de l’infection, de la transmission du virus que des formes graves de la maladie.

Erreur dans le contenu du courrier d’invitation pour la vaccination contre le Covid-19 au personnel d’aide et de soins

Une partie des membres du personnel d’aide et de soins domiciliés en Région wallonne a reçu ces derniers jours une invitation à la vaccination. Ce courrier précise qu’ils ne sont pas vaccinés contre le Covid-19 et les invite à recevoir une première dose dans les plus brefs délais.


Il s’agit d’une regrettable erreur du prestataire chargé de l’expédition des lettres d’invitation qui n’a pas envoyé la bonne version du courrier d’invitation. La bonne version du courrier devait en effet leur donner les informations relatives à l’administration d’une dose supplémentaire.


Nous présentons toutes nos excuses aux personnes concernées.


Afin de rectifier la situation, l’invitation corrigée pour la dose supplémentaire de vaccin est en cours d’expédition.


Il est important de préciser que malgré le contenu erroné de ce courrier, le code qui y est renseigné est correct et peut être utilisé pour recevoir la dose supplémentaire en prenant d’ores et déjà rendez-vous via le site jemevaccine.be ou en allant directement dans une antenne mobile ou un centre de vaccination accessible sans rendez-vous muni de l’invitation. Ces informations sont disponibles sur jemevaccine.be.


Par ailleurs, l’invitation pour la dose supplémentaire envoyée par mail ou SMS ne comporte pas d’erreur.

Comité de concertation : port du masque étendu et télétravail obligatoire

Le Comité de concertation a discuté hier de la situation de la pandémie de coronavirus dans notre pays et s’est accordé sur une série de nouvelles mesures de protection. Le port du masque obligatoire est ainsi étendu et le télétravail rendu obligatoire. Seul leur strict respect nous permettra d’éviter un nouveau confinement.

Le nombre de contaminations, d’hospitalisations et de patients en soins intensifs a presque doublé au cours des deux dernières semaines.

Afin d’éviter un engorgement de notre système de soins de santé et de permettre un fonctionnement aussi normal que possible de notre l’enseignement et notre économie, le Comité de concertation a pris plusieurs mesures de protection.

Pour prendre connaissance de ces mesures, consultez le site de référence info-coronavirus.be.

Les centres de vaccination de Wallonie prolongés et amplifiés jusque fin février 2022

Afin d’augmenter le taux de couverture vaccinale de la population wallonne face au Covid- 19, de garantir une capacité suffisante des structures pour administrer la 3ème dose « booster » aux personnes âgées, fragiles en termes de santé et bientôt à l’ensemble de la population, la Wallonie va effectuer une nouvelle adaptation des structures de vaccination actuellement actives sur son territoire.

Sur proposition de la Vice-Présidente et Ministre de la Santé, Christie Morreale, le Gouvernement de Wallonie vient en effet de marquer son accord pour prolonger, amplifier et renforcer, jusque fin février, les différentes structures qui vaccinent aujourd’hui la population, au-delà des médecins généralistes. Concrètement :

  • Dix nouveaux centres de vaccination ouvriront leurs portes progressivement à partir du 29 novembre. Les lieux qui accueilleront ces centres seront précisés très prochainement.
  • La capacité vaccinale des 22 centres actuellement ouverts sera augmentée par un élargissement de leurs horaires, du nombre de leurs lignes de vaccination et/ou de leurs jours d’ouverture. Les centres pourront ainsi être accessibles au public, selon les cas, jusqu’à 6 jours par semaine. Certains centres passeront également de 11 heures de vaccination par jour à 13 heures.
  • 14 nouvelles antennes mobiles de vaccination seront déployées en Wallonie.

Elles viendront compléter les 10 antennes qui tournent actuellement sur le territoire wallon et vaccinent les personnes au plus près de leur domicile et de leur vie quotidienne ; dans les quartiers des grandes villes, dans les villages, les communes plus rurales, sur les campus universitaires...

En combinaison avec les gestes barrières (port du masque, aération des pièces, distances sociales, nettoyage des mains, etc.), la vaccination demeure la seule véritable option pour faire reculer cette pandémie.

