Dose supplémentaire pour les résidents des maisons de repos, et adaptation des règles de quarantaine pour les enfants

Les vaccins ont définitivement prouvé leur efficacité dans la lutte contre le coronavirus. Dans les unités de soins intensifs, ce sont très majoritairement des personnes hospitalisées qui n'ont pas été vaccinées. Cependant, pour certains groupes vulnérables, il est important de prévoir une troisième couche de protection, comme nous l'avons déjà décidé pour les groupes à immunité réduite.


La Conférence interministérielle (CIM) Santé publique a également décidé de proposer également un vaccin supplémentaire aux résidents des maisons de repos afin d'assurer une protection optimale contre le COVID-19 sévère. Cette vaccination peut être effectuée en même temps que la vaccination contre la grippe saisonnière. En outre, la CIM ainsi que les ministres de l’Enseignement ont décidé que les enfants de 12 ans et moins de 12 ans ne doivent pas être mis en quarantaine après un contact à haut risque dans des collectivités, comme les écoles ou les garderies, si leur premier test PCR est négatif.


Vaccination supplémentaire pour tous les résidents des maisons de repos, éventuellement en même temps que le vaccin contre la grippe
Chez certains groupes de personnes, la protection contre le COVID-19 diminue plus rapidement après une vaccination de base avec un (vaccin Janssen) ou deux vaccins (de Moderna, Pfizer ou Astra-Zeneca). Pour les personnes dont l'immunité est diminuée, la CIM a récemment donné son feu vert à une vaccination supplémentaire avec un vaccin Pfizer ou Moderna, et ces personnes sont désormais invitées à y participer. Aujourd'hui, la CIM a également décidé de proposer à tous les résidents des maisons de repos une dose supplémentaire avec un vaccin mRNA. Ces derniers peuvent en effet aussi être exposés à un risque de maladie grave en raison d'une immunité moins efficace au COVID-19. Cette vaccination pourra être effectuée en même temps qu'une vaccination contre la grippe saisonnière (ou un autre vaccin), sans risque d'effets secondaires supplémentaires ou d'une efficacité réduite de l'un des deux vaccins. L'opportunité et l'efficacité d'une éventuelle vaccination de toutes les autres personnes de plus de 85 ans, ou d'autres groupes d'âge, seront examinées plus en détail dans les prochains jours.


Règles adaptées pour les enfants de 12 et moins de 12 ans
La CIM, en collaboration avec les Ministres de l'Enseignement, a également discuté des règles de quarantaine pour les enfants de 12 ans et moins dans certaines collectivités, comme les écoles (maternelles et primaires), les garderies et les crèches. Les Ministres ont décidé, en tenant compte des avis scientifiques, que ces enfants devront effectuer un test PCR au jour 1 et au jour 7 en cas de contact à haut risque. Il existe pour cela des techniques possibles d'échantillonnage adaptées aux enfants, comme les écouvillons nasaux antérieurs, écouvillons combinés nez-gorge ou les tests salivaires, à utiliser conformément aux recommandations scientifiques. Si le test est négatif le premier
jour, ils sont immédiatement libérés de la quarantaine. Avec 2 infections sur une période d'une semaine dans une classe ou un groupe sans lien en dehors de la classe, le groupe entier est considéré comme un contact à haut risque. Ces mesures prennent effet le 27 septembre 2021.

La Conférence interministérielle Santé publique a également décidé d’examiner prochainement un rapport sur les progrès engrangés concernant le dossier relatif sur la ventilation dans les écoles, sur la base d'une préparation en concertation entre les ministres de l'éducation et le Commissariat, ainsi de réaborder la stratégie globale de quarantaine et testing chez les enfants afin de poursuivre l’adaptation des règles chez les enfants en fonction de l’évolution de la situation sanitaire.

De plus amples informations sur les règles modifiées seront disponibles sur le site web de Sciensano ainsi que via les canaux des ministres de l'Enseignement et en charge de médecine scolaire.

Tous les résidents des maisons de repos pourront recevoir une troisième dose de vaccin début octobre en Wallonie

La Wallonie a aujourd’hui totalement vacciné près de 80% de sa population adulte.

Dans une logique de protection des plus fragiles et sur base des avis médicaux et scientifiques, les Ministres de la Santé réunis en Conférence Interministérielle (CIM) viennent d’autoriser une troisième dose de vaccin pour tous les résidents des maisons de repos et autres établissements pour personnes âgées (résidences services et centres de jour).

