Le Comité de concertation approuve le baromètre Corona. Code rouge à partir du 28/01

Le Comité de concertation a approuvé aujourd’hui le baromètre corona. Les mesures basées sur le baromètre entreront en vigueur le vendredi 28 janvier selon le code rouge. Le vaccin booster viendra s’ajouter au Covid Safe Ticket à partir du 1er mars.

Le Comité de concertation constate que le nombre de contaminations poursuit sa nette augmentation. Le taux de reproduction des infections et des hospitalisations reste supérieur à 1, indiquant une propagation accrue du virus. Le nombre d’hospitalisations augmente aussi, tandis que le nombre de lits en soins intensifs occupés par des patients covid est toujours en légère baisse, ce qui reflète les caractéristiques du variant omicron, moins pathogène mais nettement plus contagieux.

Baromètre corona

Objectif

Le baromètre corona se veut un outil de préparation proactive des politiques et de communication et devrait offrir plus de prévisibilité aux secteurs concernés, structurer les décisions du Comité de concertation et les rendre plus transparentes.

Code jaune, orange et rouge

Le baromètre corona comporte trois phases qui reflètent le niveau de pression sur les soins de santé :

  • code jaune : situation épidémiologique et pression sur les hôpitaux sous contrôle (Nouvelles hospitalisations/jour : moins de 65, occupation des soins intensifs : moins de 300 lits. La tendance des chiffres doit toujours être prise en considération pour accélérer éventuellement un changement de phase dans un sens ou dans l’autre.) ;
  • code orange : pression croissante sur le système de santé, nécessitant une intervention pour inverser la tendance (Nouvelles hospitalisations/jour : 65-149, occupation des soins intensifs : 300-500 lits. La tendance des chiffres doit toujours être prise en considération pour accélérer éventuellement un changement de phase dans un sens ou dans l’autre.) ;
  • code rouge : risque élevé de surcharge du système de santé (Nouvelles hospitalisations/jour : plus de 150, occupation des soins intensifs : plus de 500 lits. La tendance des chiffres doit toujours être prise en considération pour accélérer éventuellement un changement de phase dans un sens ou dans l’autre.) .

Pour déterminer le code applicable, le Comité de concertation tiendra compte, outre de la pression exercée sur les soins de santé, d’une évaluation globale de la situation épidémiologique et accordera une attention particulière à la santé mentale.

Secteurs concernés

Le baromètre se concentre sur les événements publics, l’Horeca et les activités récréatives. Une distinction est faite entre les activités intérieures/extérieures et non-dynamiques/dynamiques. D’autres secteurs pourront éventuellement s’ajouter ultérieurement. L’enseignement et les contacts sociaux ne feront pas partie du baromètre.

Code rouge à partir du 28 janvier

Se basant notamment sur l’accélération de la hausse du nombre d’hospitalisations, sur le taux de positivité élevé et sur l’intense circulation de l’omicron entrainant un nombre croissant d’absences dans les écoles, les entreprises, les secteurs de soins et les services publics, le Comité de concertation a décidé de lancer le baromètre en code rouge à partir du 28 janvier.

Pour connaître les mesures d'application dès le 28/01/2022, consultez le site de référence info-coronavirus.be.

Validité du certificat de vaccination à partir du 1er mars

Une dose de rappel (booster) constitue une protection importante contre le virus. Par conséquent, le Comité de concertation a décidé de faire passer la durée de validité du certificat de vaccination dans le Covid Safe Ticket de 270 jours à 150 jours à compter du 1er mars. La validité de la dose de rappel n’est pas limitée dans le temps.

Cela signifie que toute personne ayant été vaccinée avant le 1er octobre avec une dose (Janssen uniquement) ou deux doses (Pfizer/BioNTech, Moderna, AstraZeneca/Oxford) doit avoir reçu une dose de rappel avant le 1er mars. Dans le cas contraire, son certificat de vaccination expirera.