Les ministres de la Santé publique appellent à des efforts concertés pour mieux contenir la quatrième vague de cas de COVID-19, et travaillent en même temps à un plan global pour une vaccination « booster » généralisée

La Conférence Interministérielle constate que la situation épidémiologique actuelle est et reste préoccupante. Le nombre de personnes qui tombent malades, sont hospitalisées ou décèdent a fortement augmenté depuis octobre 2021. Aujourd'hui, au début de l'automne, la pression sur le système de soins de santé est particulièrement élevée. Cela vaut pour le système hospitalier, qui consacre aujourd'hui environ un quart de sa capacité d'accueil en soins intensifs aux soins COVID-19. Cette part augmentera et entraînera à nouveau le report d'autres soins, non liés au COVID-19. Dans le domaine de la première ligne, les médecins généralistes, les postes de garde et les pharmaciens sont également soumis à une lourde charge de travail, car ils doivent fournir des soins réguliers ainsi que tester les personnes présentant des symptômes et les contacts à haut risque. Les modèles prospectifs montrent que le pic de cette quatrième vague n'a pas encore été atteint et qu'il atteindra probablement son niveau le plus élevé durant la deuxième quinzaine de novembre. La hauteur de la quatrième vague et sa durée sont à l’heure actuelle incertaines.
Dans ce contexte, il est donc impératif de réduire la circulation du virus. Une circulation réduite du virus permettra de mieux protéger la population contre les maladies, les hospitalisations et les décès. Il n'existe pas d'instruments parfaits ou uniques pour cela. Ce qu'il faut, c'est une combinaison de mesures et d'efforts de chacun d’entre nous.


La Conférence Interministérielle Santé publique met l'accent sur les mesures de protection ou "lignes de défense" suivantes :

1. La vaccination est et reste notre instrument le plus puissant contre la maladie et l'hospitalisation. Cela ressort clairement de l’analyse de tous les chiffres. La campagne de vaccination est toujours en cours et environ 25 000 citoyens sont vaccinés chaque semaine. Nous poursuivons ces efforts et, en attendant, nous déployons la vaccination « booster ». La priorité a été donnée aux groupes de population qui ont le plus besoin de cette vaccination « booster », c'est-à-dire les personnes âgées et les personnes vulnérables. Il reste essentiel que les groupes de population qui en ont le plus besoin aient le plus rapidement accès à cette vaccination. La Conférence appelle chacun à se faire vacciner dès qu'il y est invité.

Dans ce contexte, la CIM d'aujourd'hui a déjà approuvé l'administration d'un vaccin mRNA « boost » aux personnes ayant reçu la dose de vaccin de Janssen. La CIM a pris cette décision sur la base d'un avis du Conseil Supérieur de la santé, qui est parvenu à cette conclusion après avoir analysé des données scientifiques belges et internationales provenant des États-Unis et d'ailleurs. Actuellement, toutes les personnes vaccinées de plus de 65 ans et les professionnels de la santé sont invités à recevoir un vaccin « boost ». À partir de la mi-décembre, les personnes ayant reçu le vaccin de Janssen seront également invitées.

La CIM a également commandé un plan pour une vaccination « booster » généralisée pour les moins de 65 ans. Comme toujours, cela se fera sur la base de données et de connaissances scientifiques. Elle a demandé au Conseil Supérieur de la santé et à la Task Force « Vaccination » de préciser les bases scientifiques de ce plan dans les deux prochaines semaines et de préparer différents scénarios. Ceux-ci devront indiquer, entre autres, comment et quand quelles personnes pourront recevoir une dose de vaccin ‘booster’. Le plan global pour cette vaccination « booster » généralisée sera discuté lors de la CIM du 27 novembre.

2. Après 22 mois, les citoyens savent quelles mesures préventives ils peuvent adopter pour se protéger et protéger les autres, en tenant compte de leur propre profil de risque ou de celui des personnes avec lesquelles ils sont en contact. La CIM répète les conseils pour un automne et un hiver en toute sécurité :