Suite à cette décision, la Wallonie est prête pour organiser cette nouvelle campagne de vaccination.

Sous l’impulsion de la Ministre wallonne de la Santé, Christie Morreale, de la Délégation générale Covid-19 et de l’AVIQ, les résidents des maisons de repos, pourront, dès le lundi 4 octobre, recevoir une troisième dose de vaccin.

Le vaccin Pfizer sera utilisé pour cette opération, quel que soit le type de vaccin reçu précédemment.

Concrètement, la vaccination sera toujours gratuite et sera prise en charge directement au sein de l’établissement. Le personnel soignant vaccinera les personnes qui le désirent après information et accord préalable. Aucune démarche particulière ne sera à accomplir.

Compte tenu de la fragilité des résidents des maisons de repos, résidences services et centres de jour, les autorités ont décidé d’autoriser la vaccination de tous les résidents qui le souhaitent, quel que soit leur âge et ce, afin de garantir la meilleure immunité possible au sein des établissements.

Une nouvelle antenne mobile de vaccination pour la région de Charleroi dès la semaine prochaine

La Wallonie a aujourd’hui complètement vacciné près de 80% de sa population adulte. Afin de protéger un maximum de personnes et de circonscrire la circulation du Covid-19, les autorités wallonnes veulent continuer à faire monter le taux de couverture vaccinale, en particulier chez les jeunes.

C’est la raison pour laquelle, sur proposition de la Ministre wallonne de la Santé, Christie Morreale, et de la Délégation générale Covid-19, une nouvelle antenne de vaccination mobile verra le jour dès la semaine prochaine et durant le mois d’octobre dans la région de Charleroi. Cette dernière s’installera dans différentes entités et à proximité de plusieurs hautes-écoles pour permettre à tous les citoyens qui le désirent de se faire facilement vacciner.

Le vaccin Pfizer ou unidose Johnson & Johnson (réservé aux personnes de 41 ans et plus) y sera distribué. Les personnes pourront s’y rendre sans avoir besoin de prendre rendez-vous. Dès mardi prochain, cette nouvelle antenne mobile fera étape aux lieux suivants :

  • Mardi 28 septembre et 19 octobre pour les secondes doses :
    • 9h30-18h : Haute école HELHa de Montignies-sur-Sambre
  • Mercredi 29 septembre et 20 octobre pour les secondes doses  :
    • 08h–12h : Marché de Courcelles
    • 15h-19h30 : Charleroi, centre commercial Rive Gauche
  • Jeudi 30 septembre et vendredi 1er octobre ainsi que le jeudi 21 et vendredi 22 octobre pour les secondes doses :
    • 9h30-18h : Université du Travail - Condorcet
  • Samedi 2 et 23 octobre pour les secondes doses :
    • 8h-14h30 : Marché de Châtelineau
  • Dimanche 3 et 24 octobre pour les secondes doses :
    • 8h-14h : Parking du Sporting de Charleroi

Ce dispositif viendra renforcer les 6 autres antennes actuellement déployées en Wallonie et les 16 centres de vaccination toujours ouverts, dont la liste et les horaires sont accessibles sur la page https://covid.aviq.be/fr/centres-portes-ouvertes.

Les personnes à immunité réduite seront invitées la semaine prochaine pour une vaccination supplémentaire

Les personnes à immunité réduite peuvent être moins protégées après leur vaccination de base à 1 ou 2 doses. Il ressort de données scientifiques récentes qu’une dose supplémentaire de vaccin à ARNm (actuellement Pfizer ou Moderna) peut offrir une meilleure protection à ces patients. En Belgique, il a dès lors été décidé d’inviter ces patients particulièrement vulnérables à recevoir une dose supplémentaire de ces vaccins.


Quelles sont les personnes concernées ?
Cette mesure concerne des personnes âgées de 12 ans et plus qui présentent une immunité réduite, causée par une affection particulière ou par un traitement. Par conséquent, leur organisme réagit moins fortement au vaccin, et une dose supplémentaire est recommandée pour bénéficier d’une protection optimale contre une évolution grave de la maladie, une hospitalisation ou même un décès dû au COVID-19.
Il s’agit des patients :

  • atteints de troubles immunitaires congénitaux ;
  • en dialyse chronique ;
  • atteints de maladies inflammatoires prenant des médicaments immunosuppresseurs (par exemple, les patients souffrant de la maladie de Crohn, de polyarthrite rhumatoïde) ,
  • traités pour un cancer ou qui ont reçu un traitement pour ce cancer au cours des trois dernières années ;
  • ayant subi une greffe de cellules souches ou d’organes, y compris avant une intervention chirurgicale ;
  • séropositifs (VIH) dont le nombre de cellules CD4 est inférieur à 200 par mm³ de sang

Comment les listes de ces patients plus vulnérables (et donc à plus haut risque ) sont-elles établies ? Des données provenant de plusieurs sources sont fusionnées pour ce faire. Comme ce fut le cas précédemment, la vie privée est respectée au maximum.

