Comité de concertation : port du masque étendu et télétravail obligatoire

Le Comité de concertation a discuté hier de la situation de la pandémie de coronavirus dans notre pays et s’est accordé sur une série de nouvelles mesures de protection. Le port du masque obligatoire est ainsi étendu et le télétravail rendu obligatoire. Seul leur strict respect nous permettra d’éviter un nouveau confinement.

Le nombre de contaminations, d’hospitalisations et de patients en soins intensifs a presque doublé au cours des deux dernières semaines.

Afin d’éviter un engorgement de notre système de soins de santé et de permettre un fonctionnement aussi normal que possible de notre l’enseignement et notre économie, le Comité de concertation a pris plusieurs mesures de protection.

Pour prendre connaissance de ces mesures, consultez le site de référence info-coronavirus.be.

Les centres de vaccination de Wallonie prolongés et amplifiés jusque fin février 2022

Afin d’augmenter le taux de couverture vaccinale de la population wallonne face au Covid- 19, de garantir une capacité suffisante des structures pour administrer la 3ème dose « booster » aux personnes âgées, fragiles en termes de santé et bientôt à l’ensemble de la population, la Wallonie va effectuer une nouvelle adaptation des structures de vaccination actuellement actives sur son territoire.

Sur proposition de la Vice-Présidente et Ministre de la Santé, Christie Morreale, le Gouvernement de Wallonie vient en effet de marquer son accord pour prolonger, amplifier et renforcer, jusque fin février, les différentes structures qui vaccinent aujourd’hui la population, au-delà des médecins généralistes. Concrètement :

  • Dix nouveaux centres de vaccination ouvriront leurs portes progressivement à partir du 29 novembre. Les lieux qui accueilleront ces centres seront précisés très prochainement.
  • La capacité vaccinale des 22 centres actuellement ouverts sera augmentée par un élargissement de leurs horaires, du nombre de leurs lignes de vaccination et/ou de leurs jours d’ouverture. Les centres pourront ainsi être accessibles au public, selon les cas, jusqu’à 6 jours par semaine. Certains centres passeront également de 11 heures de vaccination par jour à 13 heures.
  • 14 nouvelles antennes mobiles de vaccination seront déployées en Wallonie.

Elles viendront compléter les 10 antennes qui tournent actuellement sur le territoire wallon et vaccinent les personnes au plus près de leur domicile et de leur vie quotidienne ; dans les quartiers des grandes villes, dans les villages, les communes plus rurales, sur les campus universitaires...

En combinaison avec les gestes barrières (port du masque, aération des pièces, distances sociales, nettoyage des mains, etc.), la vaccination demeure la seule véritable option pour faire reculer cette pandémie.

Les ministres de la Santé publique appellent à des efforts concertés pour mieux contenir la quatrième vague de cas de COVID-19, et travaillent en même temps à un plan global pour une vaccination « booster » généralisée

La Conférence Interministérielle constate que la situation épidémiologique actuelle est et reste préoccupante. Le nombre de personnes qui tombent malades, sont hospitalisées ou décèdent a fortement augmenté depuis octobre 2021. Aujourd'hui, au début de l'automne, la pression sur le système de soins de santé est particulièrement élevée. Cela vaut pour le système hospitalier, qui consacre aujourd'hui environ un quart de sa capacité d'accueil en soins intensifs aux soins COVID-19. Cette part augmentera et entraînera à nouveau le report d'autres soins, non liés au COVID-19. Dans le domaine de la première ligne, les médecins généralistes, les postes de garde et les pharmaciens sont également soumis à une lourde charge de travail, car ils doivent fournir des soins réguliers ainsi que tester les personnes présentant des symptômes et les contacts à haut risque. Les modèles prospectifs montrent que le pic de cette quatrième vague n'a pas encore été atteint et qu'il atteindra probablement son niveau le plus élevé durant la deuxième quinzaine de novembre. La hauteur de la quatrième vague et sa durée sont à l’heure actuelle incertaines.
Dans ce contexte, il est donc impératif de réduire la circulation du virus. Une circulation réduite du virus permettra de mieux protéger la population contre les maladies, les hospitalisations et les décès. Il n'existe pas d'instruments parfaits ou uniques pour cela. Ce qu'il faut, c'est une combinaison de mesures et d'efforts de chacun d’entre nous.