La validité du certificat de rétablissement sera également portée à 150 jours.

Ces changements concernent uniquement les personnes de plus de 18 ans.

Prolongation de la situation d’urgence épidémique (loi « pandémie »)

Il découle de l’analyse des risques du RAG et de l’avis du commissariat COVID-19 que les critères cumulatifs prévus par la loi sont toujours remplis à l’heure actuelle et qu’une approche fédérale reste nécessaire.

Le Comité de concertation prend note de la prolongation de la situation d’urgence épidémique de trois mois, jusqu’au 28 avril 2022. Cette situation d’urgence sera évaluée à intervalles réguliers.

Augmentation du taux de vaccination

Enfin, le Comité de concertation a également pris acte de la note du commissariat COVID-19 concernant l’augmentation du taux de vaccination, ainsi que des avis demandés.

Le Comité de concertation invite les gouvernements à transmettre ce dossier à leur parlement en vue d’un débat parlementaire rapide. Les parlements sont également invités à évaluer la valeur épidémiologique du COVID Safe Ticket et son utilité dans la gestion de la pandémie.

Tous les centres de vaccination de Wallonie désormais ouverts sans rendez-vous

La campagne de vaccination de la 3ème dose « booster » suit son cours en Wallonie selon le calendrier fixé initialement : 72% de la population de 18 ans et plus est vaccinée ou a pris rendez-vous dans les prochains jours. Ce chiffre monte à 88% pour les personnes immunodéprimées et à 90% pour les personnes de 65 ans et plus.

Afin d’augmenter le rythme d’administration de la dose « booster » et d’encourager les nouvelles vaccinations, tous les centres de vaccination de Wallonie sont désormais de nouveau accessibles sans rendez-vous à partir de ce mercredi 19 janvier.

Les plages horaires sans rendez-vous seront permanentes dans tous les centres de vaccination déployés sur le territoire wallon, à l’exception des créneaux horaires réservés à la vaccination des enfants de 5 à 11 ans, le mercredi de 14h à 17h et le samedi matin jusqu’à 12h.

Pour pouvoir accéder aux centres, il suffit désormais à chaque personne de présenter sa carte d’identité et sa convocation. La prise de rendez-vous demeure également toujours possible via le site www.jemevaccine.be, qui renseigne également les horaires et adresses des centres de vaccination, ou en appelant le numéro gratuit 0800/45 019.

Après une phase pilote effectuée la semaine dernière, la Wallonie démarre par ailleurs la vaccination des enfants de 5 à 11 ans ce mercredi après-midi. Près de 15.000 doses pédiatriques sont programmées cette semaine dans l’ensemble des centres qui affichent complets jusqu’à la fin du mois. Au total, près de 30.000 rendez-vous ont d’ores et déjà été pris, ce qui représente quasi 10% des enfants âgés de 5 à 11 ans en Wallonie.

Plusieurs centres vaccination de Wallonie redémarrent la vaccination sans rendez-vous

La campagne de vaccination de la 3ème dose « booster » avance bon train en Wallonie : 71% de la population de 18 ans et plus est vaccinée ou va l’être dans les prochains jours. Ce chiffre monte à 87% pour les personnes immunodéprimées et à 90% pour les 65 ans et plus.

A cet égard et afin de continuer à administrer rapidement cette 3ème dose qui augmente la protection face à une forme grave de Covid-19 mais aussi d’encourager toute nouvelle vaccination, plusieurs centres de vaccination de Wallonie réactivent la possibilité d’aller se faire vacciner sans rendez-vous. Pour bénéficier de cette possibilité, il convient de se présenter au centre avec sa carte d’identité et sa convocation.

