La CIM Santé publique modifie les règles de testing dans le cadre des voyages et autorise l'administration d'une 3ème dose pour les personnes ayant reçu le vaccin Johnson&Johnson

La Conférence Interministérielle Santé publique a approuvé ce matin l’avis rendu par le RAG et le RMG en ce qui concerne les règles de testing dans le cadre des voyages. En outre, il a été décidé que les personnes ayant reçu le vaccin de Janssen pourraient recevoir une troisième dose afin qu'elles remplissent les conditions requises dans certains pays européens pour participer à des activités culturelles, sportives, horeca, etc.


Modification des règles en matière de testing dans le cadre des voyages
Pour tous les voyages pour la Belgique, il sera obligatoire pour toute personne ne résidant pas en Belgique de présenter un Digital Covid Certificat, à savoir un certificat de vaccination valide ou un certificat de test ou de rétablissement récent. Cette règle n’est pas d’application pour les courts séjours de moins de 48 heures. Cette disposition avait été décidée déjà par le Comité de concertation de ce 11 février.
Aujourd’hui, la CIM a pris des décisions supplémentaires.

  1. Pour toute personne qui entre dans le pays, donc aussi bien pour les résidents que les non-résidents, et qui dispose d’un de ces certificat, il n'y a plus d'obligation de test, ni au jour 1 ni au jour 7, ni de quarantaine.

  2. Les résidents belges qui ne possèdent pas l'un de ces certificats et qui voyagent à partir d'un pays dont la situation épidémiologique est défavorable doivent subir un test antigénique rapide (RAT) ou un test PCR le premier jour après leur arrivée en Belgique. Il s'agit notamment des pays marqués en rouge foncé sur le nuancier de l'Europe et des pays tiers qui ne figurent pas sur la liste blanche de l'Europe.

  3. Pour les personnes provenant des pays ou régions avec une circulation d’un nouveau variant préoccupant (VOC) les règles strictes en matière de testing et de quarantaine restent inchangées.

    Ces nouvelles mesures seront d’application dès le 18/2. Plus d’information sur www.info-coronavirus.be(link is external).

Possibilité d'une dose supplémentaire après le vaccin Janssen en raison des mesures prises dans d'autres pays européens
La Belgique considère qu'une première vaccination avec le vaccin Janssen, suivie d'une dose supplémentaire de vaccin Janssen ou d'un vaccin ARNm, constitue un schéma de vaccination complet.   La dose supplémentaire est donc considérée comme une dose de rappel dans notre pays. Ce schéma de vaccination, composé de deux doses, est suffisant pour notre pays afin d’obentir le Covid Safe ticket positif et le certificat Digital Corona européen.
 
Depuis janvier 2022, en France et en Allemagne, en revanche, un schéma de vaccination complet pour les personnes qui ont commencé à recevoir le vaccin Janssen comprend trois doses, à savoir le premier vaccin Janssen suivi de deux vaccins ARNm (l'un pour compléter le schéma de base et l'autre comme rappel).   Ce schéma de vaccination est nécessaire dans ces pays pour participer à des activités culturelles, sportives, etc., mais aussi pour accéder au secteur de l'horeca. 
Le Grand-Duché de Luxembourg a décidé d'offrir ce schéma de vaccination, sur une base volontaire, à ses citoyens dont le schéma a commencé par un vaccin Janssen. 
La CIM Santé publique a décidé aujourd'hui d'introduire cette option dans notre pays également pour les personnes ayant reçu le vaccin Janssen. Les personnes qui souhaitent suivre ce schéma de vaccination peuvent se faire vacciner à nouveau 3 mois après la deuxième dose. Ils peuvent contacter un centre de vaccination dans leur région pour fixer un rendez-vous et recevront également toutes les informations nécessaires sur cette troisième dose. 
 
Cette vaccination est volontaire et gratuite, et n'est proposée qu'aux adultes. Le vaccin Janssen n'a pas été administré à des mineurs.

