Fin de l'obligation du port du masque et règles de voyages à partir du 23 mai

Le baromètre corona qui était en code jaune depuis mars dernier va être désactivé, sur décision du Comité de concertation. À partir du lundi 23 mai, le port du masque ne sera plus obligatoire dans les transports en commun ni le remplissage du Passenger Locator Form (PLF) pour la plupart des voyages.

Le Comité de concertation constate que le nombre de contaminations et celui des nouvelles hospitalisations suivent une tendance à la baisse. Le taux de reproduction des contaminations et des hospitalisations reste en permanence inférieur à 1, ce qui indique une circulation nettement ralentie du virus. Le nombre de lits occupés par des patients covid en unités de soins intensifs s’établit également autour de 100 depuis un certain temps et reste donc bien en dessous du seuil de 300.

Port du masque obligatoire

L’obligation de porter un masque est supprimée partout sauf dans les hôpitaux, dans les cabinets médicaux (chez le médecin) et dans les pharmacies. Porter un masque dans les transports en commun n’est donc plus une obligation. Le masque reste toutefois recommandé dans les lieux très fréquentés ou dans les environnements de soins tels que les maisons de repos ou chez les dentistes, les kinés, les psychologues et les logopèdes. Une bonne ventilation des espaces intérieurs demeure également vivement recommandée car elle constitue une arme efficace contre la transmission des virus et profite aussi de manière générale à notre bien-être, notre santé et notre productivité.

Voyages

L’interdiction des voyages non essentiels depuis l’extérieur de l’Union européenne est levée. Sont également supprimées l’obligation de se faire tester le 1er et le 7ème jour, la quarantaine de 10 jours et l’obligation de pouvoir présenter :

  • le Passenger Locator Form ;
  • un certificat de vaccination, de rétablissement ou un résultat de test en cours de validité. Cela ne s’applique cependant pas aux voyageurs en provenance d’un pays confronté à la présence d’un nouveau variant préoccupant. Pour ces voyageurs, les règles actuelles restent en vigueur.

Gestion de crise (état de préparation à une pandémie)

Depuis le déclenchement de la pandémie de Covid-19, les lignes de défense ont été nettement renforcées, notamment le dépistage (testing), le traçage des contacts (tracing), la vaccination, la ventilation, la capacité des soins de santé, la surveillance pandémique (y compris le séquençage du génome) et la santé mentale. Le Comité de concertation entend ancrer durablement ces lignes de défense et sollicite à cet égard l’avis du Point focal Covid qui entretiendra pour ce faire une coopération étroite avec les entités fédérées. Le CIM Santé publique examinera l’opportunité et les modalités d’une dose de rappel supplémentaire pour offrir une meilleure protection contre une éventuelle nouvelle vague. Le ministre de la Santé publique va se pencher sur la valeur ajoutée épidémiologique du certificat covid et sa place dans le baromètre.

Vous pouvez consulter cette actualité sur le site de référence info-coronarivus.be.

Vous êtes vacciné contre le Covid-19 à l’étranger ?

Vous êtes vacciné contre le Covid-19 à l’étranger ? Pouvez-vous avoir accès au certificat de vaccination ? 

Pour demander votre certificat numérique via l'appli CovidSafeBE ou via les portails en ligne (voir covidsafe.be), vous devez disposer d'un numéro BIS NISS. Pour ce faire, rendez-vous chez un médecin généraliste et présentez-lui votre preuve de vaccination étrangère ainsi que votre document d’identité. 

Sur base de ces documents, le médecin pourra alors créer un numéro BIS (NISS) au moyen de sa carte d’identité via TOTP. Une fois les contrôles d’accès effectués, le médecin sera invité à compléter un formulaire de la façon la plus complète possible. Ces données permettent d’identifier une personne avec suffisamment de certitude.

ATTENTION : LE NUMERO BIS NISS EST UN NUMERO UNIQUE ! N’hésitez pas à demander au médecin de vous l’inscrire sur une feuille à part. 

