Date actualité
Corps

La Conférence interministérielle Santé publique (CIM) s'est réunie hier soir suite à l'avis de la Task Force Stratégie de vaccination et du Conseil Supérieur de la Santé (CSS) suite à l'analyse de l’European Medicines Agency (EMA) sur le vaccin de AstraZeneca.

Lundi dernier, sur avis du CSS et de la Task Force Stratégie de vaccination, la CIM a décidé de poursuivre la campagne de vaccination avec le vaccin AstraZeneca alors que plusieurs autres pays européens l’avaient suspendu. Le nombre de cas de "thrombose" (caillot de sang) chez les personnes vaccinées n'est pas supérieur à ceux observés dans la population générale non vaccinée. Cette conclusion a été tirée d'études cliniques à grande échelle, de l'expérience au Royaume-Uni avec 11 millions de personnes vaccinées et des rapports dont dispose l'AFMPS. En effet, les thromboses sont fréquentes et ce, d’autant plus que l’âge augmente. Les troubles de la coagulation sanguine sont également une complication fréquente de l'infection par la COVID-19 elle-même.

Ce qui était appelé "thrombose" semble être un terme générique pour toute une série de manifestations pathologiques, y compris un certain nombre de manifestations très rares, comme l'association de thromboses et de thrombocytopénie (faible taux de plaquettes sanguines).

Le comité de sécurité de l'EMA a rendu compte aujourd'hui de son analyse approfondie des cas signalés. Tout d'abord, ils concluent que rien n'indique qu'il y ait un problème de qualité des vaccins ou qu'il y ait un lien avec certains "lots". D’un point de vue scientifique, il n'existe donc aucun lien entre la vaccination et un risque accru de thrombose.

A l’heure où l’on assiste à une augmentation des cas d’infection a là COVID-19, il est impératif qu’un maximum de citoyens se fassent vacciner. La vaccination est le seul et unique moyen de retrouver, tous ensemble, une vie normale. C’est un objectif auquel tous les acteurs de la société doivent impérativement œuvrer.

La CIM suit l'avis de la Task Force et du Conseil Supérieur de la Santé de poursuivre la campagne de vaccination et en particulier l'utilisation du vaccin AstraZeneca. Le suivi et l'analyse de tous les cas rapportés dans le cadre de la pharmacovigilance se poursuivront en étroite collaboration avec l'EMA. En outre, il convient en effet d'accorder une grande attention à une communication transparente avec les prestataires de soins de santé, les centres de vaccination et le grand public.

Les conclusions de l'EMA peuvent être consultées sur le site de l'EMA.