Dès la semaine prochaine, 9 centres de vaccination ouvriront leurs portes à la population sans rendez-vous préalable. Ces plages sans rendez-vous seront soit permanentes (à l’exception des créneaux horaires réservés à la vaccination des enfants de 5 à 11 ans le mercredi de 14h à 17h et le samedi matin jusqu’à 12h), soit accessibles lors de créneaux horaires spécifiques ou pour certaines doses (première vaccination ou rappel) :

  • Liège Ville (ancien Décathlon, Feronstrée, 64). De 13h à 17h, sauf le mercredi et le samedi.
  • Court-Saint-Etienne (PAMexpo, Boucle Joseph Dewez, 2). Portes ouvertes tous les jours de 9h à 18h30.
  • Dour (Office du Tourisme, Rue de France, 4), sans rendez-vous en permanence.
  • Fleurus (Piscine de Fleurus, Rue de Fleurjoux, 50) Tous les jours de 8h30 à 18h30 sauf les mercredis et samedis du mois de janvier.
  • Soignies (CHR Haute-Senne, Boulevard Roosevelt, 17) sans rendez-vous en permanence.
  • La Louvière (Louvexpo, Rue Arthur Delaby, 7). Portes ouvertes pour les 60 ans et plus et pour les premières doses. L’administration de la dose supplémentaire chez les moins de 60 ans nécessite une prise de rendez-vous.
  • Mouscron (Centr’expo, Rue de Menin, 475) Portes ouvertes pour les premières doses. L’administration de la dose supplémentaire nécessite une prise de rendez-vous.
  • Dinant (Salle communautaire de Gemechenne, Rue des Perdreaux, 15)Les 14 et 15 janvier de 9h à 12h et de 12h30 à 18h30.
  • Walcourt (Salle communale d’Yves-Gomezée, Place Saint-Laurent, 1)Du 13 au 22 janvier selon des horaires précisés sur :  www.jemevaccine.be.

La Wallonie lance une campagne pour déconstruire les fake news liées à la vaccination

« S’il faut une 3e dose de vaccin, c’est que le vaccin ne sert à rien », « La vaccination contre le Covid-19 serait dangereuse pour les femmes enceintes et leur bébé », « La vaccination ne sert à rien car des personnes vaccinées sont à l’hôpital à cause du Covid-19 »

Ces affirmations erronées, nous les avons toutes et tous déjà entendues ou lues sur les réseaux sociaux, elles se répandent comme une traînée de poudre et trottent en tête de personnes encore hésitantes, voire complétement opposées à la vaccination.

Afin de déconstruire ces fake news, la Wallonie, à l’initiative de la Ministre de la Santé, Christie Morreale, vient de lancer une campagne d’information et de communication à destination du grand public. Cette dernière est disponible via les liens suivants : 

https://www.jemevaccine.be/fake-news/vaccination-et-nombre-dhospitalisations/

https://www.jemevaccine.be/fake-news/vaccination-et-femme-enceinte/

https://www.jemevaccine.be/fake-news/covid-et-port-du-masque/

https://www.jemevaccine.be/fake-news/covid-et-dose-de-rappel/

Actuellement déclinée en 4 fiches thématiques qui ambitionnent de déconstruire de fausses idées sur les vaccins et la pandémie, cette campagne est diffusée depuis ce lundi 10 janvier sur différents supports et pourra évoluer si besoin.

Cette nouvelle campagne est principalement relayée via de l’affichage de proximité et digital dans les gares, bars, sur les campus universitaires, dans les centres-villes… ainsi qu’à travers la grande majorité des réseaux sociaux (Instagram, Tinder, Happn, 9GAG, Facebook, YouTube, Google ADS, Linkedin, Snapchat, Twitter). 

Des actions de sensibilisation sont également activées via plusieurs canaux universitaires et estudiantins via une agence de communication spécialisée.

« Des experts de l’Aviq, du RAG, de Sciensano et de Culture-santé ont travaillé conjointement pour vulgariser différents supports, les rendre accessibles au plus grand nombre, et déconstruire, études scientifiques à l’appui, ces fausses idées reçues. J’espère que ces nouveaux outils permettront à plusieurs personnes de lever leurs craintes et de franchir ou de refranchir la porte d’un centre de vaccination », précise Christie Morreale. 

