Le Comité de concertation se prononce sur un assouplissement progressif des mesures à-partir du 19/04/2021

En se basant sur plusieurs éléments factuels parmi lesquels l'accélération de la campagne de vaccination, le Comité de concertation de ce 14/04/2021 a décidé d'une série de mesures résumées ci-dessous:

Récapitulatif des mesures du Codeco du 14.04.2021

Le Comité de concertation constate par ailleurs que, dans certaines parties du pays, trop peu de personnes se présentent à leur rendez-vous de vaccination. Il rappelle que la vaccination est la seule option de sortie structurelle de la pandémie. Les vaccins sont sûrs et efficaces. Les effets secondaires potentiels sont très rares et légers, surtout en comparaison avec les symptômes de contamination à la COVID qui sont mille fois plus fréquents et mortels. Le Codeco invite les citoyen.ne.s à protégez leur vie et celle de leurs proches en se faisant vacciner.

Pour prendre connaissance des mesures en détail, consultez le site de référence info-coronavirus.be.

Pour prendre connaissance des mesures expliquées en langues étrangères (albanais, anglais, arabe, arménien, dari, espagnol, farsi, ourdou, pachto, polonais, russe, somali, tchètchène, turc), consultez le site du Setisw.

 

 

1 Wallon sur 5 en âge d'être vacciné a reçu au moins une dose de vaccin : la barre des 20% de vaccinés franchie ce samedi

Sur la semaine écoulée et au regard du nombre de vaccins disponibles, les centres et antennes de vaccination, les hôpitaux et les institutions collectives de soins (handicap, santé mentale) ont administré 133.000 doses vaccinales, ce qui porte à 782.700 doses administrées et enregistrées en date du 10 avril en Wallonie, pour près de 2.500.000 doses administrées en Belgique depuis le début de la campagne de vaccination. La barre des 20% de personnes ayant reçu au moins une dose de vaccin a été franchie ce samedi en Wallonie : 1 personne sur 5 en âge d’être vaccinée l’a été.

Le bilan de la semaine montre qu’il y a eu un effet « Astra Zeneca » très limité sur la campagne de vaccination en Wallonie. Sur les 60.700 injections faites avec ce vaccin, la cellule Covid-19 a constaté plus ou moins 10% de désistement, immédiatement comblés par la prise de nouveaux rendez-vous. 

Près de 4000 personnes ont également pu profiter cette semaine du système Qvax pour 160.000 Wallon.ne.s inscrit.e.s sur la liste des réservistes. L’ensemble des centres de vaccination sera relié au système Qvax d’ici la fin de la semaine.

Pour cette semaine du 11 avril, la Wallonie a distribué un peu plus de 108.000 doses de vaccins qui sont réparties de la manière suivante :  

  • 106.209 dans les centres et antennes de vaccination ;
  • 1894 à destination des hôpitaux et des collectivités (handicap, santé mentale…). 

La Région ouvrira par ailleurs, dès ce lundi, ses 4 dernières antennes de vaccination de proximité (Walcourt, Philippeville, Limbourg et Bouillon) atteignant ainsi le déploiement total des 52 sites de vaccination sur son territoire.

Pour rappel, seules les personnes ayant reçu une invitation à la vaccination et qui ont confirmé leur rendez-vous sur internet ou via le numéro d’appel figurant sur la convocation, sont invitées à se présenter dans les centres de vaccination.

Astra Zeneca temporairement réservé aux 56 ans et plus en Belgique : la Wallonie adapte sa campagne de vaccination

Faisant suite aux analyses scientifiques complémentaires effectuées par l’Agence Européenne des Médicaments (EMA) relatives au vaccin d’Astra Zeneca, la Belgique vient de décider de réserver temporairement ce vaccin, qui protège à 90% des hospitalisations et réduit drastiquement les décès liés au Covid-19, aux personnes de 56 ans et plus.

Par conséquent, les Régions étant chargées d’organiser la vaccination de la population, la Wallonie reprogramme actuellement les rendez-vous pris dans les centres qui vaccinent cette semaine et la semaine prochaine avec de l’Astra Zeneca.

Concrètement, les centres de vaccination restent ouverts et continueront de vacciner avec les différents vaccins et doses disponibles.

Pour les personnes de 56 ans et plus, quel que soit le vaccin qui leur est prévu, rien ne change. Les personnes sont invitées à se présenter à l’heure prévue, munies de leur convocation ou confirmation de rendez-vous pour se faire vacciner.