  • Dans le contexte actuel, les conseils suivants s'appliquent à tous, mais surtout aux personnes âgées et vulnérables et à celles qui sont en contact avec elles : limiter les contacts, ventiler les espaces, garder ses distances, utiliser des masques buccaux, appliquer les règles pour une hygiène des mains et la toux, en plus des indications du testing, utiliser la possibilité d'un outil d'auto-évaluation ou d'un auto-test en cas de doute ou d'inquiétude, etc.
  • Si vous vous sentez malade : restez chez vous, n'allez pas au travail ou à l'école, ne rencontrez pas d'amis. Faites-vous dépister dès que possible.
  • Autant que possible, ne surchargez pas votre médecin, votre pharmacien ou la ligne 1733 avec des questions informatives sur le dépistage et le suivi de contacts : consultez le site web www.info-coronavirus.be ou appelez le centre d'appel 0800 14 689. Les personnes présentant des symptômes d'une infection corona peuvent désormais vérifier en ligne grâce à l’outil d’auto-évaluation si elles doivent être testées et recevoir un code de test. Une visite chez le médecin n'est alors plus nécessaire. Cet outil d'auto-évaluation est disponible sur www.masante.belgique.be
  • En cas de test positif ou de contact à haut risque : respectez les mesures d'isolement ou de quarantaine. Comme contact à haut risque, protégez-vous et protégez les autres, et réduisez vos contacts au minimum, même si, lorsque vous êtes vacciné, vous êtes autorisé à mettre fin à la quarantaine après un premier test négatif.
  • Aérez vos espaces intérieurs et vérifiez la qualité de l'air à l'aide d'un compteur de CO2 (le cas échéant obligatoire dans certains lieux comme la restauration, les lieux de fête, les salles de fitness, etc.)
  • Connaissez votre propre profil de risque. Avez-vous 65 ans et plus et/ou souffrez-vous de comorbidités ou de problèmes d'immunité ? Limitez vos contacts, ventilez, gardez vos distances, utilisez des masques buccaux en entreprise si vous ne pouvez pas garder une distance de 1,5 m. Si vous êtes en contact avec ces groupes vulnérables : protégez-les, utilisez si nécessaire des autotests.

3. Le port d'un masque vous protège, vous et les autres, contre la propagation du coronavirus. Vous devez porter un masque dans toutes les situations où vous ne pouvez pas garder une distance de 1,5 mètres. Le port d'un masque bucco-nasal est également obligatoire, pour toute personne âgée de plus de 12 ans dans certaines circonstances. La CIM invite tous les organisateurs de manifestations ou les responsables d'établissements récréatifs, sportifs, culturels, d’Horeca etc. à sensibiliser autant que possible leurs visiteurs au port du masque, même si le CST est utilisé.

4. Le télétravail est fortement recommandé. Le télétravail réduit les contacts sur le lieu de travail et dans les transports publics. Des accords sont conclus avec les partenaires sociaux sur l'application du télétravail et des mesures de prévention sur le lieu de travail.

5. Le Covid Safe Ticket (CST) est un instrument qui peut contribuer à des contacts plus sûrs. Il ne s'agit pas d'un instrument parfait, car les personnes vaccinées peuvent également être infectées, même si l'incidence chez les 18-64 ans vaccinés semble être deux fois plus faible que chez les personnes non vaccinées. Il est recommandé que le CST puisse être combiné avec d'autres mesures de protection, comme le port d'un masque bucco-nasal ou l'amélioration de la qualité de l'air, etc. Ce qui est vrai pour le CST l'est aussi pour les autres instruments : la combinaison de plusieurs instruments assure une meilleure protection.

6. La détection des contacts à haut risque reste importante pour éviter que le virus continue à circuler et à toucher des personnes plus vulnérables. La détection de contacts ne peut fonctionner correctement que si les personnes infectées transmettent également les coordonnées de leurs contacts aux call centers. L'application Coronalert permet également d'avertir les personnes qui ne vous sont pas connues. Inversement, vous êtes également informé lorsque vous avez eu un contact à haut risque, afin de pouvoir prendre des mesures pour protéger les personnes vulnérables. A l'heure où les contacts entre personnes se multiplient (dans la restauration, les activités sportives, les événements culturels, etc.), cette application est donc un complément très utile et simple pour la détection des contacts et la protection des personnes. La CIM appelle donc chacun à installer et à activer cette application gratuite.