La Conférence Interministérielle Santé publique met l'accent sur les mesures de protection ou "lignes de défense" suivantes :

1. La vaccination est et reste notre instrument le plus puissant contre la maladie et l'hospitalisation. Cela ressort clairement de l’analyse de tous les chiffres. La campagne de vaccination est toujours en cours et environ 25 000 citoyens sont vaccinés chaque semaine. Nous poursuivons ces efforts et, en attendant, nous déployons la vaccination « booster ». La priorité a été donnée aux groupes de population qui ont le plus besoin de cette vaccination « booster », c'est-à-dire les personnes âgées et les personnes vulnérables. Il reste essentiel que les groupes de population qui en ont le plus besoin aient le plus rapidement accès à cette vaccination. La Conférence appelle chacun à se faire vacciner dès qu'il y est invité.

Dans ce contexte, la CIM d'aujourd'hui a déjà approuvé l'administration d'un vaccin mRNA « boost » aux personnes ayant reçu la dose de vaccin de Janssen. La CIM a pris cette décision sur la base d'un avis du Conseil Supérieur de la santé, qui est parvenu à cette conclusion après avoir analysé des données scientifiques belges et internationales provenant des États-Unis et d'ailleurs. Actuellement, toutes les personnes vaccinées de plus de 65 ans et les professionnels de la santé sont invités à recevoir un vaccin « boost ». À partir de la mi-décembre, les personnes ayant reçu le vaccin de Janssen seront également invitées.

La CIM a également commandé un plan pour une vaccination « booster » généralisée pour les moins de 65 ans. Comme toujours, cela se fera sur la base de données et de connaissances scientifiques. Elle a demandé au Conseil Supérieur de la santé et à la Task Force « Vaccination » de préciser les bases scientifiques de ce plan dans les deux prochaines semaines et de préparer différents scénarios. Ceux-ci devront indiquer, entre autres, comment et quand quelles personnes pourront recevoir une dose de vaccin ‘booster’. Le plan global pour cette vaccination « booster » généralisée sera discuté lors de la CIM du 27 novembre.

2. Après 22 mois, les citoyens savent quelles mesures préventives ils peuvent adopter pour se protéger et protéger les autres, en tenant compte de leur propre profil de risque ou de celui des personnes avec lesquelles ils sont en contact. La CIM répète les conseils pour un automne et un hiver en toute sécurité :

  • Dans le contexte actuel, les conseils suivants s'appliquent à tous, mais surtout aux personnes âgées et vulnérables et à celles qui sont en contact avec elles : limiter les contacts, ventiler les espaces, garder ses distances, utiliser des masques buccaux, appliquer les règles pour une hygiène des mains et la toux, en plus des indications du testing, utiliser la possibilité d'un outil d'auto-évaluation ou d'un auto-test en cas de doute ou d'inquiétude, etc.
  • Si vous vous sentez malade : restez chez vous, n'allez pas au travail ou à l'école, ne rencontrez pas d'amis. Faites-vous dépister dès que possible.
  • Autant que possible, ne surchargez pas votre médecin, votre pharmacien ou la ligne 1733 avec des questions informatives sur le dépistage et le suivi de contacts : consultez le site web www.info-coronavirus.be ou appelez le centre d'appel 0800 14 689. Les personnes présentant des symptômes d'une infection corona peuvent désormais vérifier en ligne grâce à l’outil d’auto-évaluation si elles doivent être testées et recevoir un code de test. Une visite chez le médecin n'est alors plus nécessaire. Cet outil d'auto-évaluation est disponible sur www.masante.belgique.be
  • En cas de test positif ou de contact à haut risque : respectez les mesures d'isolement ou de quarantaine. Comme contact à haut risque, protégez-vous et protégez les autres, et réduisez vos contacts au minimum, même si, lorsque vous êtes vacciné, vous êtes autorisé à mettre fin à la quarantaine après un premier test négatif.
  • Aérez vos espaces intérieurs et vérifiez la qualité de l'air à l'aide d'un compteur de CO2 (le cas échéant obligatoire dans certains lieux comme la restauration, les lieux de fête, les salles de fitness, etc.)
  • Connaissez votre propre profil de risque. Avez-vous 65 ans et plus et/ou souffrez-vous de comorbidités ou de problèmes d'immunité ? Limitez vos contacts, ventilez, gardez vos distances, utilisez des masques buccaux en entreprise si vous ne pouvez pas garder une distance de 1,5 m. Si vous êtes en contact avec ces groupes vulnérables : protégez-les, utilisez si nécessaire des autotests.