Quand vous faire tester? Des visuels clairs existent pour vous orienter!

Vous êtes contact à haut risque? Vous revenez de vacances? Vous présentez des symptômes?

Pour prendre connaissance rapidement des mesures à suivre, consultez les visuels synthétiques disponibles sur le site info-coronavirus.be.

Les politiques de testing et de quarantaine dans le secteur de l'éducation sont adaptées

Les politiques de testing et de quarantaine dans le secteur de l'éducation sont également adaptées afin de maintenir les écoles ouvertes autant que possible et de préserver le système de dépistage COVID-19

Après les décisions prises hier, la CIM Santé publique, en collaboration avec les ministres de l'Éducation, a pris aujourd'hui des mesures par rapport aux politiques de dépistage et de quarantaine dans les écoles.  

L'un des principaux objectifs de ces mesures est de maintenir les écoles ouvertes dans des conditions sanitaires sécurisées. Les enfants, les élèves et les enseignants doivent pouvoir fréquenter les classes.

Ces mesures sont possibles,  d’une part grâce à la couverture vaccinale relativement élevée des élèves de 12 ans et plus et, d’autre part,  car différentes mesures sanitaires ont été prises par les écoles : amélioration de la qualité de l’air et port des masques buccaux. Ces "lignes de défense contre le virus" restent cruciales, surtout en cette période de très forte circulation du virus.  

Outre les mesures qui précèdent, la CIM santé publique, en collaboration avec les Ministres de l’Enseignement a décidé ceci :

 

  • Les règles suivantes s'appliquent à l'enseignement fondamental :
    • Lorsque le masque buccal est utilisé systématiquement et correctement dans les classes bien ventilées de l’enseignement primaire, les enfants de ces classes sont considérés comme des contacts à bas risque. Dans les classes bien ventilées dans l’enseignement maternel, les enfants  sont également considérés comme contacts à bas risque ;
    • Si un contact à haut risque a eu lieu en dehors de la classe et que l'enfant doit être mis en quarantaine pour cette raison, l’enfant peut quitter la quarantaine pour aller à l’école.
  • Pour l'enseignement secondaire, les règles déterminées par la CIM du 4/1/2022 s'appliquent.
  • Le suivi des contacts dans les écoles de l’enseignement fondamental est poursuivi dans le cadre de la détection des clusters ou des foyers. Toutefois, la règle sera modifiée : une classe devra être mise en quarantaine pendant 5 jours dès qu'il y aura 4 (ou 25% de la classe) de cas infectés (avec ou sans symptômes) dans cette classe. 
  • Dès qu'une contamination se produit dans la classe, les parents sont immédiatement informés.

Ces mesures prendront effet à partir du 10 janvier et dureront jusqu'aux vacances de carnaval.  Une évaluation intermédiaire sera effectuée à la fin du mois de janvier, notamment parce que, d'ici là, un grand groupe d'enfants âgés de 5 à 11 ans aura déjà eu l'occasion d'être vacciné.

Dans le cadre de la réouverture des écoles le 10 janvier 2022, la CIM Santé publique et les ministres de l'Enseignement appellent les parents (ou les tuteurs légaux) à ne pas envoyer leurs enfants à l'école en cas de symptômes (même légers) de la COVID-19.  En cas de tels symptômes, il est fortement recommandé d'utiliser l'outil d'auto-évaluation spécialement créé à cet effet (https://sat.info-coronavirus.be/fr/formulaire/sat) et applicable également aux enfants.