  1. Le Registre du cancer établit une liste des patients chez qui un cancer a été diagnostiqué au cours des trois dernières années.
  2. Les organismes assureurs (mutualités) établissent une liste basée sur un certain nombre d’indicateurs (par exemple, la consommation de certains médicaments) parmi leurs affiliés.
  3. Les médecins généralistes font une sélection à partir des dossiers médicaux de leurs patients. Ils peuvent progressivement compléter cette liste à partir du 8 septembre et pourront ajouter des patients à la liste à tout moment.

Ainsi, le risque que quelqu'un soit oublié est faible. Ces listes sont fusionnées en une liste unique dans un registre central sécurisé : la « Base de données des codes de vaccination ». Si une personne apparaît sur plus d’une liste, elle ne sera bien sûr invitée qu’une seule fois. La seule information contenue dans la base de données est « cette personne est à haut risque ». Elle ne contient donc aucune information sur sa maladie. Selon les estimations, quelque 350 000 à 400 000 personnes seront finalement sélectionnées de cette manière.


Comment vérifier si vous avez droit à la dose supplémentaire ?
Dans la semaine du 13 septembre, vous recevrez une invitation à la vaccination via la poste, et vous pourrez également vérifier par vous-même si vous êtes sur la liste des patients, via www.myhealthviewer.be ou via https://www.masante.belgique.be/#/
Dès aujourd’hui, vous pouvez obtenir des informations générales via le site web de votre organisme assureur (mutualité). Votre pharmacien peut également vous donner des informations générales sur la sélection. Cependant, votre mutualité et votre pharmacien ne peuvent pas vous inscrire sur la liste de vaccination, seul médecin traitant le peut. Nous vous demandons donc de ne pas appeler votre médecin traitant pour lui demander si vous figurez sur la liste. Si vous avez un médecin généraliste habituel, qui tient donc votre dossier médical global (DMG), vous n’avez rien à faire. Dans ce cas, vous pouvez attendre votre invitation.

Vous ne recevez pas d’invitation ? Vous pouvez considérer cette absence d'invitation comme une bonne chose. En effet, cela signifie que vous n’appartenez pas au groupe à risque, et que la vaccination de base vous protège suffisamment contre le risque de complications graves en cas d’infection par le COVID-19.


Que faire si vous ne figurez pas sur la liste et que vous présentez tout de même selon vous un risque élevé lié à une immunité réduite ? Il existe une faible probabilité que vous soyez un patient à haut risque avec une immunité réduite et que vous ne soyez pas invité(e) ou inscrit(e) sur la liste de votre organisme assureur/mutualité. En effet, les mutualités ne se basent que sur des informations médicales allant jusqu’au 31 mars 2021. Si vous êtes tombé(e) malade après cette date avec diminution de votre immunité, vous ne serez donc pas invité(e). De même, si, par exemple, vous souffrez d’un trouble immunitaire congénital pour lequel aucun traitement n’est nécessaire et pour lequel vous n’avez jamais consulté un médecin généraliste, vous ne serez pas automatiquement invité(e). Dans ce cas, il est préférable de prendre rendez-vous avec votre médecin généraliste habituel. Celui-ci pourra toujours vous ajouter à la liste des patients à risque. Les personnes qui n’ont pas de médecin généraliste traitant habituel sont invitées à prendre rendez-vous avec le médecin généraliste de leur choix, afin qu’il puisse établir un dossier médical et les ajouter à la liste pour qu’elles puissent être invitées à se faire vacciner. Si vous n’êtes suivi(e) que par un médecin spécialiste pour votre traitement médical, le spécialiste peut contacter votre médecin traitant pour vous ajouter à la liste.

Où et quand la piqûre supplémentaire sera-t-elle administrée ? À partir de la mi-septembre, les vaccins supplémentaires seront principalement administrés dans les centres de vaccination encore disponibles à ce moment-là. Les personnes appartenant à ce groupe sont également vaccinées par ordre d’âge décroissant.