Vaccination de rappel contre le Covid-19 en Wallonie : Fermeture progressive des centres de vaccination dès la fin de ce mois de février

En quelques mois, la campagne de vaccination « booster » en Wallonie a permis à chaque personne qui le souhaitait de recevoir une dose de rappel contre le covid-19. Aujourd’hui, 77% de la population adulte éligible a reçu sa dose « booster » ou a pris rendez-vous pour la recevoir.

Au regard de ces avancées, la Wallonie vient d’amorcer une première diminution de capacité de ses centres de vaccination ; d’un peu plus de 200.000 vaccinations/semaine, les centres sont passés à environ 98.000 injections/semaine.

Par ailleurs, dès la fin de ce mois de février et jusqu’à fin mars, la grande majorité des centres de vaccination fermeront à nouveau progressivement leurs portes. Quelques centres, répartis de manière homogène sur l’ensemble du territoire wallon, resteront toutefois ouverts à la population. L’organisation de la vaccination contre le Covid-19 en Wallonie sera revue et adaptée à la situation épidémique d’avril 2022 et des mois suivants. La nouvelle liste et localisation des centres de vaccination sera communiquée ultérieurement. 

Concrètement, les citoyens dont la deuxième dose devra être administrée après la fermeture du centre dans lequel ils ont reçu leur première dose se verront fixer un rendez-vous dans le centre le plus proche encore actif. En outre, la vaccination par la médecine générale demeurera toujours possible.

Les autorités wallonnes encouragent aujourd’hui toutes les personnes qui ne sont pas encore vaccinées en dose de rappel ou en première vaccination à venir rapidement dans un centre de vaccination tant que ces derniers sont pleinement déployés en Wallonie.

Pour connaître les horaires des centres de vaccination, consultez le site https://www.jemevaccine.be/nos-centres-de-vaccination/.

« Cette campagne de vaccination massive, nécessaire pour protéger les personnes du virus et mise sur pied en un temps record, a une nouvelle fois requis une mobilisation considérable de la part des équipes de terrain, dans les centres de vaccination mais aussi en dehors de ceux-ci. Je remercie sincèrement toutes ces personnes pour leur travail et leur engagement au service de la santé des autres », souligne par ailleurs Christie Morreale.

Dépistage et suivi des contacts : quel outil utiliser, et quand?

Plusieurs outils existent pour assurer le dépistage et le suivi des contacts. Masanté.be, Coronalert, formulaire d'auto-évaluation des symptômes ou pour générer un code PCR, formulaire de signalement des contacts à haut risque... Vous les connaissez mais ne savez plus quand les utiliser? Cette infographie est faite pour vous!

Consultez-la pour connaître l'outil à mobiliser en fonction de votre situation personnelle.

Image de l'infographie téléchargeable en PDF ci-dessous

Consulter l'infographie en version PDF.

Dose de rappel pour les personnes immunodéprimées en Wallonie : démarrage le 01/02/2022 sans rendez-vous ni invitation, dans chaque centre de vaccination

Sur base de la recommandation du Conseil Supérieur de la Santé (CSS), les Ministres de la Santé ont récemment donné leur accord pour administrer une dose de rappel supplémentaire de vaccin contre le Covid-19 aux personnes immunodéprimées, plus fragiles et à risques face à cette maladie.

Afin d’administrer cette dose de rappel dans les plus brefs délais, les personnes immunodéprimées qui ont reçu leur dose « booster » en septembre ou octobre dernier peuvent se présenter dès le 01/02/2022 et sans prise de rendez-vous dans n’importe quel centre de vaccination de Wallonie, en dehors des plages horaires réservées à la vaccination des enfants de 5 à 11 ans (mercredi après-midi et samedi matin). La réception préalable d’un courrier, mail ou sms d’invitation n’est donc pas requise.

En l’absence de courrier justifiant l’éligibilité, les personnes concernées devront toutefois obligatoirement présenter la carte de vaccination qu’elles ont reçue après l’administration de la dose précédente ou leur Covid Safe Ticket. Si ces personnes ne souhaitent pas recevoir la dose supplémentaire dans l’immédiat, elles recevront un courrier d’invitation au début du mois de février.