Les ministres recommandent également vivement aux parents ou tuteurs légaux de faire passer un autotest à leurs enfants d'âge scolaire à partir du dimanche 9 janvier et de répéter cette démarche une fois par semaine.  Les autotests sont en vente dans les supermarchés, les pharmacies, en ligne, ... Les personnes qui ont droit à une intervention majorée peuvent acheter les tests en pharmacie pour 1 euro (avec un maximum de 4 tests par membre de la famille, par quinzaine).

Les politiques de dépistage, de quarantaine et d'isolement sont ajustées

En raison de l'augmentation exponentielle des infections à Omicron, les politiques de dépistage, de quarantaine et d'isolement sont ajustées afin de protéger le système de dépistage et de gérer l'impact social.

Après une légère tendance à la baisse des infections au cours de la dernière semaine de décembre, le nombre d'infections par le COVID-19 a de nouveau augmenté fortement et rapidement ces derniers jours.  Le dernier rapport quotidien de Sciensano montre une augmentation dans la plupart des provinces. Au niveau national, le 28 décembre, on a constaté une augmentation de 11% par rapport à la semaine précédente, le 29 décembre, elle était déjà de 36% et le 30 décembre de 52%. Ces données doivent également être considérées dans le contexte d'un nombre plus faible de tests (ce qui est généralement observé pendant les périodes de vacances et les jours fériés). Le nombre d'infections est donc probablement encore sous-estimé. Depuis le 29/12, cependant, le nombre de tests effectués a de nouveau augmenté. 

En décembre 2021, jusqu'à 90 000 tests PCR et 25 000 tests antigènes rapides étaient effectués par jour.  Les modèles montrent que le nombre d'infections va augmenter dans les jours et les semaines à venir.   La pression sur les capacités de collecte et d'analyse des tests deviendra donc intenable. De même, les soins de première ligne, les centres d'appel, ... donnent des signaux indiquant que la capacité maximale est presque atteinte.

Les tests sont néanmoins un élément important de la gestion des risques, car ils fournissent des informations sur les virus, la circulation des virus, ... et permettent de prendre des mesures ciblées. Afin de préserver cette capacité d'essai, des priorités doivent être fixées. 

Sur la base des avis du Risk Analysis Group, du Risk Management Group et du Commissariat Corona, la Conférence interministérielle santé publique a donc pris les décisions suivantes :

 

Tests

  • Les tests sur le lieu de travail sont abandonnés ;
  • Les contacts à haut risque asymptomatiques ne sont plus testés (excepté les autotests). Les contacts à haut risque symptomatiques continueront à être testés selon les règles actuelles.
  • Les voyageurs entrants continueront à être testés;
  • Les voyageurs en partance doivent conserver la possibilité de passer un test RAT ou PCR en fonction de la demande du pays de destination.  Ces tests restent possibles dans tous les contextes de test, pas seulement dans les aéroports, etc.

 

Quarantaine (cela signifie que vous êtes préventivement écarté(e) pour limiter une potentielle propagation de la Covid-19)

