Comité de concertation - des voyages libres et sûrs cet été

Le gouvernement fédéral et les gouvernements des entités fédérées réunis en Comité de concertation ont fixé hier les modalités pour des voyages libres et sûr cet été. Mercredi prochain, le 9 juin, la première étape du Plan été entre en vigueur, avec notamment l’ouverture des espaces intérieurs dans l’Horeca et des jours de retour sur le lieu de travail pour les télétravailleurs.

Le Comité de concertation constate que le nombre de patients atteints du coronavirus en soins intensifs continue à baisser et s’établit bien en-dessous du seuil indicatif des 500 lits. La campagne de vaccination suit elle aussi son rythme et plus de huit personnes à risque sur dix (plus de 65 ans et personnes présentant des comorbidités) ont déjà reçu leur première dose de vaccin il y a deux semaines.

Le Comité de concertation confirme l’objectif de vacciner un pourcentage maximum de la population. En attendant, la prudence reste de mise. Après l’administration de la dose, il faut compter un délai allant jusqu’à trois semaines pour que le vaccin offre une protection adéquate. Pendant cette période, on peut être infecté, tomber gravement malade et contaminer d’autres personnes. Le respect des règles de conduite, comme le port du masque et la distance de 1,5 mètre, reste donc recommandé.

Pour prendre connaissance des mesures prises, consultez le site fédéral de référence info-coronavirus.be.

L'opération « Re Vax 50+ » enclenchée dès ce lundi en Wallonie

En Wallonie, la phase de vaccination destinée au grand public (phase 2) est pleinement amorcée et avance à bon rythme. Plus de la moitié de la population wallonne de 18 ans et plus est désormais vaccinée avec au moins une dose, ce chiffre s’élève à 73% pour les personnes à risques (comorbidités) et plus d’une personne sur cinq a pu bénéficier d’une vaccination complète.

En mai, près de 850.000 personnes ont reçu un vaccin en Wallonie dont près de 204.000 cette semaine. Pour la semaine qui arrive, au regard des livraisons et de la stratégie nationale de vaccination, la Wallonie distribuera près de 260.000 doses de vaccins dans les centres et antennes de vaccination déployés sur son territoire.

 Afin d’encourager la vaccination de tous et pour offrir une couverture vaccinale maximale sur l’ensemble du territoire, de nouvelles initiatives sont actuellement mises en place par les autorités :

  • Une opération « Re Vax 50+ » sera enclenchée à partir de ce lundi 31 mai. Concrètement, les personnes de 50 ans et plus qui hésitaient, qui ont laissé leur code se périmer ou encore celles qui ont égaré leur invitation ou qui n’auraient pas reçu le courrier qui leur était destiné, etc. qui habitent en Wallonie et qui souhaitent se faire vacciner pourront appeler le numéro gratuit 0800/45 019 dès ce lundi 31 mai : un rendez-vous dans un centre de vaccination leur sera rapidement donné. Depuis son lancement fin avril dernier, l’opération Re Vax a déjà enregistré 39.000 rendez-vous de vaccination par téléphone.
  • L’ouverture progressive des 75 lignes de vaccination additionnelles réparties sur le territoire pour atteindre un total de 232 lignes en Wallonie.
  • La Wallonie déploiera dès ce lundi et pour une durée d’une semaine une nouvelle antenne de vaccination à Farciennes. Elle sera située au centre culturel de la commune et sera ouverte, de 9h à 21h, les jours de semaine et, de 9h à 17h, le samedi sur au moins 2 lignes. Les plages de rendez-vous sont ouvertes dans l’outil Doclr de réservation en ligne. L’expérience sera évaluée pour la suite.

Les autorités wallonnes rappellent également aux personnes qui souhaitent se faire vacciner rapidement et qui n’ont pas encore reçu leur convocation qu’elles peuvent s’inscrire via la banque de données de réserves Qvax (www.qvax.be) ou actualiser leurs disponibilités. La campagne de vaccination avançant, les réserves de personnes sont actuellement moins remplies.