3. Le port d'un masque vous protège, vous et les autres, contre la propagation du coronavirus. Vous devez porter un masque dans toutes les situations où vous ne pouvez pas garder une distance de 1,5 mètres. Le port d'un masque bucco-nasal est également obligatoire, pour toute personne âgée de plus de 12 ans dans certaines circonstances. La CIM invite tous les organisateurs de manifestations ou les responsables d'établissements récréatifs, sportifs, culturels, d’Horeca etc. à sensibiliser autant que possible leurs visiteurs au port du masque, même si le CST est utilisé.

4. Le télétravail est fortement recommandé. Le télétravail réduit les contacts sur le lieu de travail et dans les transports publics. Des accords sont conclus avec les partenaires sociaux sur l'application du télétravail et des mesures de prévention sur le lieu de travail.

5. Le Covid Safe Ticket (CST) est un instrument qui peut contribuer à des contacts plus sûrs. Il ne s'agit pas d'un instrument parfait, car les personnes vaccinées peuvent également être infectées, même si l'incidence chez les 18-64 ans vaccinés semble être deux fois plus faible que chez les personnes non vaccinées. Il est recommandé que le CST puisse être combiné avec d'autres mesures de protection, comme le port d'un masque bucco-nasal ou l'amélioration de la qualité de l'air, etc. Ce qui est vrai pour le CST l'est aussi pour les autres instruments : la combinaison de plusieurs instruments assure une meilleure protection.

6. La détection des contacts à haut risque reste importante pour éviter que le virus continue à circuler et à toucher des personnes plus vulnérables. La détection de contacts ne peut fonctionner correctement que si les personnes infectées transmettent également les coordonnées de leurs contacts aux call centers. L'application Coronalert permet également d'avertir les personnes qui ne vous sont pas connues. Inversement, vous êtes également informé lorsque vous avez eu un contact à haut risque, afin de pouvoir prendre des mesures pour protéger les personnes vulnérables. A l'heure où les contacts entre personnes se multiplient (dans la restauration, les activités sportives, les événements culturels, etc.), cette application est donc un complément très utile et simple pour la détection des contacts et la protection des personnes. La CIM appelle donc chacun à installer et à activer cette application gratuite.

Une nouvelle antenne de vaccination mobile à Liège Ville et ses alentours

Afin de renforcer les primo-vaccinations contre le covid-19, d’ouvrir davantage de structures de proximité notamment pour administrer les troisièmes doses « booster » aux personnes de 65 ans et plus ainsi qu’à celles à la santé plus fragile, les autorités wallonnes ouvriront, dès la semaine prochaine, une nouvelle antenne mobile à Liège et dans ses environs.

La première étape de cette antenne se fera à Saint-Nicolas le mercredi 17 novembre. L’antenne circulera ensuite à l’Université de Liège, dans les quartiers des Guillemins, des Vennes, à Droixhe ou encore à Sainte-Marguerite. Elle fera aussi arrêt dans quelques communes environnantes à la mi-novembre et la semaine du 8 décembre.

Les citoyens pourront s’y présenter sans rendez-vous, de 9h à 19h. Pour les personnes qui se présentent pour une troisième dose, elles devront toutefois venir munies de leur invitation à la vaccination. L’antenne fera les étapes suivantes :

  • ULiège : le 17 novembre, Pavillon des Libertés (rue de la Libération 20, 4420 à Saint-Nicolas) ;
  • Saint-Nicolas : le 18 novembre, sur le campus du Sart-Tilman ;
  • Vaux-sous-Chèvremont : le 19 novembre, Maison communale ;
  • Sainte-Marguerite : le 20 novembre, Parking public, (rue Sainte-Marguerite, à hauteur du n° 45) ;
  • Droixhe : le 22 novembre, (place de la Résistance) ;
  • Wandre : le 23 novembre devant la Mairie de quartier (rue de Visé 832, à 4020 Liège) ;
  • Quartier des Guillemins : le 8 et 9  décembre, Esplanade  des Guillemins ;
  • Quartier des Vennes : le 12 et 13  décembre, lieu à déterminer.                   