Il y a toutefois quelques exceptions à cette règle :

  • Les personnes alitées et/ou soumises à des indications médicales strictes (par exemple, troubles psychiatriques graves, handicap physique grave) et qui ne peuvent pas quitter leur lieu de résidence dans des circonstances normales. Elles peuvent bénéficier d’une vaccination à domicile par l’équipe mobile du centre de vaccination ou par leur médecin généraliste.
  • Tous les patients en dialyse rénale chronique sont vaccinés au centre de dialyse sous la coordination du médecin/néphrologue traitant.

Si vous pensez pouvoir bénéficier d’une vaccination à domicile, veuillez contacter votre médecin généraliste après avoir reçu votre invitation. Il vérifiera si vous pouvez effectivement être vacciné(e) à domicile. Si tel est le cas, votre médecin généraliste vous administrera ce vaccin à domicile. Si cette solution est impossible, l'équipe mobile du centre de vaccination peut venir vous vacciner.


Pouvez-vous choisir votre vaccin ? Vous ne pouvez pas choisir le vaccin avec lequel vous serez vacciné(e). Tous les patients à immunité réduite et donc à plus haut risque recevront un vaccin à ARNm (Pfizer ou Moderna) pour la dose supplémentaire. Il est donc inutile de demander à votre médecin traitant un certificat pour un autre type de vaccin.


D'autres groupes recevront-ils également un vaccin supplémentaire ? Cette dose supplémentaire fait partie de la vaccination de base contre le Covid-19 (avec 1 ou 2 doses) pour ce groupe. Il ne s'agit donc pas d'un soi-disant rappel, qui est considéré comme un complément à une vaccination de base. Il n'y a actuellement aucune approbation de l'Agence européenne des médicaments (EMA) pour l'administration d'un tel rappel à d'autres groupes dans la prochaine phase de la campagne de vaccination. Le Conseil supérieur de la santé examine également les avis scientifiques sur la base desquels la politique belge future est déterminée.

Wallonie : lancement de nouvelles antennes de vaccination dans l’enseignement supérieur et dans certaines communes

La Wallonie a aujourd’hui vacciné partiellement près de 82% de sa population adulte et 80% en vaccination complète. En marge de la rentrée académique, afin de stopper la circulation du Covid-19 et d’augmenter le taux de vaccination des plus jeunes et de la population, 7 antennes de vaccination seront prochainement organisées sur les sites de plusieurs établissements d’enseignement supérieur et dans quelques communes dont le taux de couverture vaccinale peut encore être augmenté.

Tous les citoyens qui le désirent pourront s’y rendre avec ou sans rendez-vous, suivant les lieux, pour s’y faire vacciner. Les prises de rendez-vous pourront se faire via le site www.jemevaccine.be en activant le code de vaccination reçu sur le courrier d’invitation ou en appelant le numéro gratuit du call center vaccination : 0800/45 019.

Les vaccins Pfizer et ceux à dose unique Johnson & Johnson (uniquement pour les personnes de 41 ans et plus) seront administrés dans ces nouvelles antennes. Pour le vaccin Pfizer, deux passages seront organisés afin de garantir l’administration des deux doses.

Les étudiants internationaux qui auraient reçu une première dose dans leur pays d’origine pourront également se faire vacciner. Pour ce faire, ils devront présenter un document officiel attestant de cette vaccination pour recevoir une seconde dose.

 

MODALITES D’OUVERTURE DES 7 NOUVELLES ANTENNES DE VACCINATION.

3 antennes fixes, ouvertes de 9h30 à 19h30, seront respectivement implantées au sein des universités suivantes :

 

  • Université de Liège : du 15 au 21 septembre inclus, et du 6 au 12 octobre inclus (dimanche 19 septembre et 10 octobre exceptés) dans le bâtiment B4, Boulevard du Rectorat, 13, 4000 Liège ;
  • Université Catholique de Louvain : du 15 au 21 septembre inclus et du 6 au 12 octobre inclus (dimanche 19 septembre et 10 octobre exceptés) à l’Espace Aula Magna, Place Raymond Lemaire, 1, 1348 Ottignies - Louvain-La Neuve ;
  • Université de Namur : Du 21 au 25 septembre et du 11 au 15 octobre dans le bâtiment de l’Arsenal, Rue Bruno, 11, 5000 Namur.