Pour les personnes immunodéprimées qui ont reçu leur dose « booster » après le mois d’octobre 2021, elles recevront prochainement, et dans le respect du délai de 3 mois après la dernière dose de vaccin, un courrier d’invitation pour recevoir cette dose supplémentaire.

Une dose de vaccin Arn messager (Moderna ou Pfizer) leur sera administré.

En parallèle, la vaccination de la population générale se poursuit. 75% des citoyens adultes éligibles à recevoir une dose « booster » ont été vaccinés ou ont pris rendez-vous. Afin de continuer à augmenter la couverture vaccinale, tous les centres de vaccination wallons sont accessibles sans rendez-vous. La prise de rendez-vous demeure toutefois possible via www.jemevaccine.be ou le numéro 071/31.34.93 (numéro payant au tarif normal).

Le Comité de concertation approuve le baromètre Corona. Code rouge à partir du 28/01

Le Comité de concertation a approuvé aujourd’hui le baromètre corona. Les mesures basées sur le baromètre entreront en vigueur le vendredi 28 janvier selon le code rouge. Le vaccin booster viendra s’ajouter au Covid Safe Ticket à partir du 1er mars.

Le Comité de concertation constate que le nombre de contaminations poursuit sa nette augmentation. Le taux de reproduction des infections et des hospitalisations reste supérieur à 1, indiquant une propagation accrue du virus. Le nombre d’hospitalisations augmente aussi, tandis que le nombre de lits en soins intensifs occupés par des patients covid est toujours en légère baisse, ce qui reflète les caractéristiques du variant omicron, moins pathogène mais nettement plus contagieux.

Baromètre corona

Objectif

Le baromètre corona se veut un outil de préparation proactive des politiques et de communication et devrait offrir plus de prévisibilité aux secteurs concernés, structurer les décisions du Comité de concertation et les rendre plus transparentes.

Code jaune, orange et rouge

Le baromètre corona comporte trois phases qui reflètent le niveau de pression sur les soins de santé :

  • code jaune : situation épidémiologique et pression sur les hôpitaux sous contrôle (Nouvelles hospitalisations/jour : moins de 65, occupation des soins intensifs : moins de 300 lits. La tendance des chiffres doit toujours être prise en considération pour accélérer éventuellement un changement de phase dans un sens ou dans l’autre.) ;
  • code orange : pression croissante sur le système de santé, nécessitant une intervention pour inverser la tendance (Nouvelles hospitalisations/jour : 65-149, occupation des soins intensifs : 300-500 lits. La tendance des chiffres doit toujours être prise en considération pour accélérer éventuellement un changement de phase dans un sens ou dans l’autre.) ;
  • code rouge : risque élevé de surcharge du système de santé (Nouvelles hospitalisations/jour : plus de 150, occupation des soins intensifs : plus de 500 lits. La tendance des chiffres doit toujours être prise en considération pour accélérer éventuellement un changement de phase dans un sens ou dans l’autre.) .

Pour déterminer le code applicable, le Comité de concertation tiendra compte, outre de la pression exercée sur les soins de santé, d’une évaluation globale de la situation épidémiologique et accordera une attention particulière à la santé mentale.

Secteurs concernés

Le baromètre se concentre sur les événements publics, l’Horeca et les activités récréatives. Une distinction est faite entre les activités intérieures/extérieures et non-dynamiques/dynamiques. D’autres secteurs pourront éventuellement s’ajouter ultérieurement. L’enseignement et les contacts sociaux ne feront pas partie du baromètre.

Code rouge à partir du 28 janvier

Se basant notamment sur l’accélération de la hausse du nombre d’hospitalisations, sur le taux de positivité élevé et sur l’intense circulation de l’omicron entrainant un nombre croissant d’absences dans les écoles, les entreprises, les secteurs de soins et les services publics, le Comité de concertation a décidé de lancer le baromètre en code rouge à partir du 28 janvier.

Pour connaître les mesures d'application dès le 28/01/2022, consultez le site de référence info-coronavirus.be.

Validité du certificat de vaccination à partir du 1er mars

Une dose de rappel (booster) constitue une protection importante contre le virus. Par conséquent, le Comité de concertation a décidé de faire passer la durée de validité du certificat de vaccination dans le Covid Safe Ticket de 270 jours à 150 jours à compter du 1er mars. La validité de la dose de rappel n’est pas limitée dans le temps.