Une nouvelle antenne de vaccination mobile à Liège Ville et ses alentours

Afin de renforcer les primo-vaccinations contre le covid-19, d’ouvrir davantage de structures de proximité notamment pour administrer les troisièmes doses « booster » aux personnes de 65 ans et plus ainsi qu’à celles à la santé plus fragile, les autorités wallonnes ouvriront, dès la semaine prochaine, une nouvelle antenne mobile à Liège et dans ses environs.

La première étape de cette antenne se fera à Saint-Nicolas le mercredi 17 novembre. L’antenne circulera ensuite à l’Université de Liège, dans les quartiers des Guillemins, des Vennes, à Droixhe ou encore à Sainte-Marguerite. Elle fera aussi arrêt dans quelques communes environnantes à la mi-novembre et la semaine du 8 décembre.

Les citoyens pourront s’y présenter sans rendez-vous, de 9h à 19h. Pour les personnes qui se présentent pour une troisième dose, elles devront toutefois venir munies de leur invitation à la vaccination. L’antenne fera les étapes suivantes :

  • ULiège : le 17 novembre, Pavillon des Libertés (rue de la Libération 20, 4420 à Saint-Nicolas) ;
  • Saint-Nicolas : le 18 novembre, sur le campus du Sart-Tilman ;
  • Vaux-sous-Chèvremont : le 19 novembre, Maison communale ;
  • Sainte-Marguerite : le 20 novembre, Parking public, (rue Sainte-Marguerite, à hauteur du n° 45) ;
  • Droixhe : le 22 novembre, (place de la Résistance) ;
  • Wandre : le 23 novembre devant la Mairie de quartier (rue de Visé 832, à 4020 Liège) ;
  • Quartier des Guillemins : le 8 et 9  décembre, Esplanade  des Guillemins ;
  • Quartier des Vennes : le 12 et 13  décembre, lieu à déterminer.                   

Un centre de vaccination supplémentaire ouvrira également ses portes à Aywaille dès ce mercredi 17 novembre prochain, dans l’ancien bâtiment des contributions (rue de la Heid, 40). Il sera accessible à la population, du mercredi au samedi, de 9h à 19h. Il est d’ores et déjà possible d’y prendre rendez-vous via www.jemevaccine.be ou en appelant le numéro gratuit 0800/45 019.

Ces nouveaux dispositifs viendront renforcer les centres et antennes actuellement déployés en Wallonie où 82% de la population wallonne de 18 ans et plus s’est déjà faite vaccinée.

Les autorités wallonnes appellent les personnes âgées à faire rapidement leur troisième dose de vaccin contre le Covid-19

Etant donnée la recrudescence des contaminations de covid-19, le fait que l’immunité des personnes plus âgées vaccinées diminue quelques mois après l’administration du vaccin et que cette période automnale favorise la circulation du virus, les autorités wallonnes appellent aujourd’hui les personnes âgées de 65 ans et plus qui ont reçu une invitation pour une troisième dose « booster/rappel » de vaccin contre le covid-19 à aller se faire vacciner le plus rapidement possible.

Cette dose de rappel est actuellement proposée aux personnes âgées dont la dernière vaccination date de plusieurs mois (6 mois pour les vaccins Pfizer ou Moderna et 4 mois pour les vaccins Astra Zeneca ou Johnson & Johnson). Elle veut offrir une réponse immunitaire plus forte face à la maladie en augmentant notamment le taux d’anticorps. Ce rappel permet également de diminuer davantage le risque de contracter la maladie et ses formes graves mais aussi de réduire drastiquement sa transmission.

Concrètement, les personnes âgées de 65 ans et plus qui ont reçu leur convocation parce qu’elles sont dans les conditions pour recevoir une dose additionnelle avec le vaccin Pfizer, sont vivement invitées à aller se faire vacciner sans délai soit :

  • En prenant rendez-vous dans un centre de vaccination via le numéro d’appel gratuit 0800/45 019 ou sur le site www.jemevaccine.be ;
  • En se rendant, sans rendez-vous, dans une des antennes de vaccination mobiles qui circule actuellement en Wallonie. Dans ce cas de figure, les personnes doivent se présenter avec leur invitation à la vaccination.
  • En demandant une vaccination via leur médecin généraliste ;

Les horaires et conditions d’accès sans rendez-vous des centres de vaccination ainsi que les horaires et dates de passage des antennes de vaccination sont disponibles sur www.jemevaccine.be.