4 antennes mobiles feront notamment étape, de 9h30 à 19h30, à proximité de certaines implantations de Hautes-Écoles, Universités ainsi que dans certaines communes dont le taux de couverture vaccinale peut encore être augmenté:

 

  • Dans la région de Mons et du Centre
    • Site de la FUCaM : le 20 et 21 septembre et le 11 et 12 octobre ;
    • Site de l’Université de Mons, campus de la Plaine de Nimy : le 22 et 23 septembre et le 13 et 14 octobre ;
    • Grand Place de Mons : le 24 et 25 septembre et le 15 et 16 octobre ;
    • Les informations pour la région du Centre seront disponibles prochainement.

 

  • Dans la région de Verviers (l’antenne fonctionne uniquement sans rendez-vous)
    • À Plombières le 20 septembre et le 11 octobre ;
    • À Verviers le 21 septembre et le 12 octobre ;
    • À Waimes le 22 septembre et le 13 octobre ;
    • Sur le Campus de La Reid de la HEPL le 23 septembre et le 14 octobre ;
    • À Malmedy le 24 septembre et le 15 octobre ;
    • À Dison le 25 septembre et le 16 octobre.

 

  • Dans le Luxembourg
    • Une équipe de vaccination mobile mise en œuvre par le centre de vaccination de Libramont et l’ASBL « Santé Ardennes » circulera dans la province du Luxembourg et s’arrêtera dans 18 villes et communes. Les villes et dates ne sont pas encore fixées. Un call-center sera activé pour la prise de rendez-vous des citoyens au 063/330 330.

 

  • Concernant la région de Charleroi, les informations seront disponibles prochainement.

Nouveau déploiement de la vaccination amorcé pour la rentrée

La campagne de vaccination wallonne contre le Covid-19 a déjà rencontré ses principaux objectifs : 80% de la population adulte est vaccinée en première dose et 78% est complètement vaccinée. Toutefois, au regard du développement de différents variants plus contagieux, suite aux retours de vacances et à l’approche de la rentrée, les autorités wallonnes veulent continuer à faire grimper le taux de couverture vaccinale.

A cet égard, sur proposition de la Vice-Présidente et Ministre de la Santé, Christie Morreale, et de la Délégation générale Covid-19, la Wallonie amorce un nouveau déploiement dans sa campagne de vaccination. Concrètement, les 41 centres de vaccination mis sur pied durant le premier semestre 2021 vont laisser place, en septembre, aux structures suivantes :

  • 16 centres de vaccination, répartis sur l’ensemble du territoire wallon, resteront ouverts pendant les mois de septembre et octobre (lien vers la liste des centres : https://bit.ly/3DpGDIP). Ces derniers ouvriront 2 jours consécutifs par semaine, de préférence le vendredi et le samedi, de 9h30 à 19h30. En fonction de la présence des personnes, ils pourront déployer de 1 à 5 lignes de vaccination. Les personnes pourront s’y rendre avec ou sans rendez-vous.
  • 7 nouvelles antennes fixes et mobiles seront déployées dans des lieux où le taux de vaccination est relativement plus faible et où cela se justifie eu égard à la couverture vaccinale par catégorie d’âge. Ces nouvelles structures seront ouvertes à l’ensemble de la population dès la mi-septembre et actives jusqu’en octobre :
    • 3 antennes fixes seront ouvertes sur les campus universitaires de Louvain-la-Neuve, Liège et Namur. Ces dernières seront accessibles durant une semaine, à concurrence de 10 heures par jour.
    • 4 antennes mobiles - bus de vaccination, là où les sites universitaires et de hautes écoles sont plus dispersés, circuleront également dans les régions de Mons, du Centre, de Charleroi, dans le Luxembourg et la région et de Verviers. Ces dispositifs mobiles feront un arrêt d’un ou deux jours, 10 heures par jour, à proximité des hautes écoles, universités ainsi que dans les communes les moins bien vaccinées et celles qui ont été sinistrées par les inondations.
  • Les médecins généralistes qui le désirent pourront davantage vacciner leur patientèle. Ils pourront se fournir en vaccins préparés en seringue ou en fiole multidose (moyennant présentation d’une liste de personnes de leur patientèle à vacciner) auprès des centres de vaccination ou, pour les communes dont les centres de vaccination sont fermés, chez un pharmacien référent désigné.
  • Début septembre, les personnes immunodéprimées pourront recevoir une 3ème dose de vaccin à l’hôpital, chez leur médecin généraliste ou dans les centres de vaccination encore ouverts. Après contact et indentification par les professionnels de soin, les personnes immunodéprimées (sous dialyse, transplantées, atteintes d’un cancer…) pourront bénéficier d’une 3ème dose de vaccin et augmenter ainsi leur protection contre un Covid sévère. En Wallonie, environ 150.000 personnes sont concernées.
  • Vers une vaccination sur le lieu de travail et dans les écoles. Afin d’atteindre un taux de vaccination maximal de la population, une concertation avec les interlocuteurs sociaux sera très prochainement amorcée, afin d’examiner la possibilité de confier à la médecine du travail un rôle plus actif dans la vaccination de certains groupes professionnels. Cette étape nécessite également une concertation - en cours - des Ministres de l’Emploi, de la Santé et de la Fonction publique.