Votre certificat sera prêt deux jours après l'enregistrement : vous le trouverez dans l'appli CovidSafeBE. Si cela ne fonctionne pas, munissez-vous de votre numéro BIS et appelez le call center pour demander que l'on vous envoie une version papier.

 

Lancement de la phase pilote pour la vaccination en pharmacie

Dans le cadre de la récente modification législative fédérale permettant d'organiser la vaccination contre le Covid-19 en pharmacie, la Wallonie lance progressivement, dès ce lundi 2 mai et jusqu'au 30 juin prochain, une expérience pilote de vaccination en pharmacie. Cette nouvelle étape permettra de multiplier les initiatives de proximité qui pourront être déployées dans le cadre de la prochaine campagne de la dose booster pour se protéger du covid-19.

L’opérationnalisation de cette vaccination de proximité, organisée en pleine collaboration avec les trois Fédérations des Pharmaciens ; l’Association Pharmaceutique Belge (APB), l’Association des Unions de Pharmaciens (AUP) et l’Office des Pharmacies Coopératives de Belgique (OPHACO) sera réalisée dans 26 officines pilotes qui étaient déjà partenaires des centres de vaccination.

Concrètement, cela signifie que durant cette période, tous les citoyen.ne.s wallon.ne.s, âgés de 12 ans et plus, pourront se faire vacciner contre le Covid-19 dans une des officines désignées.

Cette nouvelle possibilité de vaccination pour la population viendra compléter la vaccination, toujours possible, dans les 9 centres ouverts en Wallonie ou via les cabinets des médecins généralistes.

Afin de lancer ce nouveau processus, les pharmacien.ne.s impliqué.e.s ont reçu une formation complète relative aux procédures  de vaccination contre le Covid-19 notamment concernant la vérification des conditions d’éligibilité des personnes à la vaccination, la conservation, la préparation, l’administration des vaccins ou encore la surveillance post-injection des effets indésirables. Les 26 officines pilotes ont également réalisé les ajustements nécessaires pour recevoir les patients dans des conditions optimales pour la vaccination. Le pharmacien aura également la responsabilité d’enregistrer la vaccination, afin qu'un certificat de vaccination puisse être établi pour le patient.

En parallèle de ce lancement, un projet pilote visant à mettre en place de nouvelles procédures simplifiées de vaccination chez les médecins généralistes sera prochainement déployé..

En pratique.

Afin de bénéficier de conditions optimales, la vaccination en pharmacie s’effectuera sur rendez-vous dans une des 26 pharmacies participantes. La liste des officines (en annexe) ainsi que les modalités pratiques de prise de rendez-vous sont disponibles sur le site www.jemevaccine.be ou via le numéro d’appel gratuit 0800/45.019. 

En ce que qui concerne les mineurs de 12 à 15 ans, une autorisation parentale, également disponible sur le site www.jemevaccine.be, reste nécessaire.

Le vaccin utilisé sera un vaccin à ARN messager de Pfizer.

A l’instar de ce qui se pratique dans les centres de vaccination, après l’injection, la personne vaccinée restera sous surveillance du pharmacien pendant 15 minutes.

Listes des pharmacies participantes au projet pilote.

Province de Hainaut (10)

  • Montignies-sur-Sambre : Pharma 24/24 SPRL                                   
  • Courcelles : Lavista Pharmacie                                                                         
  • Chatelet : Pharmacie du Ring     
  • Charleroi : Pharmacie de Goutroux
  • Binche : Pharmacie Dumont
  • Jemappes : Pharmacie Multipharma
  • Colfontaine : Detiphar
  • Frameries : Pharmacie des Saules 
  • Beloeil : Pharmacie Caulier
  • Momignies : Momignies Pharma SPRL

Province de Liège (3)

  • Verviers : Vpharma
  • Saint-Nicolas : Pharmacie Goffin
  • Bassenge : Pharmacie Van Leeuw

Province du Brabant wallon (2)

  • Nivelles : Pharmacie Multipharma, rue de Namur
  • Villers-la-Ville : Pharmacie du Bosquet

Province de Namur (6)

  • Andenne : Pharmacie Degée
  • Ciney : Pharmacie Familia Ciney Haut
  • Bièvre : Pharmacie Closson
  • Gedinne : Pharmacie Baijot 
  • Godinne : Pharmacie Familia
  • Walcourt : Pharmacie Multipharma

Province du Luxembourg (5)

  • Bastogne : Be’o Naturel pharmacie
  • Virton : Pharmacie Familia
  • Marche en Famenne : Pharmacie Debor
  • Tellin : Pharmacie Familia 
  • Tintigny : Pharmacie Multipharma

Vaccination Covid-19 en Wallonie : Le centre de vaccination du Brabant wallon déménage à Chaumont-Gistoux.