Cela signifie que toute personne ayant été vaccinée avant le 1er octobre avec une dose (Janssen uniquement) ou deux doses (Pfizer/BioNTech, Moderna, AstraZeneca/Oxford) doit avoir reçu une dose de rappel avant le 1er mars. Dans le cas contraire, son certificat de vaccination expirera.

La validité du certificat de rétablissement sera également portée à 150 jours.

Ces changements concernent uniquement les personnes de plus de 18 ans.

Prolongation de la situation d’urgence épidémique (loi « pandémie »)

Il découle de l’analyse des risques du RAG et de l’avis du commissariat COVID-19 que les critères cumulatifs prévus par la loi sont toujours remplis à l’heure actuelle et qu’une approche fédérale reste nécessaire.

Le Comité de concertation prend note de la prolongation de la situation d’urgence épidémique de trois mois, jusqu’au 28 avril 2022. Cette situation d’urgence sera évaluée à intervalles réguliers.

Augmentation du taux de vaccination

Enfin, le Comité de concertation a également pris acte de la note du commissariat COVID-19 concernant l’augmentation du taux de vaccination, ainsi que des avis demandés.

Le Comité de concertation invite les gouvernements à transmettre ce dossier à leur parlement en vue d’un débat parlementaire rapide. Les parlements sont également invités à évaluer la valeur épidémiologique du COVID Safe Ticket et son utilité dans la gestion de la pandémie.

Tous les centres de vaccination de Wallonie désormais ouverts sans rendez-vous

La campagne de vaccination de la 3ème dose « booster » suit son cours en Wallonie selon le calendrier fixé initialement : 72% de la population de 18 ans et plus est vaccinée ou a pris rendez-vous dans les prochains jours. Ce chiffre monte à 88% pour les personnes immunodéprimées et à 90% pour les personnes de 65 ans et plus.

Afin d’augmenter le rythme d’administration de la dose « booster » et d’encourager les nouvelles vaccinations, tous les centres de vaccination de Wallonie sont désormais de nouveau accessibles sans rendez-vous à partir de ce mercredi 19 janvier.

Les plages horaires sans rendez-vous seront permanentes dans tous les centres de vaccination déployés sur le territoire wallon, à l’exception des créneaux horaires réservés à la vaccination des enfants de 5 à 11 ans, le mercredi de 14h à 17h et le samedi matin jusqu’à 12h.

Pour pouvoir accéder aux centres, il suffit désormais à chaque personne de présenter sa carte d’identité et sa convocation. La prise de rendez-vous demeure également toujours possible via le site www.jemevaccine.be, qui renseigne également les horaires et adresses des centres de vaccination, ou en appelant le numéro 071/31.34.93 (numéro payant au tarif normal).

Après une phase pilote effectuée la semaine dernière, la Wallonie démarre par ailleurs la vaccination des enfants de 5 à 11 ans ce mercredi après-midi. Près de 15.000 doses pédiatriques sont programmées cette semaine dans l’ensemble des centres qui affichent complets jusqu’à la fin du mois. Au total, près de 30.000 rendez-vous ont d’ores et déjà été pris, ce qui représente quasi 10% des enfants âgés de 5 à 11 ans en Wallonie.

Plusieurs centres vaccination de Wallonie redémarrent la vaccination sans rendez-vous

La campagne de vaccination de la 3ème dose « booster » avance bon train en Wallonie : 71% de la population de 18 ans et plus est vaccinée ou va l’être dans les prochains jours. Ce chiffre monte à 87% pour les personnes immunodéprimées et à 90% pour les 65 ans et plus.

A cet égard et afin de continuer à administrer rapidement cette 3ème dose qui augmente la protection face à une forme grave de Covid-19 mais aussi d’encourager toute nouvelle vaccination, plusieurs centres de vaccination de Wallonie réactivent la possibilité d’aller se faire vacciner sans rendez-vous. Pour bénéficier de cette possibilité, il convient de se présenter au centre avec sa carte d’identité et sa convocation.