Par ailleurs et afin d’intensifier la vaccination des jeunes de moins de 18 ans et d’aller davantage à leur rencontre, une concertation avec la Ministre compétente de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Bénédicte Linard, a été entamée afin que la médecine scolaire soit intégrée dans la stratégie de vaccination des jeunes.

  • Une campagne de sensibilisation spécifique, ciblée sur les jeunes, démarrera enfin dès la fin de cette semaine : réseaux sociaux, affichages outdoor, pub médias, collaboration avec les cercles étudiants, etc. seront notamment déployés.

Pour Christie Morreale : « Ces nouveaux dispositifs de vaccination répondent, d’une part, à l’objectif immédiat d’accroissement du nombre de personnes vaccinées au moment charnière des rentrées scolaires et académiques et installent, d’autre part, progressivement les structures de vaccination dans la durée après la phase d’urgence du premier semestre 2021 ».

La CIM décide de proposer un vaccin supplémentaire aux personnes présentant une immunité réduite

Sur la base de l'avis de la Task Force sur la vaccination, la CIM a décidé de proposer un vaccin supplémentaire aux personnes dont l'immunité est réduite, causée par une certaine maladie ou par un traitement. Ces personnes produisent moins d'anticorps après leur première ou deuxième vaccination de base. Les données scientifiques les plus récentes montrent que l'administration d'une dose supplémentaire de vaccin à ARNm (actuellement Pfizer ou Moderna) peut entraîner une augmentation des anticorps et une réponse immunitaire plus forte.


Cela concerne les, environ entre 300.000 et 400.000, patients suivants :
• Patients présentant un déficit immunitaire congénital
• Patients sous dialyse rénale chronique
• Les patients séropositifs dont le nombre de cellules CD4 est inférieur à 200 par mm³ de sang, ce qui les expose à un risque accru d'infection.
• Patients atteints d'un cancer du sang ou d'autres tumeurs malignes, qui sont/étaient sous traitement actif.
• les patients transplantés
• Les patients atteints de maladies inflammatoires et traités avec des médicaments qui diminuent l'immunité.


Pour cette vaccination supplémentaire, qui aura lieu cet automne, les centres de vaccination encore disponibles à ce moment-là seront utilisés. Les patients concernés seront automatiquement invités sur la base des données de leur mutuelle et de leur médecin traitant.


La CIM a également discuté de l'état d'avancement des actions visant à augmenter la couverture vaccinale du personnel de santé. Un paramètre objectif a été établi pour les hôpitaux et les centres de soins résidentiels et les organisations faîtières et les associations professionnelles ont pris diverses mesures pour encourager leur personnel à se faire vacciner. Un projet de cadre juridique pour la vaccination obligatoire du personnel de santé est également en cours de préparation. Les avis nécessaires ont également été demandés et sont attendus pour septembre.

A partir de septembre, 16 centres de vaccination resteront ouverts en Wallonie

La Wallonie a désormais vacciné respectivement 79% et 75% des citoyens âgés de 18 ans et plus en première dose et en vaccination complète. Plus de la moitié des 12 à 17 ans ont également reçu leur première dose de vaccin. Un exploit pour les équipes sur le terrain, qui n’ont pas compté leurs heures et ont fait preuve d’une motivation sans faille.

Tenant compte de ce résultat et soucieuse de maintenir une offre de vaccination suffisante, la Wallonie adapte son nombre de centres de vaccination pour la rentrée.

Le 28 aout sera le jour de clôture de la majeure partie des centres. D’ici cette date, ils assureront tant la première dose des non- vaccinés que la deuxième dose de vaccin pour les citoyens qui l’attendent.

16 centres seront prolongés en septembre, voire octobre, en moyenne deux jours par semaine. Il sera possible de s’y inscrire pour une première dose ou d’y recevoir sa deuxième dose et ce, y compris si la première a été prise dans un autre centre. 