Pour permettre aux citoyens qui désirent recevoir leur première, deuxième ou troisième dose (et 4e dose pour les personnes immunodéprimées) de vaccin contre le Covid-19, la Wallonie a maintenu l’activité de 9 centres de vaccination sur l’ensemble de son territoire.

En province du Brabant wallon, le centre de vaccination qui était temporairement maintenu à Court-Saint-Etienne, au PAMExpo, change de localisation ce vendredi.

À partir de ce 22 avril, le centre du vaccination de la Province brabançonne sera situé à Chaumont-Gistoux, Chaussée de Huy n°312 (au niveau du Delhaize). 

Il sera accessible aux personnes, sans rendez-vous, le vendredi et le samedi, de 9h à 17h00. Le samedi matin restera réservé à la vaccination des enfants de 5 à 11 ans (doses pédiatriques avec rendez-vous préalable obligatoire). 

Le centre continuera donc à fonctionner sans prise de rendez-vous, bien que celle-ci demeure possible via le numéro d’appel gratuit 0800/45 019 (au 04/229.17.20 pour le vaccin Novavax) ou via le site internet www.jemevaccine.be

A l’heure actuelle, 79% des Wallon.nes éligibles à recevoir la dose « booster » l’ont reçue ou ont pris rendez-vous pour la recevoir. L’administration de cette dose « booster » reste nécessaire pour pouvoir bénéficier d’une protection optimale contre le Covid-19.
 

La vaccination pour les ressortissants ukrainiens en Wallonie

Vous êtes ressortissant ukrainien et vous souhaitez vous faire vacciner ou poursuivre votre vaccination contre le Covid-19? Vous hébergez ou accompagnez un ressortissant ukrainien?

  • Les centres de vaccination de Wallonie sont ouverts aux ressortissants ukrainiens sans rendez-vous avec les vaccins Pfizer ou Moderna
  • La vaccination avec le Novavax se fait sur rendez-vous au 04/229 17 20
  • La vaccination des 5-11 ans se fait avec une version pédiatrique du vaccin Pfizer et nécessite une prise de rendez-vous au 0800/45 019

Retrouvez toutes les informations sur la brochure d'informations à destination des Ukrainiens :

Les nouveaux visuels testing en vigueur depuis le 17.03.2022

Vous avez eu des contacts à haut risque avec une personne positive au Covid-19? Vous êtes vous-mêmes symptomatique? Vous rentrez de voyage ou souhaitez partir?

Prenez connaissance des mesures à prendre en un clin d'oeil grâce aux nouveaux visuels du site de référence info-coronavirus.be.

Image de l'infographie téléchargeable en PDF ci-dessousImage de l'infographie téléchargeable en PDF ci-dessousImage de l'infographie téléchargeable en PDF ci-dessous

Vaccination en Wallonie : 9 centres de vaccination resteront ouverts à partir du mois d’avril

Après une campagne de vaccination massive contre le Covid-19 en dose de rappel et en primo-vaccination, la majorité des centres de vaccination de Wallonie continue de fermer progressivement leurs portes tout au long de ce mois de mars.