Un centre de vaccination supplémentaire ouvrira également ses portes à Aywaille dès ce mercredi 17 novembre prochain, dans l’ancien bâtiment des contributions (rue de la Heid, 40). Il sera accessible à la population, du mercredi au samedi, de 9h à 19h. Il est d’ores et déjà possible d’y prendre rendez-vous via www.jemevaccine.be ou en appelant le numéro gratuit 071/31.34.93.

Ces nouveaux dispositifs viendront renforcer les centres et antennes actuellement déployés en Wallonie où 82% de la population wallonne de 18 ans et plus s’est déjà faite vaccinée.

Les autorités wallonnes appellent les personnes âgées à faire rapidement leur troisième dose de vaccin contre le Covid-19

Etant donnée la recrudescence des contaminations de covid-19, le fait que l’immunité des personnes plus âgées vaccinées diminue quelques mois après l’administration du vaccin et que cette période automnale favorise la circulation du virus, les autorités wallonnes appellent aujourd’hui les personnes âgées de 65 ans et plus qui ont reçu une invitation pour une troisième dose « booster/rappel » de vaccin contre le covid-19 à aller se faire vacciner le plus rapidement possible.

Cette dose de rappel est actuellement proposée aux personnes âgées dont la dernière vaccination date de plusieurs mois (6 mois pour les vaccins Pfizer ou Moderna et 4 mois pour les vaccins Astra Zeneca ou Johnson & Johnson). Elle veut offrir une réponse immunitaire plus forte face à la maladie en augmentant notamment le taux d’anticorps. Ce rappel permet également de diminuer davantage le risque de contracter la maladie et ses formes graves mais aussi de réduire drastiquement sa transmission.

Concrètement, les personnes âgées de 65 ans et plus qui ont reçu leur convocation parce qu’elles sont dans les conditions pour recevoir une dose additionnelle avec le vaccin Pfizer, sont vivement invitées à aller se faire vacciner sans délai soit :

  • En prenant rendez-vous dans un centre de vaccination via le numéro d’appel gratuit 071/31.34.93 ou sur le site www.jemevaccine.be ;
  • En se rendant, sans rendez-vous, dans une des antennes de vaccination mobiles qui circule actuellement en Wallonie. Dans ce cas de figure, les personnes doivent se présenter avec leur invitation à la vaccination.
  • En demandant une vaccination via leur médecin généraliste ;

Les horaires et conditions d’accès sans rendez-vous des centres de vaccination ainsi que les horaires et dates de passage des antennes de vaccination sont disponibles sur www.jemevaccine.be.

Vous devez recevoir une (re)vaccination complète après une transplantation de cellules souches?

Les patients qui doivent recevoir une (re)vaccination complète après une transplantation de cellules souches prennent rendez-vous – en concertation avec l'hématologue et munis d'une lettre de recommandation rédigée par celui-ci – auprès du centre de vaccination.

La personne y recevra alors une nouvelle primo-vaccination, c'est-à-dire actuellement un schéma avec deux doses de Pfizer ou de Moderna.

Besoin d’un test coronavirus ? Attendez votre code de test ou utilisez bientôt l’outil d’auto-évaluation

Les médecins généralistes sont aujourd'hui submergés de questions sur les tests COVID. Ils n'ont donc plus assez de temps pour assurer les soins habituels. Un certain nombre de mesures ont dès lors été prises pour alléger leur charge de travail. Si vous avez eu un contact à haut risque avec une personne contaminée, il est préférable d'attendre de recevoir un code de test par téléphone, SMS ou e-mail.  Et si vous avez des symptômes, vous pouvez vérifier vous-même en ligne à partir de la semaine prochaine si vous devez vous faire tester et/ou consulter un médecin généraliste. Il n'est donc pas nécessaire d'appeler ni de consulter votre médecin généraliste à ce sujet.

Pourquoi les tests sont et restent importants

Pour suivre au plus près cette pandémie, il est important de continuer à faire des tests. De cette manière, nous pouvons suivre l'évolution du nombre de contaminations et adapter les mesures de protection de la santé publique. Les tests sont également importants pour se protéger mutuellement : les personnes contaminées qui ne se sentent pas malades peuvent, sans le savoir, rendre gravement malades des membres vulnérables de leur famille. C'est aussi la raison pour laquelle on vous contacte après un contact à haut risque en vous demandant de vous faire tester, même si vous êtes vacciné. En effet, grâce à la vaccination, de nombreuses personnes ne présentent pas de symptômes, mais peuvent tout de même être contagieuses.