Pour les personnes de moins de 56 ans qui ont confirmé leur vaccination avec de l’Astra Zeneca, deux hypothèses en fonction de la disponibilité immédiate de vaccins alternatifs dans leur centre de vaccination :  

  • Soit leur rendez-vous est maintenu et des vaccins Pfizer ou Moderna leur seront administrés lors de leur venue sur le site de vaccination ; dans ce cas, elles ne seront donc pas contactées par le centre de vaccination ;
  • Soit leur rendez-vous est annulé et reporté à une date rapprochée ; dans ce cas, les centres de vaccination prendront directement et rapidement contact avec les personnes concernées pour leur proposer une nouvelle date afin de se faire vacciner avec des vaccins Pfizer ou Moderna.

Pour les personnes de moins de 56 ans ayant déjà reçu une première dose avec le vaccin Astra Zeneca et qui attendent la seconde dose, les autorités attendent les avis des scientifiques européens qui étudient actuellement la situation. Une réponse étayée est attendue pour la fin de ce mois d’avril. Les secondes doses prévues avec ce vaccin ne sont par ailleurs pas programmées avant début mai en Wallonie.

La Wallonie a par ailleurs également demandé à la SMALS et à Doclr, organismes qui gèrent les invitations à la vaccination et l’application Q-Vax, de ne plus permettre la prise de rendez-vous pour les personnes de moins de 56 ans avec des vaccins Astra Zeneca.

Les autorités suivent scrupuleusement les recommandations scientifiques et médicales avec pour principal objectif la santé de toutes et tous. Elles tiennent également à rassurer les citoyens sur les vaccinations effectuées et réaffirment leur détermination à avancer et poursuivre leur lutte contre le COVID-19, de surcroît à l’heure où les données épidémiologiques restent élevées, les hôpitaux en alerte et la troisième vague avec de nouveaux décès, une réalité.

Les autorités rappellent en outre que le call center vaccination, dont le numéro figure sur l’invitation à la vaccination, se tient également à la disposition des personnes pour répondre à leurs légitimes questions.

S'inscrire sur une liste de réserve pour la vaccination

Avec QVAX, vous pouvez vous inscrire volontairement sur une liste de réserve pour bénéficier plus rapidement d'un vaccin Covid-19. Vous indiquez simplement quand vous êtes disponible pour un vaccin. Votre centre de vaccination peut alors facilement vous avertir lorsqu'une possibilité de se faire vacciner se présente.

Il pourrait s'écouler un certain temps avant que vous ne soyez appelé via la liste de réserve et peut-être même recevrez-vous votre invitation via la voie normale avant.

Le site d'inscription: www.qvax.be

Ouverture des antennes de vaccination

Les antennes de proximité ouvrent progressivement leurs portes de la fin mars à la 3ème semaine d'avril.

Pour prendre connaissance des dates précises d'ouverture et de la localisation des 12 antennes, consulter ce document.

Attention aux tentatives de hameçonnage et aux fausses convocations à la vaccination

Des cas de hameçonnage ou "phishing" ont été identifiés. Ils passent par de fausses invitations à la vaccination par mail ou SMS. 

La Wallonie rappelle qu'aucune donnée bancaire et financière n'est demandée dans ses invitations.

Hormis les courriers papiers, les seuls canaux officiels d'invitation à la vaccination en Wallonie proviennent de l'adresse mail cov19-vaccin@doclr.be et du numéro 8811 pour les SMS.

En cas de mail ou SMS suspects, la Wallonie invite les personnes à:

  • ne pas ouvrir et ne pas répondre ces invitations
  • transférer ces messages à l'adresse mail suspect@safeonweb.be.

 

Le Comité de concertation décide d’un large ensemble de mesures de temporisation

Aujourd’hui, le gouvernement fédéral et les gouvernements des entités fédérées réunis au sein du Comité de concertation ont évoqué la situation du coronavirus.

Le Comité de concertation constate une nouvelle moyenne sur sept jours élevée, de 221 hospitalisations et le doublement du nombre de cas toutes les deux semaines.

Le taux de positivité a lui aussi augmenté la semaine dernière, les groupes des adolescents (10-19 ans) et des 40-64 ans représentant la plus forte hausse.

La plupart des foyers de contaminations se situent dans l’enseignement et au travail.