Pour permettre aux citoyens qui désirent de recevoir leur première, deuxième ou troisième dose (et 4e dose pour les personnes immunodéprimées), 9 centres continueront toutefois leurs activités à partir du mois d’avril. Ces derniers, dont certains déménageront, seront répartis sur l’ensemble du territoire wallon :

En Province de Hainaut :

  • Tournai : ancien magasin Cuisinella (Avenue de Maire, 139). Après la fermeture du centre situé dans l’ancien magasin CEBEO (Avenue de Maire 175) le 31 mars, le nouveau centre ouvrira le 8 avril.
  • Charleroi : CEME (Rue des Français,147)
  • La Louvière : Louvexpo (Rue Arthur Delaby, 7)

En Province de Liège :

  • Liège : Ancien magasin Décathlon (Feronstrée, 64)
  • Pepinster : Hall Sportif (Rue du Paire, 1) : ce centre sera ouvert le vendredi 1er et le samedi 2 avril, le samedi 9 avril, et à partir du lundi 11 avril, tous les lundis et samedis, lundi 18 avril excepté.
  • Huy : Centre Nobel (Rue de la Paix, 3)

En Brabant Wallon :

  • Court-Saint-Etienne : PAMExpo (Boucle Joseph Dewez, 2). A partir du 22 avril, le centre changera de localisation. Les informations précises sur le nouveau lieu du centre de vaccination seront prochainement communiquées.

En Province de Namur :

  • Namur : Namur Expo (Avenue Sergent Vrithoff, 2)

En Province du Luxembourg :

  • Libramont : LEC (Rue des Aubépines, 50). Après une interruption après le 31 mars, ce centre reprendra ses activités le 8 avril.

Ces centres continueront à fonctionner sans prise de rendez-vous, bien que celle-ci demeure possible via le numéro d’appel gratuit 0800/45 019 ou via le site internet www.jemevaccine.be qui renseigne également les nouvelles adresses et horaires. Ils seront ouverts un jour de semaine et le samedi à partir du vendredi 1er avril.

A partir du mois d’avril, tous ces centres seront également en mesure d’administrer les deux doses du vaccin Novavax aux citoyens qui le souhaitent. Pour rappel, ce vaccin utilise la technologie des protéines recombinantes, qui est également utilisée dans d’autres vaccins comme ceux utilisés contre l’hépatite B. Il est administré en deux doses à au moins trois semaines d’intervalle.

Cette vaccination sera uniquement possible sur prise de rendez-vous via le numéro d’appel 04/229.17.20. Si la deuxième dose doit être administrée après la fermeture du centre dans lequel la première dose a été reçue, le centre se chargera de rediriger automatiquement le citoyen vers un centre prolongé.

A l’heure actuelle, 79% des Wallon.nes éligibles à recevoir la dose « booster » l’ont reçue ou ont pris rendez-vous pour la recevoir. L’administration de cette dose « booster » reste nécessaire pour pouvoir bénéficier d’une protection optimale contre le Covid-19 et d’un certificat Covid européen illimité, qui facilite les voyages dans les pays dont l’accès est conditionné, entre autres, par l’administration d’une dose « booster » en plus de la primovaccination en deux doses, ou une dose pour le Johnson & Johnson.

La CIM Santé publique affine encore la stratégie de test, d'isolement et de quarantaine et approuve les scénarios d'une future stratégie de vaccination 2022

Suite aux décisions du Comité de Concertation du 4 mars, la CIM Santé publique a également affiné la stratégie de testing, d’isolement et de quarantaine en fonction de la situation épidémiologique actuelle. Pour cela, la CIM a également approuvé un schéma global qui permettra d’activer plus rapidement cette stratégie à l’avenir, ce qui permettra de contenir plus rapidement la circulation du virus. En outre, la CIM a approuvé cinq scénarios pour une future stratégie de vaccination en 2022. Les décisions de la CIM concernant la stratégie de testing, d’isolement et de quarantaine, ainsi que la stratégie de vaccination, sont fondées sur les avis respectifs du Risk Assessment Group (RAG) et du Risk Management Group, ainsi que de la Taskforce Vaccination.