Les vaccins à disposition seront Pfizer (en deux doses) et Johnson & Johnson (monodose accessible aux 41 ans et plus). Pour se faire vacciner dans un des 16 centres encore ouverts en septembre, il suffira de :

  • Se rendre sur le site jemevaccine.be pour prendre rendez-vous
  • Téléphoner au call center (0800.45.019) pour prendre rendez-vous
  • Se présenter sans rendez-vous au centre

Les 16 centres prolongés à partir du 6 septembre sont :

    • Charleroi : CEME (ouvert vendredi et samedi jusqu’au 30 octobre)
    • Namur : Clinique Saint Luc Bouge (ouvert vendredi et samedi jusqu’au 30 octobre)
    • Fosses la Ville : Hall Omnisports (ouvert vendredi et samedi jusqu’au 30 octobre)
    • Huy : Hall Omnisports (ouvert vendredi et samedi jusqu’au 30 octobre)
    • Tubize : Hall omnisports (ouvert vendredi et samedi jusqu’au 30 octobre)
    • Tournai : Hall Sportif (ouvert vendredi et samedi jusqu’au 30 octobre)
    • Binche : Kursaal (ouvert le samedi jusqu’au 29 septembre)
    • Wavre : La Sucrerie (ouvert vendredi et samedi jusqu’au 29 septembre)
    • Libramont : LEC (ouvert le samedi jusqu’au 30 octobre)
    • Liège : Ancien Décathlon (ouvert vendredi et samedi jusqu’au 30 octobre)
    • Mons : Lotto Mons (ouvert vendredi et samedi jusqu’au 30 octobre)
    • La Louvière : Louvexpo (ouvert vendredi et samedi jusqu’au 01 octobre)
    • Mouscron : Poste Médical de Garde à proximité du CHRM (ouvert le samedi jusqu’au 30 octobre)
    • Verviers : Centre sportif de Pepinster (ouvert vendredi et samedi jusqu’au 30 octobre)
    • Soignies : CHR Haute Senne (ouvert vendredi et samedi jusqu’au 30 octobre)
    • Liège : Bierset (ouvert vendredi et samedi jusqu’au 30 octobre)

Afin de faciliter la transition pour les citoyens et assurer une vaccination optimale dans le cadre de la rentrée scolaire, une semaine-charnière est mise en place du 30 aout au 5 septembre avec un panel adapté de jours d’ouverture et la possibilité de s’y rendre avec ou sans rendez-vous :

    • Charleroi : CEME, ouvert du lundi au samedi
    • Namur : Clinique Saint Luc Bouge, ouvert du lundi au samedi
    • Fosses la Ville : Hall Omnisports, ouvert lundi, mardi, vendredi et samedi
    • Huy: Hall Omnisports, ouvert vendredi et samedi
    • Tubize : Hall omnisports, ouvert lundi, mardi, vendredi et samedi
    • Tournai : Hall Sportif, ouvert vendredi et samedi
    • Binche : Kursaal, ouvert lundi, mardi, vendredi et samedi
    • Wavre : La Sucrerie, ouvert lundi, mardi, vendredi et samedi
    • Libramont : LEC, ouvert samedi
    • Liège : Ancien Décathlon, ouvert lundi, mardi, vendredi et samedi
    • Mons : Lotto Mons, ouvert tous les jours
    • La Louvière : Louvexpo, ouvert tous les jours
    • Mouscron : Poste Médical de Garde à proximité du CHRM, ouvert samedi
    • Verviers : Centre sportif de Pepinster, ouvert lundi, mercredi, jeudi, vendredi et samedi
    • Liège : Bierset, ouvert vendredi et samedi
    • Soignies : CHR Haute Senne, ouvert vendredi et samedi

 

Grâce aux efforts collectifs, la campagne de vaccination entame désormais une nouvelle étape. La Région wallonne invite tous les citoyens qui avaient décidé d’attendre, qui ont raté leur dose à cause des vacances ou qui n’ont tout simplement pas encore pris rendez-vous à ne plus postposer leur vaccination, afin de pouvoir faire face aux variants le plus efficacement possible et d’aborder la rentrée plus sereinement.

Wallonie : liste des premières fermetures des centres de vaccination - Les citoyens invités à prendre rapidement rendez-vous -

La campagne de vaccination contre le Covid-19 avance toujours à grands pas en Wallonie : 77% des personnes de 18 ans et plus ont reçu une première dose 59% sont complètement vaccinées.