Fort de ces constats, le Comité de concertation a décidé d’un ensemble de mesures de temporisation qui doit faire en sorte d’inverser cette tendance haussière, tant au niveau du nombre de cas que des hospitalisations.

  1. Rassemblements à 4 personnes (12 ans et plus) maximum à l’extérieur
  2. Magasins non essentiels sur rendez-vous. Les livraisons à domicile et le click-and-collect restent possible
  3. Fermeture des métiers de contact non médicaux
  4. Enseignement: tous les cours sont suspendus du 29 mars au 2 avril, sauf pour les écoles maternelles.
  5. Jeunesse: les camps de jeunes et activités parascolaires restent autorisées, en petits groupes de 10 jeunes maximum, sans nuitée.
  6. Contrôles du télétravail plus stricts
  7. Les voyages non essentiels restent interdits
  8. Manifestations statiques sur la voie publique limitée à 50 personnes
  9. Importance des règles de base

Le Comité de concertation, le commissariat Corona et le Risk Assessment Group continuent de suivre de près la situation au jour le jour, et se réuniront immédiatement si la situation l’exige.

L’arrêté ministériel reste en vigueur jusqu’au 25/04/2021 inclus.

Pour prendre connaissance du détail de ces mesures, consultez le site info-coronavirus.be.

La vaccination avec AstraZeneca confirmée suite à l'avis favorable du CSS et de l'EMA

La Conférence interministérielle Santé publique (CIM) s'est réunie hier soir suite à l'avis de la Task Force Stratégie de vaccination et du Conseil Supérieur de la Santé (CSS) suite à l'analyse de l’European Medicines Agency (EMA) sur le vaccin de AstraZeneca.

Lundi dernier, sur avis du CSS et de la Task Force Stratégie de vaccination, la CIM a décidé de poursuivre la campagne de vaccination avec le vaccin AstraZeneca alors que plusieurs autres pays européens l’avaient suspendu. Le nombre de cas de "thrombose" (caillot de sang) chez les personnes vaccinées n'est pas supérieur à ceux observés dans la population générale non vaccinée. Cette conclusion a été tirée d'études cliniques à grande échelle, de l'expérience au Royaume-Uni avec 11 millions de personnes vaccinées et des rapports dont dispose l'AFMPS. En effet, les thromboses sont fréquentes et ce, d’autant plus que l’âge augmente. Les troubles de la coagulation sanguine sont également une complication fréquente de l'infection par la COVID-19 elle-même.

Ce qui était appelé "thrombose" semble être un terme générique pour toute une série de manifestations pathologiques, y compris un certain nombre de manifestations très rares, comme l'association de thromboses et de thrombocytopénie (faible taux de plaquettes sanguines).

Le comité de sécurité de l'EMA a rendu compte aujourd'hui de son analyse approfondie des cas signalés. Tout d'abord, ils concluent que rien n'indique qu'il y ait un problème de qualité des vaccins ou qu'il y ait un lien avec certains "lots". D’un point de vue scientifique, il n'existe donc aucun lien entre la vaccination et un risque accru de thrombose.

A l’heure où l’on assiste à une augmentation des cas d’infection a là COVID-19, il est impératif qu’un maximum de citoyens se fassent vacciner. La vaccination est le seul et unique moyen de retrouver, tous ensemble, une vie normale. C’est un objectif auquel tous les acteurs de la société doivent impérativement œuvrer.

La CIM suit l'avis de la Task Force et du Conseil Supérieur de la Santé de poursuivre la campagne de vaccination et en particulier l'utilisation du vaccin AstraZeneca. Le suivi et l'analyse de tous les cas rapportés dans le cadre de la pharmacovigilance se poursuivront en étroite collaboration avec l'EMA. En outre, il convient en effet d'accorder une grande attention à une communication transparente avec les prestataires de soins de santé, les centres de vaccination et le grand public.

Les conclusions de l'EMA peuvent être consultées sur le site de l'EMA.

Le Comité de concertation suspend le plan plein air et demande que des mesures soient prises dans l’enseignement

Le Comité de concertation a posé les constats suivants: depuis le 12/03/2021,

  • le nombre de nouvelles contaminations augmente à nouveau et de manière accélérée
  • le taux de positivité augmente lui aussi légèrement. La hausse concerne tous les groupes d’âges, hormis les 65 ans et plus. La hausse du taux de positivité est la plus importante pour le groupe des jeunes âgés de 10 à 19 ans
  • le nombre d’hospitalisations présente à nouveau une tendance haussière marquée, tout comme la courbe de l’occupation des lits en soins intensifs. Les hôpitaux sont désormais entrés en phase 1B du plan d’urgence
  • la part totale des contaminations dues aux nouveaux variants du virus représente maintenant 65% des contaminations
  • le nombre de contaminations et de clusters augmente dans l'enseignement.