Dès la semaine prochaine, 9 centres de vaccination ouvriront leurs portes à la population sans rendez-vous préalable. Ces plages sans rendez-vous seront soit permanentes (à l’exception des créneaux horaires réservés à la vaccination des enfants de 5 à 11 ans le mercredi de 14h à 17h et le samedi matin jusqu’à 12h), soit accessibles lors de créneaux horaires spécifiques ou pour certaines doses (première vaccination ou rappel) :

  • Liège Ville (ancien Décathlon, Feronstrée, 64). De 13h à 17h, sauf le mercredi et le samedi.
  • Court-Saint-Etienne (PAMexpo, Boucle Joseph Dewez, 2). Portes ouvertes tous les jours de 9h à 18h30.
  • Dour (Office du Tourisme, Rue de France, 4), sans rendez-vous en permanence.
  • Fleurus (Piscine de Fleurus, Rue de Fleurjoux, 50) Tous les jours de 8h30 à 18h30 sauf les mercredis et samedis du mois de janvier.
  • Soignies (CHR Haute-Senne, Boulevard Roosevelt, 17) sans rendez-vous en permanence.
  • La Louvière (Louvexpo, Rue Arthur Delaby, 7). Portes ouvertes pour les 60 ans et plus et pour les premières doses. L’administration de la dose supplémentaire chez les moins de 60 ans nécessite une prise de rendez-vous.
  • Mouscron (Centr’expo, Rue de Menin, 475) Portes ouvertes pour les premières doses. L’administration de la dose supplémentaire nécessite une prise de rendez-vous.
  • Dinant (Salle communautaire de Gemechenne, Rue des Perdreaux, 15)Les 14 et 15 janvier de 9h à 12h et de 12h30 à 18h30.
  • Walcourt (Salle communale d’Yves-Gomezée, Place Saint-Laurent, 1)Du 13 au 22 janvier selon des horaires précisés sur :  www.jemevaccine.be.

Quand vous faire tester? Des visuels clairs existent pour vous orienter!

Vous êtes contact à haut risque? Vous revenez de vacances? Vous présentez des symptômes?

Pour prendre connaissance rapidement des mesures à suivre, consultez les visuels synthétiques disponibles sur le site info-coronavirus.be.

La Wallonie lance une campagne pour déconstruire les fake news liées à la vaccination

« S’il faut une 3e dose de vaccin, c’est que le vaccin ne sert à rien », « La vaccination contre le Covid-19 serait dangereuse pour les femmes enceintes et leur bébé », « La vaccination ne sert à rien car des personnes vaccinées sont à l’hôpital à cause du Covid-19 »

Ces affirmations erronées, nous les avons toutes et tous déjà entendues ou lues sur les réseaux sociaux, elles se répandent comme une traînée de poudre et trottent en tête de personnes encore hésitantes, voire complétement opposées à la vaccination.

Afin de déconstruire ces fake news, la Wallonie, à l’initiative de la Ministre de la Santé, Christie Morreale, vient de lancer une campagne d’information et de communication à destination du grand public. Cette dernière est disponible via les liens suivants : 

https://www.jemevaccine.be/fake-news/vaccination-et-nombre-dhospitalisations/

https://www.jemevaccine.be/fake-news/vaccination-et-femme-enceinte/

https://www.jemevaccine.be/fake-news/covid-et-port-du-masque/

https://www.jemevaccine.be/fake-news/covid-et-dose-de-rappel/

Actuellement déclinée en 4 fiches thématiques qui ambitionnent de déconstruire de fausses idées sur les vaccins et la pandémie, cette campagne est diffusée depuis ce lundi 10 janvier sur différents supports et pourra évoluer si besoin.

Cette nouvelle campagne est principalement relayée via de l’affichage de proximité et digital dans les gares, bars, sur les campus universitaires, dans les centres-villes… ainsi qu’à travers la grande majorité des réseaux sociaux (Instagram, Tinder, Happn, 9GAG, Facebook, YouTube, Google ADS, Linkedin, Snapchat, Twitter). 

Des actions de sensibilisation sont également activées via plusieurs canaux universitaires et estudiantins via une agence de communication spécialisée.