Cependant, en raison du nombre croissant de contaminations ces derniers jours, le nombre de tests a énormément augmenté. Plus de 400.000 tests sont actuellement réalisés chaque semaine, ce qui, les jours de pointe, représente 75 000 à 80 000 tests. Cela crée une lourde charge de travail pour les médecins généralistes, qui sont submergés de demandes de tests. Les gens sont souvent impatients et parfois même agressifs dans ce cadre. Un certain nombre de mesures ont donc été prises pour alléger la charge de travail des médecins afin de ne pas compromettre les soins habituels aux patients.

Avez-vous eu un contact à haut risque ? N'appelez pas votre médecin généraliste, mais attendez de recevoir votre code de test

Si vous êtes entré en contact avec une personne contaminée, pendant plus de 15 minutes et à une distance de 1,5 mètre, vous avez eu un « contact à haut risque ». Si la personne contaminée a transmis vos coordonnées au suivi contact, vous serez averti de ce contact par les personnes chargées du suivi contact, ou via le PSE, si le contact a eu lieu à l'école. Vous êtes informé par téléphone, par SMS ou par e-mail. Vous recevrez ensuite un code de test, avec lequel vous pourrez prendre un rendez-vous dans un centre de test.

Cependant, en raison du pic de contaminations, cela peut prendre un peu plus de temps. Si vous êtes déjà au courant du contact à risque, par exemple parce que la personne contaminée vous a informé elle-même, ne contactez PAS votre médecin généraliste, mais demandez à la personne contaminée de transmettre vos coordonnées au suivi contact. Ce n'est qu'à ce moment-là que vous recevrez un code de test du suivi contact, avec lequel vous pourrez prendre rendez-vous dans un centre de test. Entre-temps, limitez autant que possible vos contacts et portez un masque buccal. Vous pouvez également passer un autotest, que vous pouvez acheter chez un pharmacien. Cet autotest ne remplace pas un test PCR. Veillez donc à faire un test dans un centre de test ou un laboratoire

Contactez vous-même les personnes chargées du suivi contact (02/214.19.19) en cas de contamination, d'autotest positif ou de Corona alert rouge.

Si votre autotest est positif, vous devez être mis en quarantaine dans l’attente de votre test PCR. N'oubliez pas d'informer le suivi contact via le 02/214.19.19 de vos derniers contacts. Vous devez également contacter ce suivi contact si l'écran de votre application Corona alert devient rouge. Ce n'est que de cette manière que l'on pourra cartographier la pandémie et protéger le plus grand nombre de personnes possible.

Outil d'auto-évaluation pour les personnes présentant des symptômes

Dans le courant de la semaine prochaine, les personnes présentant des symptômes (par exemple, toux, fièvre, mal de gorge, maux de tête, perte de goût ou d’odorat, ...) pourront savoir, de manière anonyme et par le biais de questions simples en ligne, si elles doivent se faire tester. Si c'est le cas, elles peuvent créer un code de test, avec lequel elles peuvent ensuite prendre rendez-vous dans un centre de test, un laboratoire ou chez un pharmacien. Les personnes présentant un risque plus élevé (par exemple, les femmes enceintes, les personnes souffrant de diabète, de maladies cardiaques, rénales, hépatiques ou pulmonaires, les patients atteints de cancer, etc.) doivent consulter leur médecin.

Test des voyageurs de retour au pays par les pharmaciens

En outre, les pharmaciens seront bientôt en mesure de tester les voyageurs de retour au pays avec et sans symptômes.

Ces mesures devraient réduire la charge de travail des médecins généralistes, leur permettant ainsi de consacrer à nouveau plus de temps aux soins habituels à l’ensemble de leurs patients, y compris ceux qui n'ont pas le COVID. 

Boite à outils ‘prévention des épidémies d’infections respiratoires’

Face à l’évolution de l’épidémie de Covid-19 et compte tenu de la période hivernale qui implique habituellement une résurgence des autres infections respiratoires, l’AVIQ met à disposition des services résidentiels une série de documents. Leur objectif est double : réduire le risque de transmission du virus ­et prévenir l’apparition de foyers épidémiques dans les institutions.

Ces documents regroupent l’ensemble des recommandations actuelles et synthétisent les mesures de prévention ainsi que les bons réflexes à adopter dans le cadre de la gestion de foyers épidémiques.