Pour la semaine du 31 mai, les autorités wallonnes signalent d’ailleurs que les centres de Namur Expo, Mons Expo et Pepinster disposent encore de quelques plages de rendez-vous disponibles. Les personnes qui ont reçu une convocation permettant de se faire vacciner dans ces centres et qui sont désireuses de recevoir une première injection rapidement peuvent donc s’inscrire rapidement via Doclr. Celles qui n’ont pas encore reçu leur invitation et qui habitent à proximité de ces centres peuvent aussi s’y inscrire sur la liste d’attente via Qvax (nouvelle inscription ou actualisation de leur profil) et pourront être invités si une dose reste disponible, Qvax ayant permis, à ce jour, la vaccination de 120.000 belges . 

Décisions de la CIM concernant le vaccin COVID-19 Janssen à dose unique

La Conférence interministérielle (CIM) Santé publique a pris connaissance d’un seul cas dont il est question d'un effet secondaire grave suite à l'administration du vaccin Janssen. La CIM maintient la décision d'utiliser le vaccin de Janssen pour la vaccination à domicile des personnes âgées et des groupes vulnérables, ce qui constitue une priorité importante dans notre campagne de vaccination. En ce qui concerne la population générale, le vaccin de Janssen (dont l'approvisionnement est actuellement limité) sera provisoirement utilisé pour la vaccination des personnes âgées de 41 ans et plus. La CIM considère qu'il est important que l'EMA fasse le point sur les avantages et les risques du vaccin de Janssen et prendra les décisions nécessaires éventuelles à la lumière de ces informations.

A la fin de la semaine dernière, l'AFMPS a reçu le signalement d'une patiente admise avec une thrombose sévère et déficit de plaquettes sanguines. Cette patiente est décédée le 21.05.2021. Sur la base du premier rapport, les experts ont évalué toutes les données disponibles et ont demandé des informations supplémentaires. Ils ont alors immédiatement contacté le Comité de sécurité de l'EMA et ont signalé le cas conformément aux accords européens. Les responsables de l'EMA ont également été contactés et invités à évaluer le plus rapidement possible le lien entre le décès et l'administration du vaccin. La patiente a moins de 40 ans et a été vaccinée via son employeur (étranger), c'est-à-dire en dehors de la campagne belge.

Les livraisons du vaccin de Janssen en Belgique ont été jusqu'à présent très limitées (environ 40 000 unités). 80 % des doses administrées à ce jour l'ont été à des personnes âgées de plus de 45 ans. Dans notre stratégie de vaccination, le vaccin est prioritairement utilisé pour la vaccination à domicile des personnes âgées et la vaccination d'un certain nombre de groupes précaires tels que les sans-abri et les personnes sans papiers. Dans ce cas, l'administration d'une seule dose présente un avantage important et il n'existe souvent aucune alternative efficace. La CIM maintient cette approche.

Les ministres de la Santé publique de la CIM ont considéré ce cas malheureux comme un signal important et ont immédiatement demandé à l'EMA les conclusions concrètes de l'enquête sur ce cas et sur tout autre rapport similaire provenant d'autres pays. En outre, ils ont demandé s'il serait possible d'effectuer une analyse bénéfices-risques pour ce vaccin également, en fonction de l'âge.

Sur la base des informations actuellement disponibles sur les effets secondaires signalés à l'EMA et à la FDA, la CIM a décidé d'administrer temporairement le vaccin de Janssen à la population générale à partir de l'âge de 41 ans, dans l'attente d'une analyse bénéfices-risques plus détaillée par l'EMA. Avec la nouvelle augmentation du nombre de vaccins Pfizer et Moderna qui seront administrés à partir de juin, ceux-ci seront utilisés pour les 18-40 ans. L'impact à court terme est très limité.

Le vaccin Janssen (Johnson & Johnson) administré temporairement à la population générale à partir de l’âge de 41 ans en Wallonie

La Conférence Interministérielle (CIM) Santé publique vient de décider d’administrer de manière temporaire le vaccin Janssen (Johnson & Johnson) à la population générale de 41 ans et plus. Une analyse bénéfices-risques a été demandée à l’Agence Européenne des Médicaments (EMA) afin qu’elle fasse le point sur les avantages et les risques de ce vaccin.

A court terme, l’impact de cette décision sera limité en Wallonie étant donné la faible disponibilité actuelle du vaccin J&J.  

Cette semaine et la semaine prochaine, la vaccination de 2575 personnes de moins de 41 ans était en effet programmée avec ce vaccin. Pour ces personnes, leur rendez-vous reste inchangé mais un autre vaccin de la classe des mRNA (Pfizer ou Moderna) leur sera administré.