  • Les contacts à haut risque entièrement vaccinés ne doivent pas aller en quarantaine mais doivent appliquer des mesures préventives strictes (masque buccal (de préférence FFP2), de distance, pas de contacts avec les personnes vulnérables, etc.) jusqu'à 10 jours après le contact à haut risque.  Une personne entièrement vaccinée est une personne ayant reçu son vaccin booster, ou qui a reçu la dernière dose de sa vaccination de base depuis pas plus de 5 mois, ou qui dispose d’un certificat de rétablissement depuis pas plus de 5 mois. Les jeunes entre 12 et 17, qui ont reçu leur vaccination de base, quelle que soit la date de la vaccination, sont considérés comme entièrement vaccinés. 
  • Les contacts à haut risque partiellement vaccinés doivent aller en quarantaine pendant 7 jours; à partir du jour 4, la quarantaine peut être levée à condition d'effectuer des autotests négatifs quotidiens et d'appliquer strictement les mesures préventives (masque buccal (de préférence FFP2), distance sociale, pas de contact avec des personnes vulnérables, etc)jusqu'à 10 jours après le contact à haut risque. Une personne partiellement vaccinée est une personne qui a reçu la dernière dose de sa primo-vaccination il y a plus de 5 mois et qui n’a pas encore reçu sa vaccination de rappel.
  • Les contacts à haut risque non vaccinés doivent entrer en quarantaine pendant 10 jours ; à partir du 7ème jour, la quarantaine peut être levée à condition de réaliser des autotests négatifs quotidiens, et d'appliquer strictement les mesures préventives (masque buccal (de préférence FFP2), distance, évitement des contacts avec les personnes vulnérables, etc. jusqu'à 10 jours après le contact à haut risque . Les personnes non-vaccinées sont toutes celles qui ne sont pas mentionnées dans les définitions dans les points 5 et 6.
  • Les enfants âgés de 5 à 11 ans ont le statut de l'adulte avec lequel l'enfant réside actuellement. Cela signifie que l'enfant devra suivre les mêmes règles de quarantaine que cet adulte, c'est-à-dire que si l'un des adultes est soumis à une quarantaine (ou isolation), l'enfant est également soumis à la quarantaine.

 

Isolation (cela signifie que vous devez rester à la maison parce que vous êtes malade ou avez été testé(e) positif(ve) au coronavirus)

  • Aucune distinction n'est faite quant à la durée de l'isolement entre les personnes entièrement vaccinées, partiellement vaccinées et non vaccinées.
  • Pour les patients hospitalisés (entre autres isolation de 14 jours) et les patients immunodéprimés (entre autres isolation de 21 jours), les règles d'isolement actuelles restent en place.
  • Pour les personnes asymptomatiques et les personnes ayant des plaintes légères, la durée de l'isolement est réduite à 7 jours (à condition qu'elles n'aient pas de fièvre pendant 3 jours et amélioration clinique des plaintes), avec 3 jours supplémentaires de mesures de protection supplémentaires, telles que la limitation du nombre de contacts au strict nécessaire, le port permanent d'un masque (de préférence un masque FFP2) dans une zone intérieure. Cela signifie que toutes les activités pour lesquelles il est impossible de porter un masque (telles que manger avec d'autres personnes) ne sont pas autorisées.
  • Dans les collectivités accueillant des personnes vulnérables (comme les maisons de repos et de soins), la durée de l'isolement pour les résidents asymptomatiques ou en cas de plaintes légères est réduite de 14 jours à 10 jours (à condition que les résidents n'aient pas de fièvre pendant 3 jours et amélioration clinique des plaintes). Pour le personnel soignant de ces collectivités, la durée de l'isolement est également de 7 jours, avec ensuite le port obligatoire d'un masque FFP2 (sans valve) sur le lieu de travail.

 

Il est souligné que les personnes gravement immunodéprimées sont extrêmement vulnérables et que le contact avec elles doit donc se faire avec une extrême prudence.

Ces mesures entreront en vigueur à partir du lundi 10 janvier 2022. Pour l'instant, la capacité de test est encore suffisante. Les nouvelles mesures doivent également faire l'objet d'un travail approfondi d'un point de vue technique et de communication (par exemple, adaptation des scripts et des messages sms, certificats de quarantaine, formation des call agents, information des médecins généralistes, transition entre les mesures actuelles et les nouvelles mesures, ...) avant de pouvoir être appliquées. Jusqu'au 9 janvier 2022, les mesures actuelles restent donc en vigueur et doivent également être pleinement appliquées. Cela signifie qu'une quarantaine qui commence le 9 janvier doit encore être appliquée selon les règles en vigueur ce jour-là.

Les mesures seront d'application générale, c'est-à-dire qu'elles s'appliquent également aux collectivités, étant entendu que les études de foyers dans des collectivités seront toujours possibles sur la base d’évaluation par l'inspecteur d’hygiène régional, le médecin de la collectivité, ….    Toutefois, ces mesures ne s'appliquent pas aux contacts à haut risque contractées dans les établissements scolaires.  Ces mesures feront l'objet de discussions lors de la CIM du 5 janvier 2022 avec les ministres de l'éducation.