Stratégie de test, d’isolement et de quarantaine

Selon le RAG, nous sommes actuellement au niveau 2 de la situation épidémiologique. Cela signifie que la circulation du virus est toujours élevée et que les personnes présentant des symptômes doivent continuer à être testées et à s’isoler si elles sont positives. À partir du 17 mars 2022, pour la population générale, les mesures ne s’appliqueront qu’aux contacts à haut risque au sein d’un ménage. Dans ce cas, il n’y aura plus d’obligation de test ou de quarantaine, mais il est toujours fortement recommandé à chacun (vacciné ou non) de porter un masque buccal pour les contacts en dehors du foyer pendant 7 jours après le contact à haut risque ou, si le masque buccal n’est pas possible, de faire un autotest quotidien. Cette recommandation s’applique aux personnes âgées de 6 ans et plus. Le dépistage systématique des contacts à haut risque et une éventuelle mise en quarantaine doivent être maintenus en cas de foyers dans des groupes vulnérables (par exemple, centre de soins résidentiel), après analyse par le médecin responsable. Les personnes présentant un risque accru de COVID-19 grave (par exemple en raison d’une immunosuppression) peuvent également être testées par PCR après un contact à haut risque si leur médecin traitant le juge utile. L’avis complet du RMG est disponible ici https://www.health.belgium.be/sites/default/files/uploads/fields/fpshealth_theme_file/rmg_nota_-_testing_isolatie_en_quarantaine_middellange_termijn_strategie_20220307.pdf

L’accessibilité des tests est garantie par le maintien des centres de test pour le moment. Il reste également possible de faire réaliser un test antigénique rapide (RAT) chez le pharmacien.

En application de la décision antérieure du Comité de concertation, des certificats de rétablissement basés sur un RAT positif seront également émis à partir de maintenant. Ces certificats de rétablissement sont disponibles et valables à partir du 12ème jour après le prélèvement du RAT positif et restent valables jusqu’au 180ème jour après le prélèvement. Ces certificats peuvent être créés à partir d’aujourd’hui. De même, dans quelques jours, pour les tests RAT positifs antérieurs (effectués il y a 180 jours au maximum), il sera possible de créer un tel certificat.

La collaboration interfédérale en matière de testing et de tracing se poursuit

La collaboration interfédérale en matière de testing et tracing s’est avérée être un élément essentiel de la gestion de crise. Sous la coordination du Comité interfédéral Testing et Tracing, différents dispositifs ont été développés, tels que les bases de données pour les codes de test, les vaccinations, l’application coronalert et l’application covid safe, divers outils en ligne (formulaire citoyen, outil d’auto-évaluation, demandes de réservation), etc. Cette collaboration fructueuse sera poursuivie afin d’être encore mieux préparé à d’éventuelles crises sanitaires futures.

Scénarios futurs pour la stratégie de vaccination 2022

Sur la base d’un avis de la Taskforce Vaccination, la CIM a approuvé cinq scénarios possibles pour une campagne de vaccination de rappel en 2022. Ces scénarios ont été élaborés sur la base des connaissances médicales et scientifiques actuelles. Dès qu’une campagne de vaccination de rappel apparaît nécessaire, la CIM pourra prendre une décision rapide et prendre les mesures nécessaires pour lancer la campagne. Cela se fera, comme toujours, sur la base des informations médicales, scientifiques et épidémiologiques alors disponibles. Le scénario le plus plausible est de commencer à administrer la deuxième dose de rappel à l’automne, en commençant par les personnes les plus vulnérables en raison de leur âge (résidents de centres de soins résidentiels et personnes âgées de 75 ans et plus). En même temps que la vaccination contre la grippe, le 2e rappel peut alors être proposé aux groupes les plus à risque ou les plus exposés (professionnels de soins, personnes âgées, personnes immunodéprimées ou présentant des comorbidités). La Taskforce Vaccination publiera et communiquera plus en détail son avis complet le vendredi 11 mars 2022 et donnera davantage d’explication lors de sa conférence de presse le 12 mars.

Masque buccal obligatoire dans les établissements de soins ambulatoires et résidentiels

Le Comité de concertation du 4 mars 2022 a décidé de maintenir le masque buccal obligatoire dans les établissements de soins ambulatoires et résidentiels dès l’âge de 12 ans. Le CIM Santé publique a précisé aujourd’hui les principes généraux.