  • Pour les personnes de plus de 41 ans : rien ne change.
  • Pour les personnes de moins de 41 ans qui n’avaient pas encore de rendez-vous : le système Doclr leur proposera d’office un autre vaccin à mRNA : Moderna ou Pifzer. 
  • Pour les personnes de moins de 41 ans qui avaient déjà un rendez-vous :  elles seront vaccinées avec un autre vaccin à mRNA : Moderna ou Pifzer.

En Wallonie, ces mesures de précaution s'appliquent pour tous, sans distinction, et concernent donc également la campagne de vaccination pour les personnes en situation de grande précarité.

La campagne de vaccination wallonne pourra se poursuivre normalement puisque les centres de vaccination restent ouverts et continuent de vacciner avec les différents vaccins et doses disponibles en large suffisance.

Un Wallon sur 2 a reçu une première dose de vaccin

En Wallonie, la moitié de la population wallonne de 18 ans et plus est désormais vaccinée avec au moins une dose et 18% ont eu une vaccination complète ; des indicateurs qui positionnent la Région wallonne dans le top 3 de l’Union européenne.

La phase de vaccination destinée au grand public (phase 2) est pleinement amorcée et avance à bon rythme grâce aux adaptations mises en place afin d’augmenter la capacité vaccinale des centres. Les invitations sont actuellement envoyées, par âge et de manière décroissante, en commençant par les personnes âgées de 64 ans et moins.

Près de 203.000 personnes ont en outre été vaccinées la semaine dernière dans les différents sites. Pour cette semaine du 24 mai, la Wallonie distribue près de 205.000 doses de vaccins dans les centres et antennes de vaccination déployés sur son territoire.

Afin d’encourager la vaccination de tous et pour offrir une couverture vaccinale maximale sur l’ensemble du territoire, la Wallonie déploiera par ailleurs une nouvelle antenne de vaccination à Farciennes. Cette dernière reprendra les plages de vaccination de l'antenne de Bouillon qui fermera pour sa part ses portes (à l’exception des secondes doses programmées), l’ensemble de la population locale visée ayant eu l’opportunité de se faire vacciner dans cette antenne de proximité.

La nouvelle antenne de proximité de Farciennes, qui sera située au centre culturel de la commune, sera active la semaine du 31 mai, de 9h à 21h les jours de semaine et de 9h à 16h le samedi, sur au moins 2 lignes. Les plages de rendez-vous sont ouvertes depuis le week-end dernier dans l’outil Doclr de réservation en ligne. L’expérience sera évaluée pour la suite.  

La phase de la vaccination des publics très fragilisés ou précarisés qui a démarré la semaine dernière dans 8 structures accueillant notamment en journée des personnes sans-abris, sans-papiers ou encore présentant des troubles de santé mentale ou d’assuétudes, etc. continuera également cette semaine et les suivantes sur l’ensemble du territoire wallon.

Elle s’organise suivant deux approches ; soit via une vaccination in situ dans les structures d’accueil par des médecins, soit en accompagnant les personnes fréquentant les structures dans les centres de vaccination préalablement informés. En une semaine, cette étape a déjà permis à près de 350 personnes de bénéficier du vaccin unidose Johnson & Johnson.

La Wallonie créé 75 lignes de vaccination supplémentaires pour augmenter la capacité vaccinale de ses centres

Au regard de l’augmentation du nombre de livraisons de vaccins annoncées par les firmes d’ici début juin, qui permettrait d’administrer près de 400.000 injections/semaine en Wallonie, soit quasi le double de la cadence actuelle, la Wallonie activera, dès fin mai, un nouveau levier pour augmenter la capacité de ses sites de vaccination. 

75 lignes supplémentaires de vaccination seront ainsi progressivement déployées sur l’ensemble du territoire wallon, dans les centres existants qui offrent suffisamment d’espace d’adaptation.

Ces lignes additionnelles de vaccinateurs seront prioritairement positionnées dans les centres situés dans des arrondissements présentant le plus de personnes restant à vacciner, notamment dans les provinces de Liège et du Hainaut. Une fois le maximum de lignes additionnelles déployées dans ces provinces, le solde  a été  réparti en fonction des besoins et des possibilités offertes par les centres des provinces de Namur et du Brabant wallon, le Luxembourg ayant déjà vu le centre du Wex de Marche-en-Famenne augmenté de 3 lignes début mai.  