Face à la présence de variants plus agressifs et plus contagieux, afin de protéger les personnes contre un covid sévère et de garantir une rentrée scolaire sereine, les autorités wallonnes encouragent tous les citoyens à se faire vacciner au plus vite avant une fermeture progressive des centres à partir de la mi-août.

Concrètement, tenant compte de l’avancée de la vaccination, une première diminution de l’activité des centres de vaccination sera opérée dès la seconde quinzaine du mois d’août. Selon la couverture vaccinale,10 centres sur 41 fermeront complètement leurs portes au public aux alentours du 15 août et la plupart des autres fin août. Cela signifie également que certaines 1ères doses seront administrées pour la dernière fois, dans plusieurs centres fin juillet.

Les antennes d’Andenne, Lierneux, Thuin, et Hastière terminent cette semaine du 19 juillet et offrent, outre les secondes doses, la possibilité de se faire vacciner uniquement en vaccin une dose Johnson et Johnson.

Les antennes d’Herstal et du Standard vaccineront pour la dernière fois la semaine du 26 juillet et le Sporting de Charleroi, la semaine du 2 août en seconde dose et en dose unique Johnson & Johnson.

Les autorités recommandent donc aux personnes désireuses de se faire vacciner de prendre rapidement leurs dispositions via les possibilités suivantes :

  • Soit via le site web www.jemevaccine.be,
  • le numéro de téléphone gratuit 0800/45.019 ou encore par Qvax (https://www.qvax.be/region)
  • ou en se rendant directement aux journées portes ouvertes organisées sans rendez-vous par la majorité des centres de vaccination pendant les mois de juillet et août, et consultables sur www.jemevaccine.be .

 

Vous trouverez ci-dessous les tableaux et dates de fermeture:

Dates de fermeture des centres de vaccination en Wallonie - Province de Hainaut

Dates de fermeture des centres de vaccination en Wallonie - Province de Luxembourg et du Brabant wallon

Dates de fermeture des centres de vaccination en Wallonie - Province de Liège

Dates de fermeture des centres de vaccination en Wallonie - Province de Namur

Mise à jour concernant l'ouverture des centres de vaccination

En Province de Liège:

  • Liège-Décathlon : ouvert
  • Bressoux : ouvert
  • Tilff : ouvert
  • Remouchamps : ouvert
  • Pepinster (fermé jusque mardi 20  juillet inclus). Le centre est réquisitionné pour accueillir les personnes évacuées et ne vaccinera pas ces vendredis 16/07 et samedis 17/07. Son activité est transférée à Herve.
  • Huy : ouvert.
  • Spa : ouvert
  • Cheratte : ouvert
  • Jemeppe : ouvert
  • Vaux-sous-Chèvremont: le centre se voit contraint de fermer ses portes définitivement.
    Si une personne  avait rendez-vous à  partir du lundi 19 juillet à Vaux-sous-Chèvremont, son créneau horaire reste le même mais est déplacé au centre de vaccination de Tilff.
    Si, par contre, le rendez-vous se tenait le jeudi 15, vendredi 16 ou samedi 17 juillet, le citoyen est invité à soit:
    – Contacter le call center au 0800/45019 pour refixer un rendez-vous
    – Se rendre directement et sans rendez-vous dans un des centres de vaccination de la région de Liège, muni de sa carte d’identité :
    Liège Décathlon (lu-ve 8h30-20h ; sa 9h-13h30) – vaccins AstraZeneca / J&J / Pfizer
    Bressoux – (lu-ve 8h30-20h ; sa 9h-13h30) – vaccins AstraZeneca / J&J / Pfizer
    Cheratte (lu-sa 9h-16h30) – vaccins AstraZeneca / J&J / Pfizer
    Jemeppe (lu-sa 8h30-19h30) – vaccins AstraZeneca / J&J / Pfizer
    Tilff (lu-sa 8h-19h30) – vaccins AstraZeneca / J&J / Pfizer
    Bierset (ouvert ce dimanche en Pfizer et  J&J – lu-sa 8h à 18h – vaccins AstraZeneca / J&J / Pfizer


En Province de Namur :

  • Fosses-la-Ville : ouvert. 
  • Le centre de Namur Expo : ouvert,  les rendez-vous ratés de jeudi pourront être postposés au lundi 19/07. 

Les autres centres situés dans la Province sont également ouverts.


En Province du Brabant wallon :

  • Court-Saint-Etienne – PamExpo : ouvert
  • Tubize : ouvert. Des déviations sont organisées pour arriver au centre.

Tous les autres centres de vaccination wallons ont repris leur activité normale.