« Des experts de l’Aviq, du RAG, de Sciensano et de Culture-santé ont travaillé conjointement pour vulgariser différents supports, les rendre accessibles au plus grand nombre, et déconstruire, études scientifiques à l’appui, ces fausses idées reçues. J’espère que ces nouveaux outils permettront à plusieurs personnes de lever leurs craintes et de franchir ou de refranchir la porte d’un centre de vaccination », précise Christie Morreale. 

Les politiques de testing et de quarantaine dans le secteur de l'éducation sont adaptées

Les politiques de testing et de quarantaine dans le secteur de l'éducation sont également adaptées afin de maintenir les écoles ouvertes autant que possible et de préserver le système de dépistage COVID-19

Après les décisions prises hier, la CIM Santé publique, en collaboration avec les ministres de l'Éducation, a pris aujourd'hui des mesures par rapport aux politiques de dépistage et de quarantaine dans les écoles.  

L'un des principaux objectifs de ces mesures est de maintenir les écoles ouvertes dans des conditions sanitaires sécurisées. Les enfants, les élèves et les enseignants doivent pouvoir fréquenter les classes.

Ces mesures sont possibles,  d’une part grâce à la couverture vaccinale relativement élevée des élèves de 12 ans et plus et, d’autre part,  car différentes mesures sanitaires ont été prises par les écoles : amélioration de la qualité de l’air et port des masques buccaux. Ces "lignes de défense contre le virus" restent cruciales, surtout en cette période de très forte circulation du virus.  

Outre les mesures qui précèdent, la CIM santé publique, en collaboration avec les Ministres de l’Enseignement a décidé ceci :

 

  • Les règles suivantes s'appliquent à l'enseignement fondamental :
    • Lorsque le masque buccal est utilisé systématiquement et correctement dans les classes bien ventilées de l’enseignement primaire, les enfants de ces classes sont considérés comme des contacts à bas risque. Dans les classes bien ventilées dans l’enseignement maternel, les enfants  sont également considérés comme contacts à bas risque ;
    • Si un contact à haut risque a eu lieu en dehors de la classe et que l'enfant doit être mis en quarantaine pour cette raison, l’enfant peut quitter la quarantaine pour aller à l’école.
  • Pour l'enseignement secondaire, les règles déterminées par la CIM du 4/1/2022 s'appliquent.
  • Le suivi des contacts dans les écoles de l’enseignement fondamental est poursuivi dans le cadre de la détection des clusters ou des foyers. Toutefois, la règle sera modifiée : une classe devra être mise en quarantaine pendant 5 jours dès qu'il y aura 4 (ou 25% de la classe) de cas infectés (avec ou sans symptômes) dans cette classe. 
  • Dès qu'une contamination se produit dans la classe, les parents sont immédiatement informés.

Ces mesures prendront effet à partir du 10 janvier et dureront jusqu'aux vacances de carnaval.  Une évaluation intermédiaire sera effectuée à la fin du mois de janvier, notamment parce que, d'ici là, un grand groupe d'enfants âgés de 5 à 11 ans aura déjà eu l'occasion d'être vacciné.

Dans le cadre de la réouverture des écoles le 10 janvier 2022, la CIM Santé publique et les ministres de l'Enseignement appellent les parents (ou les tuteurs légaux) à ne pas envoyer leurs enfants à l'école en cas de symptômes (même légers) de la COVID-19.  En cas de tels symptômes, il est fortement recommandé d'utiliser l'outil d'auto-évaluation spécialement créé à cet effet (https://sat.info-coronavirus.be/fr/formulaire/sat) et applicable également aux enfants.

Les ministres recommandent également vivement aux parents ou tuteurs légaux de faire passer un autotest à leurs enfants d'âge scolaire à partir du dimanche 9 janvier et de répéter cette démarche une fois par semaine.  Les autotests sont en vente dans les supermarchés, les pharmacies, en ligne, ... Les personnes qui ont droit à une intervention majorée peuvent acheter les tests en pharmacie pour 1 euro (avec un maximum de 4 tests par membre de la famille, par quinzaine).