Lignes complémentaires

  • Province du Hainaut : + 29,5 lignes (centres de Fleurus, Mons Expo, Chimay,  Binche, Ath, Mouscron, Soignies, les centres de Colfontaine et de La Louvière deviennent des centres majeurs)
  • Province de Liège : + 20 lignes (centres de Bressoux, Jemeppe, Cheratte, Tilff, Chaudfontaine, Malmedy, Herve, Hannut, Huy, Waremme, le centre de Liège Ville - ancien Décathlon - devient un centre majeur, …)
  • Province de Namur : + 13 lignes (centres de Namur Expo, Bouge, Fosses-la-Ville, le centre de Ciney devient un centre majeur)
  • Province du Brabant wallon : + 12 lignes (centres du PAM Expo, Braine l’Alleud, Wavre, Tubize, Perwez)

Eu égard à la situation sanitaire précaire et à la nécessité de protéger le plus rapidement possible la population, l'objectif poursuivi par cette nouvelle amplification est d'utiliser sans délai toutes les doses disponibles en Wallonie.

Pour rappel, depuis début mai, la Wallonie a déjà mis en place deux premiers dispositifs pour augmenter la capacité de ses sites de vaccination, à savoir : la mobilisation de toutes les capacités théoriques des 155 lignes initiales des centres  et l’augmentation de la cadence d'injection par heure. Dans le respect de la santé et de l’intégrité des personnes, chaque vaccinateur peut aujourd’hui passer de 20 à 25 injections par heure. 

La phase 2 de la campagne de vaccination pleinement amorcée en Wallonie dès ce lundi

En Wallonie, près de 85% des personnes âgées de 65 ans et plus et un peu plus de 60% des personnes présentant un risque en termes de santé (comorbidités) ont reçu une première dose vaccinale.  

A l’exception des derniers ajouts de personnes présentant une comorbidité par leur médecin traitant, toutes les invitations à la vaccination ont été envoyées à ces deux catégories de population prioritaires car fragiles face au covid-19. La majorité d’entre elles prennent actuellement rendez-vous dans les centres de vaccination ou, pour celles qui ne savent pas se déplacer, prennent contact avec leur médecin traitant afin de bénéficier d’une vaccination à domicile. 

Au regard de ces éléments, la Wallonie entamera pleinement la phase de vaccination destinée au grand public (phase 2) dès ce lundi. Les invitations seront également envoyées par âge et de manière décroissante en commençant par les personnes âgées de 64 ans et moins. Dans certaines Provinces, cette phase est déjà entamée. 

Grâce à l’augmentation significative des livraisons de vaccins attendue courant mai, cette dernière grande étape de la campagne de vaccination va pouvoir avancer à bon rythme. Pour la semaine du 17 mai, pour autant que toutes les livraisons soient confirmées, la Wallonie distribuera en effet près de 200.000 doses de vaccins dans les centres et antennes de vaccination déployés sur son territoire. Près de 210.000 personnes y ont par ailleurs été vaccinées cette semaine. Au total, 45.2% de la population wallonne de 18 ans et plus est désormais vaccinée avec au moins une dose et 14.4 % ont eu une vaccination complète. 

A partir de cette semaine du 17 mai, la Wallonie entamera également la phase pilote de la vaccination des publics très fragilisés ou précarisés dans 8 structures accueillant notamment en journée des personnes sans-abris, sans-papiers ou encore présentant des troubles de santé mentale ou d’assuétudes, etc. Le vaccin Johnson & Johnson, en une seule dose, sera utilisé.

Un Open Data vaccination en Wallonie

Les chiffres de la vaccination contre le covid-19 ventilés par Province, Commune, tranches d’âge ou encore par genre seront désormais disponibles et mis à jour quotidiennement en Wallonie. A l’initiative de la Vice-Présidente, Ministre wallonne de la Santé, Christie Morreale, l'AVIQ vient de créer un portail "Open Data vaccination".

Depuis ce mercredi, ce nouvel « Open Data vaccination » est accessible à tous sur le site de l’AVIQ : https://bit.ly/3uH4nTT. Il se présente sous la forme de tableaux de bord épurés, de cartes interactives, de graphiques et reprendra une série d'indicateurs montrant les tendances quotidiennes en matière de vaccination. 