Vous les trouverez dans l’onglet « Documents officiels » de la partie professionnels du site covid.aviq.be. Pour les identifier facilement, cochez le filtre « Hygiène et prévention ».

Il s’agit de :  

  • « Courrier boîte à outils prévention des épidémies d’infections respiratoires »
  • « Fiches actions Prévention des épidémies d'infections respiratoires Post-vaccination (annexe 1)»
  • « Fiche réflexe Prévention des épidémies d'infections respiratoires "Que faire lors de l’apparition d’un cas COVID-19 (possible ou confirmé)" (annexe 2)»
  • « Excel préparatoire à la gestion de clusters (annexe 3)»
  • « Prévention épidémies d'infections respiratoires - Affiche (Annexe 4.2) »
  • « Prévention épidémies d'infections respiratoires - Affiche (Annexe 4.1) »

 

Ces documents sont également envoyés sous forme imprimée dans chaque service concerné. 

De nouveaux dispositifs de vaccination dans le Hainaut dès le 1er novembre

Afin d’augmenter le taux de vaccination en Wallonie, qui atteint aujourd’hui les 81% d’adultes de plus de 18 ans vaccinés, de se protéger face à la recrudescence du coronavirus, de nouvelles structures de vaccination ouvriront leurs portes à la population en Wallonie picarde et dans le borinage.

Une nouvelle antenne mobile de vaccination ouvrira ses portes et circulera dans plusieurs communes. Les citoyens pourront s’y rendre sans rendez-vous préalable. Pour les personnes qui se présentent pour une troisième dose, elles devront se présenter munie de leur invitation à la vaccination. L’antenne fera étape à :

  • Quaregnon : piscine de Quaregnon (Rue des Patriotes), le 1er et 2 novembre, de 9h à 18h ;
  • Frameries : Rue de l’Egalite 11, le 3 et 4 novembre, de 9h à 18h ;
  • Hensies : Place de Thulin, le 5 et 6 novembre de 9h à 18h ;
  • Comines-Warneton : Salle polyvalente Le Bizet (Rue des Trois Evêchés 41, 7783 Comines-Warneton). Arrêt du 8 au 9 novembre et du 29 au 30 novembre de 8h15 à 18h45. Il sera également possible de prendre rendez-vous préalablement rendez-vous pour cette antenne, soit via www.jemevaccine.be ou le numéro gratuit 071/31.34.93.
  • Ath : Parking du CEVA (Chemin des primevères 20 à 7800 Ath), du 10 au 13 novembre et du 1er au 4 décembre, de 9h à 19h.
  • Saint-Ghislain : Grand’Place, le 22 et 23 novembre de 9h à 18h ;
  • Givry : Rue de Pâturages 47, le 24 et 25 novembre de 9h à 18h ;
  • Boussu : Stade Royal Francs Borains, Rue Saint-Antoine 33, le 26 et 27 novembre de 9h à 18h.

Un nouveau centre de vaccination ouvrira également à Dour. Ce dernier sera situé à l’Office du tourisme de Dour (Rue de France 4, 7370 Dour). Il entrera en activité à partir du 12 novembre et sera accessible à la population du mercredi au samedi, de 8h à 18h. La prise de rendez-vous dans ce centre est d’ores et déjà possible via www.jemevaccine.be ou le numéro gratuit 0800/45 019.

Comité de concertation - port du masque obligatoire, Covid Safe Ticket et télétravail pour lutter contre la vague automnale

Le Comité de concertation a discuté ce jour de la situation épidémiologique. L’extension de l’obligation du port du masque, le Covid Safe Ticket et le télétravail doivent enrayer la circulation accrue du virus.

La circulation du virus s’est fortement intensifiée ces dernières semaines, notamment en raison de l’augmentation du nombre de contacts et des activités à l’intérieur. Le nombre moyen de nouvelles contaminations s’élève à 5 300 par jour, soit une augmentation de plus de 70 % par rapport à la semaine dernière.

Bien que la situation dans les hôpitaux reste gérable avec une moyenne hebdomadaire de 115 admissions, elle a également augmenté au cours de la semaine dernière.

La fermeture de secteurs ou la restriction d’activités ne sont pas nécessaires pour le moment. Cependant, la situation épidémiologique appelle à la prudence et à la vigilance.

Pour prendre connaissance des mesures qui entrent en vigueur le vendredi 29/10/2021, consultez le site https://www.info-coronavirus.be/.