Vaccination dans le Hainaut : ouverture d’un nouveau centre et d’une nouvelle antenne mobile début janvier

La campagne de vaccination « booster – 3ème dose » continue en Wallonie où plus de 1.150.000 personnes se sont déjà faite vacciner et près de 80.000 sont programmés durant cette semaine de fêtes de fin d’année. Afin d’améliorer la couverture vaccinale sur l’ensemble du territoire wallon, un nouveau centre de vaccination et une nouvelle antenne mobile ouvriront leurs portes, début janvier, dans la Province de Hainaut.

Un centre de vaccination sera déployé à Fleurus. Il sera situé dans les locaux de la piscine communale (rue de Fleurjoux 50). Le centre commencera ses activités le mercredi 5 janvier et sera ouvert du lundi au samedi, de 8h30 à 18h30. Il est d’ores et déjà possible d’y prendre rendez-vous via le site www.jemevaccine.be ou en appelant le numéro gratuit 0800/45 019.

Une antenne de vaccination mobile ouvrira également dans la botte du Hainaut, du Sud namurois et fera arrêt aux étapes suivantes :

  • Chimay, salle Sudhaina – centre culturel Sud Hainaut (rue des Battis 32/Z) du 3 au 4 janvier, du 19 au 20 janvier, du 25 au 26 janvier et du 2 au 3 février.
  • Couvin, plaine des Sports (rue de la Foulerie) du 5 au 7 janvier, le 24 janvier, du 27 au 28 janvier, du 31 janvier au 1er février.
  • Beaumont (rue de la Déportation) du 10 au 18 janvier (samedi 15 et dimanche 16 exceptés) et le 21 janvier.

Il est également déjà possible d’y prendre rendez-vous.

Une autre antenne de vaccination s’établira également à Anderlues du 17 au 21 janvier. Plus d’informations sur le lieu de cette antenne seront prochainement communiquées.

Vous devez vous faire tester en cette fin d'année? Prenez rendez-vous!

Plusieurs centres de testing adaptent leurs horaires en cette période de fête.

Vous devez vous faire tester? Pour éviter de vous présenter devant un centre de testing fermé ce weekend, n'oubliez pas de prendre rendez-vous!

Comment prendre rendez-vous? Rendez-vous sur le site testing Doclr muni de votre code d'activation PCR. Vous pouvez alors choisir le centre de testing et le créneau horaire qui vous conviennent directement en ligne.

Par ailleurs, si vous présentez des symptômes légers du Covid-19, pensez à compléter le questionnaire disponible sur l'outil d'auto-évaluation disposnible sur masanté.be. Il vous permet de vérifier simplement et rapidement si vous devez vous faire dépister et de recevoir un code de test PCR gratuit si besoin .

Mettez à jour vos Covid Safe Tickets (CST) après le 01/01/2022!

Les premiers Covid Safe Tickets (CST) viendront à expiration le 01/01/2022. Ils seront automatiquement recréés avec une date de validité allongée.

Pour disposer de votre nouveau CST après cette date, il vous suffit d’actualiser votre CST.

Comment faire ?

  • Depuis l’application CovidSafe : cliquer sur « rechercher de nouveaux certificats »
  • Sur Masante.be : cliquer sur « Imprimer/Télécharger votre certificat » pour le/les certificat(s) souhaité(s)

Vous souhaitez une version papier ? N’oubliez pas de réimprimer votre nouveau CST vous-mêmes ou d’en faire la demande au call center (0800/45.019).

Vous ne constatez toujours aucune actualisation après quelques jours ? Vous pouvez contacter le call center au 0800/45.019 ou envoyer un mail à l'adresse https://requete-vaccination.aviq.be.