Date actualité
Corps

La CIM Santé publique a décidé aujourd'hui de reporter temporairement les premières administrations des vaccins Johnson&Johnson/Janssen (J&J) qui devaient commencer ce vendredi.

J&J a décidé hier de suspendre temporairement ses livraisons en Europe. Une nouvelle évaluation aura lieu au début de la semaine prochaine. En raison de l'approvisionnement limité en avril, cette décision n'aura pas d'impact significatif à court terme sur la stratégie de vaccination dans notre pays.


Hier, le gouvernement américain a suspendu pendant quelques jours l'administration du vaccin Johnson&Johnson/Janssen (J&J) après que plusieurs cas de thrombose sévère du sinus veineux cérébral, associée à un taux faible de plaquettes, ont été signalés1. Il s'agissait de 6 femmes (âgées de 18 à 48 ans) qui ont développé ces symptômes 6 à 13 jours après la vaccination, sur un total de 6,8 millions de doses administrées. Cette décision a été prise à titre préventif en attendant qu'un groupe d'experts indépendants du CDC - ACIP (Advisory Committee on Immunization Practices) examine ces cas et évalue les avantages par rapport aux risques.


Aujourd'hui, la firme J&J a également informé officiellement la Belgique qu'elle suspendait temporairement ses livraisons aux États membres de l’Union européenne. Elle demande aux pays qui ont déjà reçu des livraisons de vaccins de les placer en quarantaine pour le moment.


L'Agence européenne des médicaments (EMA) vient de relayer dans un communiqué cette décision de J&J et prévoit de formuler une recommandation sur le vaccin la semaine prochaine. L'EMA maintient sa position selon laquelle les avantages du vaccin l'emportent sur les risques d'effets secondaires. Son comité de pharmacovigilance (PRAC) a déjà posé des questions supplémentaires à J&J et est en consultation permanente avec ses collègues américains de la FDA (Food & Drug Administration).