Le port d’un masque buccal reste obligatoire pour :

  • Tous les professionnels visés par la loi de 2015 sur l’exercice des professions des soins de santé (sauf les logopèdes et les psychologues). Il s’agit donc de tous les médecins, infirmiers, kinésithérapeutes, pharmaciens, etc. ;
  • Tous les patients se trouvant dans le bâtiment du cabinet des professionnels susmentionnés ;
  • Tout le personnel et tous les visiteurs et patients des hôpitaux et des pharmacies.

A Bruxelles, en Ostbelgien, en Région wallonne et en Fédération Wallonie-Bruxelles il n’y a pas d’obligation générale de porter un masque buccal dans les établissements du secteur de l’Enfance et de la Jeunesse. Les mesures dans les établissements flamands de soins et de bien-être seront déterminées par le taskforce soins en Flandre.

Les services compétents affineront et préciseront les règles dans les prochains jours, et les communiqueront aux professionnels et aux secteurs concernés.

La CIM appelle tous les collaborateurs et visiteurs des établissements de soins ambulatoires et résidentiels à se conformer à cette obligation afin que les personnes vulnérables bénéficient d’une protection supplémentaire.

Tous les jeunes de 12 à 17 ans en Belgique peuvent désormais recevoir un vaccin de rappel COVID-19

La campagne de rappel du COVID-19 pour les adultes est en cours depuis un certain temps et se trouve actuellement dans sa phase finale.

Sur la base d'un avis positif précédent du Conseil Supérieur de la Santé, la vaccination de rappel des jeunes immunodéprimés âgés de 12 à 17 ans a été lancée également entre temps. En Flandre, tous les autres jeunes de 12 à 17 ans ont déjà eu l'occasion de recevoir un vaccin de rappel depuis quelques semaines.

À la suite d'une décision récente de l'Agence Européenne des médicaments et des avis du Conseil Supérieur de la Santé et de la Taskforce Vaccination, la CIM Santé publique a pris les décisions suivantes en sa séance du 04 mars 2022 :

  1. La campagne de rappel pour les jeunes de 12 à 17 ans présentant des facteurs de risque est poursuivie et étendue. Il s'agit notamment des jeunes immunodéprimés et des jeunes souffrant de maladies pulmonaires ou cardiovasculaires chroniques, d'obésité, d'asthme sévère, du syndrome de Down, de maladies rares, etc. Pour la liste complète, voir avis CSS n° 9618.
  2. Un vaccin de rappel chez les autres jeunes de 12 à 17 ans peut être administré à l'initiative du jeune ou de ses parents/représentants légaux, et selon les règles en vigueur appliquées à la primo-vaccination. 
  3. Une campagne générale de booster auprès de cette tranche d'âge avec invitation individuelle n'aura pas lieu pour le moment. Elle sera organisée si et quand les développements épidémiologiques l'exigent.

Concrètement, en Wallonie, les jeunes de 12 à 17 ans peuvent d'ores et déjà se rendre sans rendez-vous et munis de leur carte d'identité dans le centre de vaccination de leur choix pour recevoir leur dose de rappel.

L'analyse et les recommandations de la Taskforce Vaccination sont disponibles sur le site www.info-coronavirus.be.

Les avis du Conseil supérieur de la santé sont disponibles sur le site https://www.health.belgium.be/fr/conseil-superieur-de-la-sante.

Code jaune à partir du lundi 7 mars

À partir du 7 mars, le baromètre corona passe en code jaune. C’est ce qu’a décidé le Comité de concertation. Le Covid Safe Ticket va disparaître dans le secteur Horeca, tout comme les restrictions imposées aux événements. C’est aussi la fin de la situation d’urgence épidémique et de la phase fédérale du plan national d’urgence déclenché il y a deux ans.

Le Comité de concertation constate que les infections et le nombre de nouvelles hospitalisations suivent une tendance constante à la baisse. Le taux de reproduction des infections et des hospitalisations reste constamment inférieur à 1, ce qui indique une circulation du virus nettement plus faible. Dans le même temps, le nombre de lits occupés (par des patients atteints du covid) aux soins intensifs est également en baisse, bien en dessous du seuil de 300 lits. Plus de 9 millions de Belges ont reçu une primovaccination complète et plus de 7 millions ont également reçu leur dose booster.

