Date actualité
Corps

Plusieurs pays européens, dont l'Italie, le Danemark et l'Islande, ont temporairement suspendu les vaccinations avec le vaccin d'AstraZeneca (AZ) par mesure de précaution. Cette décision a été motivée par des rapports faisant état de caillots sanguins chez des personnes vaccinées, dont un décès. Suite à cette décision, l'Agence européenne des médicaments (EMA) a donc immédiatement ouvert une enquête.


Au niveau européen, le nombre de rapports de caillots sanguins chez les personnes vaccinées n'est pas plus élevé que dans le reste de la population. Cela concerne 30 cas sur 5 millions de citoyens européens vaccinés. L'analyse de la Medicines & Healthcare products Regulatory Agency (MHRA) au Royaume-Uni, qui a administré jusqu'à présent plus de 11 millions de doses de ce vaccin, ne montre pas non plus d'augmentation du nombre de caillots sanguins.


Selon l'Agence belge des Médicaments (AFMPS), des effets secondaires ont été relevés dans moins de 2 % des vaccinations AZ, et aucun caillot sanguin n'a été signalé. De plus, les caillots sanguins ne sont pas mentionnés par le fabricant comme un effet secondaire de ce vaccin.


Enfin, une analyse approfondie de l'EMA souligne qu’actuellement rien n’indique que ces caillots sanguins sont liés au vaccin AZ. L'EMA en conclut que les avantages du vaccin AZ continuent de l'emporter largement sur les risques, mais examinera plus en détails tous les cas de caillots sanguins signalés ainsi que le lot spécifique de vaccins qui ont été administrés. Ce lot n'a par ailleurs pas été livré en Belgique.


Sur la base des données scientifiques actuelles, la Task Force continue de soutenir la vaccination avec ce vaccin. En effet, il réduit de manière significative, chez tous les adultes, le risque de maladies graves et les hospitalisations dues à la COVID-19. La sécurité des personnes vaccinées demeure une priorité. L'AFMPS et la Task Force s’attacheront à garantir un suivi quotidien de la situation.