Cet outil de centralisation des données permettra d’avoir une vue d’ensemble de la situation en Wallonie et renseignera notamment le nombre de personnes partiellement et totalement vaccinées. Chaque localité, province, catégorie d’âge, genre, y sera répertorié quotidiennement et permettra à tout un chacun de constater l’état vaccinal de la localité qui l’intéresse et son évolution. 

Ce nouveau dispositif sera par ailleurs précieux en termes d’aide à la décision pour les autorités publiques qu’elles soient régionales, communales ou encore provinciales. Il permettra en effet de suivre quasi en temps réel l’évolution de la vaccination et, le cas échant, de prendre une série d’initiatives ciblées d’information et de sensibilisation vers des catégories de publics spécifiques peut-être moins convaincues par la nécessité de se faire vacciner.

L'intervalle de l’administration du vaccin d'AstraZeneca a été raccourci de 4 semaines

Sur la base de l'avis de la Task Force Vaccination, les ministres de la Santé ont décidé ce matin, lors de la Conférence interministérielle, de raccourcir d'un mois le délai entre la première et la deuxième injection du vaccin d'AstraZeneca (AZ), pour le porter à 8 semaines.


Jusqu'à présent, la deuxième injection était effectuée après 12 semaines. Cette décision a été prise en février afin de pouvoir donner au plus grand nombre de personnes possible une première piqûre avec le nombre encore très limité de vaccins à l'époque. Maintenant que le nombre de vaccins administrés a considérablement augmenté, nous pouvons raccourcir cet intervalle de temps. Ainsi, les personnes qui ont reçu un vaccin AZ recevront leur deuxième injection au plus tard en août. En raison de cette adaptation, la campagne de vaccination se terminera un peu plus tôt.


Le vaccin offre-t-il encore une protection suffisante ?
Selon l'Agence européenne des médicaments (EMA), la deuxième dose du vaccin AZ doit être administrée entre 4 et 12 semaines. Le raccourcissement de la période n'a aucun impact sur la protection contre les COVID-19 graves et l'hospitalisation. Selon des études récentes, une deuxième dose après 12 semaines donne une protection légèrement plus élevée contre le COVID-19 léger, mais la différence avec la protection à une deuxième dose après 8 semaines est très faible. La première injection après 3 semaines donne déjà une protection très élevée contre le COVID-19 sévère et l'hospitalisation. La deuxième injection après 8 ou 12 semaines assure la même protection durable à long terme.


A qui s'applique ce raccourcissement ?
Les personnes qui ont déjà reçu leur première injection au centre de vaccination conservent leur 2ème rendez-vous qui a déjà été programmé. Cela s'applique également aux personnes dont le rendez-vous pour la première injection a déjà été fixé. Il n'est donc pas possible de procéder à une nouvelle réservation. Il est donc inutile de contacter le centre de vaccination. Toutes ces personnes recevront également leur deuxième injection de vaccin au plus tard à la mi-août.


Cette adaptation de l'intervalle d'AstraZeneca signifie que la phase finale de la campagne de vaccination peut être accélérée et que chacun pourra recevoir sa deuxième injection en août. La CIM tient à remercier une fois de plus tous les employés des centres de vaccination et toutes les personnes qui ont été vaccinées pour leurs efforts et leur solidarité.
 

Le Comité de concertation détaille son plan "été": un retour à la vie normale en 4 étapes

Le gouvernement fédéral et les gouvernements des entités fédérées réunis ce jour en Comité de concertation ont décidé d’un vaste Plan « été ». Ce plan prévoit un retour à une vie plus normale en quatre étapes.

Si le nombre de lits occupés en soins intensifs par des patients covid continue d’évoluer dans la direction du seuil des 500 lits et si la campagne de vaccination se déroule comme prévu, le Plan « été » se déploiera en quatre étapes majeures programmées comme suit:

  • Etape 1: en date du 9 juin 2021
  • Etape 2: en date du 1er juillet 2021
  • Etape 3: en date du 30 juillet 2021
  • Etape 4: en date du 1er septembre 2021.

Pour prendre connaissance du détail des mesures, ainsi que des conditions liées à l'évolution de la situation sanitaire, consultez le site de référence info-coronavirus.be.