Se fondant sur ces évolutions, le Comité de concertation a décidé de passer en code jaune à partir du lundi 7 mars. L’urgence épidémique sera également levée la semaine prochaine et la phase fédérale du plan national d’urgence décrété le 13 mars 2020 au début de la crise du covid prendra fin.

Concrètement, ceci implique donc la levée de toutes les restrictions, notamment celles applicables dans l’Horeca, dans les magasins et dans le secteur événementiel.

Masque conseillé mais obligatoire dans les établissements de soins et dans les transports en commun

Le port du masque reste recommandé, entre autres dans les espaces intérieurs, en cas d’affluence exceptionnelle et dans les endroits où la distance d’1,5 mètre ne peut être garantie.

L’utilisation d’un masque FFP2 reste recommandée pour les personnes vulnérables.

Après le congé de détente, à partir du lundi 7 mars 2022, le port du masque ne sera plus obligatoire dans l’enseignement.

Le masque reste obligatoire à partir de douze ans dans les établissements de soins tels que les hôpitaux et les maisons de repos, et dans les transports en commun.

Covid Safe Ticket

L’utilisation du Covid Safe Ticket, notamment dans l’Horeca et lors d’évènements, prend fin.

Règles régissant les voyages à partir du 11 mars

L’obligation générale de remplir un Passenger Locator Form (PLF) est levée. Le PLF est uniquement obligatoire pour les personnes se rendant en Belgique avec un transporteur en provenance d’un pays tiers qui ne figure pas sur la liste blanche de l’Union européenne.

Les personnes qui se rendent en Belgique et possèdent l’un des trois certificats COVID (vaccination, test ou rétablissement) ne sont soumises à aucune obligation de test ou de quarantaine.

Les personnes qui résident en Belgique, ne possèdent aucun des trois certificats COVID (vaccination, test ou rétablissement) et voyagent depuis un pays dont la situation est défavorable, doivent se faire tester le premier jour de leur arrivée (test antigénique rapide ou test PCR). Les pays dont la situation est défavorable sont notamment les pays en rouge foncé sur la carte de l’ECDC et les pays tiers qui ne figurent pas sur la liste blanche de l’Union européenne.

Les personnes qui ne résident pas en Belgique doivent être en possession d’un certificat COVID (vaccination, test ou rétablissement) en cours de validité lors de leur entrée en Belgique, sauf pour les courts séjours de moins de 48 heures sans recours à un transporteur. Pour les personnes en provenance de pays ou de régions présentant un nouveau variant préoccupant, les règles actuelles de dépistage et de quarantaine restent inchangées.

Une interdiction d’entrée sur le territoire est maintenue pour les voyages non essentiels des citoyens non européens résidant dans un pays tiers qui ne figure pas sur la liste blanche de l’Union européenne, à moins qu’ils ne disposent d’un certificat de vaccination ou de rétablissement.

L’interdiction d’entrée sur le territoire est maintenue pour les voyageurs en provenance de pays ou régions présentant un nouveau variant préoccupant (zone à très haut risque de VOC).

Télétravail

Le Comité de concertation invite les entreprises et les services publics, en concertation avec les partenaires sociaux, à ancrer un régime structurel de télétravail.

Suivi de la situation épidémiologique

Le Comité de concertation continue à suivre la situation épidémiologique. Il se réfère à cinq leviers que l’Organisation mondiale de la santé prévoit pour contrer une éventuelle résurgence du coronavirus :

  • Préserver la capacité de séquençage du génome pour détecter rapidement les nouveaux variants

  • Continuer à se concentrer sur la primovaccination des groupes non atteints et vulnérables, car une couverture vaccinale élevée reste la principale protection contre les nouveaux variants

  • Rendre les traitements antiviraux disponibles et abordables, en complément de la vaccination

  • Promouvoir la qualité de l’air par la ventilation et la filtration

  • Promouvoir la solidarité internationale dans le don et la production de vaccins pour réduire le risque d’émergence de nouveaux variants du virus.