Le Comité de concertation a dès lors pris une série de décisions:

  • Report du plan plein air provisoirement suspendu à l’exception des activités pour les jeunes (jeunes jusqu’à 18 ans inclus) pour maximum dix personnes;
  • Mesures dans l'enseignement: le Comité de concertation demande aux ministres de l’Enseignement d’élaborer pour le lundi 22 mars un plan détaillé et complet permettant de limiter au plus vite le nombre de contaminations et de clusters dans les écoles. Il a également décidé de:
    • La possibilité pour les élèves du 2e degré de l’enseignement secondaire d’à nouveau suivre les cours en présentiel à temps plein au 19/04/2021
    • Le port du masque devient obligatoire pour tous les élèves de 5e et 6e année primaire, au plus tard à partir du mercredi 24/03/2021
    • L’enseignement en présentiel à temps plein dans l’enseignement secondaire sera uniquement possible à partir du 19/04/2021
    • L’enseignement en présentiel à 100 % doit s’accompagner de tests réguliers des enseignants et, dans une seconde phase, des élèves.
  • Tests antigéniques pour les personnes qui ne peuvent pas faire de télétravail dans les secteurs à risques
  • Nombre de places limités dans les trains

Le Comité de concertation rappelle également l’importance des règles de base, notamment l'obligation de télétravail.

Le Comité de concertation, le commissariat Corona et le Risk Assessment Group continuent à suivre la situation de près jour après jour et se réuniront immédiatement à chaque fois que la situation le nécessitera.

L’arrêté ministériel est prolongé jusqu’au 30/04/2021, à l’exception de l’interdiction des voyages non essentiels, qui est prolongée jusqu’au 18/04/2021 sous réserve de l’assentiment parlementaire à l’accord de coopération en vue du respect de l’application de la quarantaine et du test de dépistage obligatoires des voyageurs.

Pour en savoir plus, consultez le site de référence info.coronavirus.be.

 

Pour des raisons de santé publique, notre pays a décidé de poursuivre la campagne de vaccination avec le vaccin Astra Zeneca

Pour des raisons de santé publique, notre pays a décidé de poursuivre la campagne de vaccination avec le vaccin Astra Zeneca, comme prévu initialement. La Task force Vaccination suit en ce sens la décision de la CIM Santé Publique qui s’appuie sur l'avis du Conseil Supérieur de la Santé communiqué cet après-midi.


Le vaccin AZ a déjà été administré massivement dans le monde entier, et le taux de thrombose chez les personnes vaccinées est plus faible que dans la population générale. Sur la base des données disponibles, il ressort que le vaccin AZ est un bon vaccin, sûr et efficace. Il réduit de 94 % le risque d'hospitalisation des personnes atteintes d'une infection. Les avantages pour la santé publique de la poursuite de la vaccination avec l’AZ l'emportent largement sur les inconvénients.


L’objectif de la Task Force Vaccination est de vacciner plus de 70% de la population. Pour ce faire, la participation active des citoyens à la campagne de vaccination est essentielle. Cependant, la sécurité et la santé des citoyens constituent une priorité plus grande encore. Derrière les données chiffrées, se trouvent des individus. Chaque cas de thrombose constaté après l’administration du vaccin AZ est donc enregistré par l'Agence belge des médicaments (AFMPS) qui, après analyse, transmet ces données à l'EMA. Chaque cas est pris au sérieux et suivi de près. L'EMA doit avoir une bonne vue d'ensemble détaillée de tous les problèmes qui se posent avec un vaccin, en l'occurrence AstraZeneca.

Les experts et les décideurs de notre pays suivent de très près toutes les informations et les faits qui surviennent. L’avis qui sera formulé jeudi par l'EMA sera très important. Il va sans dire que nous suivrons ce conseil. Entre-temps, les vaccinations, si essentielles, se poursuivront sans relâche afin que nous puissions reprendre notre vie normale le plus rapidement possible, dans des conditions optimales.

Télécharger l'avis de la Task Force vaccination (15.03.2021)